Green Condom Club : Savoir ce qu’on se met à l’intérieur

Posté dans : Rien à voir, Société | 0

Toutefois, la question de la composition des capotes a le mérite d’être posée. Comme pour les tampons hygiéniques, la plupart des fabricants ne pratiquent pas la transparence et le consommateur utilise ces produits de premières nécessité sans pouvoir le faire de manière éclairée. Enfin, ça c’était avant. Discussion avec Gabrielle Lods, la scientifique romande derrière le projet qui va révolutionner vos nuits d’amour. La petite graine pour un projet vert Le projet Green Condom Club naît d’une discussion légèrement alcoolisée … Lire la suite

Un regard sur Lausanne : Le passage de 10 à 18 ans

Posté dans : Rien à voir | 0

10 ans. Pas un poil au-dessus des couilles. Voix féminine. Conviction d’être immortel. Joie de la transgression éprouvée au visionnage “en cachette” de Pirates des Caraïbes, pourtant interdit aux moins de 12 ans. 18 ans. Majorité ! Beaucoup de changement corporels depuis les 10 ans. Beaucoup de changements dans la tête aussi. Toutefois, contrairement à ce qu’il en est de l’appareillage osseux, il y a encore pas mal de boulot à faire au niveau de l’organisation et de l’agencement des neurones. Certains … Lire la suite

Je courais au bord du lac et ça me foutait les jetons

D’abord, une question qui vous brûle certainement la langue : Mais qu’est-ce qui peut bien me prendre à faire mon jogging à 3h du mat ? Eh bien je dois dire qu’au début, j’étais tout simplement gêné d’y aller la journée, car mal équipé, pas entrainé et peu confiant en moi… J’avais peur du jugement des autres. Cependant, à partir d’un certain stade, j’y ai pris goût. Le truc, c’est que quand tu cours avec la lune comme seul éclairage, … Lire la suite

Deux cafés, l’addition : « J’attends que la scène furry se développe un peu »

Posté dans : Rien à voir, Société | 0

Un jour comme les autres, je me promenais à la gare de Lausanne, observant le va-et-vient des passants. Soudain, un flash, comme un souvenir, un visage connu par cœur, mais impossible à replacer. Dans une foule bigarrée de cosplayers se rendant à Polymanga, se tenait le Lapin de Pâques, savamment déguisé en Chocobo du jeu Final Fantasy. Ni une, ni deux, je l’accoste pour une petite interview expresse. LBB : Quelle chanson Lausanne pourrait vous inspirer quand vous chantez sous la douche ? … Lire la suite

A la recherche de la digue : le combat lausannois

Pour ceux d’entre vous qui ignorent ce que c’est, voici une brève définition pour entrer directement dans le vif du sujet: La digue dentaire, en anglais, dental dam, est un moyen de prévention des infections sexuellement transmissibles (IST) pour les rapports bucco-vaginaux et bucco-anals. Cela se présente sous la forme d’un carré de latex qui recouvre le sexe féminin ou l’anus du partenaire. Cette méthode de prévention des IST reste très confidentielle : pour l’utiliser et se protéger, faut-il encore … Lire la suite

Une ville, des apps !

J’alterne les coups d’œil entre l’écran de mon téléphone et le sol juste pour savoir où je mets les pieds. Quoi de plus magnifique qu’une ville dont on s’échappe à coup d’apps ? S’échapper ou réunir le plus d’informations possible, je ne sais pas ce qui me fait le plus kiffer. 07h00 : réveil. Premier clic, pour lancer RTSradio et m’abreuver des nouvelles locales et internationales. Après le journal, le bulletin météo. Pour plus de précisions sur le temps, je consulte MeteoSwiss qui m’informe … Lire la suite

Blouses blanches et doudous : une matinée à L’hôpital des Nounours

Posté dans : Rien à voir, Société | 0

Le samedi 21 novembre, il est environ 10h quand je sors du métro et me dirige vers le CHUV. Je n’ai jamais été hospitalisée et ne suis pas franchement à l’aise dans les hôpitaux. Je rentre donc dans le bâtiment en me questionnant sur la matinée qui m’attend. D’un pas pas vraiment assuré, je tourne à gauche après la réception et me dirige en direction du hall des auditoires. Arrivée à destination je ne peux retenir un sourire. Jamais le … Lire la suite

Et… un tonnerre d’applaudissements pour les clowns de Théodora

Posté dans : Rien à voir | 0

Je vais vous raconter une jolie histoire. Il n’y aura ni princesse, ni château, mais il y aura de la joie, des larmes, des enfants, beaucoup d’enfants, des clowns fantastiques qui dans cette histoire s’appellent les Docteurs Rêves. Il y aura aussi deux frères et leur maman Théodora. Et de la générosité en grande quantité. Tout a commencé en 1993. Les frères André et Jan Poulie ont créé la Fondation Théodora, en mémoire de leur maman, trop tôt décédée. Ils … Lire la suite

Tous foot : pérégrinations sur écran géant

Posté dans : Rien à voir, Société, Sport | 0

Il est un peu tôt pour voir les maillots d’allégeance à une des patries qui s’affrontent ce soir. Ou alors c’est la fraîcheur ni usuelle ni très friendly qui cache l’attirail des fans sous des parkas. Un peu tôt mais apparemment le supporter attentif n’attend pas pour s’amasser devant le grand écran public qui diffuse la demi-finale Brésil-Allemagne, il faut donc s’y rendre tôt ! Je me suis renseignée comme j’ai pu. La presque boutade que j’avais lancée à propos … Lire la suite

Il était une fois une friche urbaine…

Posté dans : Rien à voir | 5

Pourtant, il y a de ceux pour qui ces friches urbaines ont de quoi constituer un vrai terrain de jeu. Les squatteurs bien sûr, mais aussi les graffeurs, les photographes, les curieux de toutes espèces. On vient souvent y chercher une atmosphère inimitable, faite d’atemporalité, de mystère, de solitude, de beauté sauvage. On y trouve un environnement qui distille en vous la contemplation, la mélancolie, la sérénité, et parfois l’inspiration. Certes, il faut peut-être avoir un grain pour trouver un … Lire la suite

Balélec, l’éternel premier

Posté dans : Rien à voir, Soirées | 0

Balélec, c’est un peu au noctambule lausannois ce que le coquelicot est au randonneur : un signe du retour du printemps, du retour aux affaires. Finies les soirées « choc thermique » où l’on oscille douloureusement entre les -10°C de la rue et les +35°C du club. Envolée cette crainte de mourir givré sur un quai de gare en attendant le premier train. Place aux apéros dans les parcs et aux doux gazouillis d’oiseaux sur le retour au petit matin. Après une … Lire la suite

Le Romand pour les Nuls, Version 2.13

Posté dans : Lausanno-lausannois, Rien à voir | 0

Aujourd’hui, on va parler de la papotche, de l’agnafe et du ch’nit. C’est bien de chez nous tout ça. Il roille de nouveau, comme chaque mois de novembre faut bien se l’avouer. Et comme chaque mois de novembre, on déprime, l’été est fini (tout comme Capri) et la papotche tache nos belles bottes hivernales (qui nous ont coûté la peau des fesses pour un peu de peau de mouton, si tendance il paraît). Définition : la papotche, mélange de terre et … Lire la suite

Yverdon-les-Bains, Yverdon-les-Chiottes ?

Posté dans : Rien à voir | 1

Rue Vinet / 17.06.2011/ 22h14. C’est dans une ambiance décontractée et bon enfant que se déroule la soirée entre amis à laquelle j’ai été convié. Quelques chips et autres dips font office d’amuse-bouche, tandis que le vin mousseux flatte nos palais délicats tout en déliant progressivement nos langues. Les thèmes de conversation s’enchaînent et ne se ressemblent pas : l’éducation dans les localités bilingues, le quartier rouge d’Oulan Bator, les sensuelles cariatides de l’Acropole, etc. Les opinions fusent, se corroborent ou … Lire la suite

Purple Rain

Posté dans : Rien à voir | 2

Le samedi matin à Lausanne, hormis le marché et les embouteillages, un autre fléau parcourt les rues de la ville : le vieux. Pas le vieux beau aux tempes grisonnantes qui court après sa jeunesse passée non, je parle du vrai vieux. Celui qui marche lentement parce que ses jambes sont rongées par l’arthrite. Le vieux qui sent bizarre et qui a les cheveux mauves.

Le sens de la vie

Posté dans : Rien à voir | 2

Rue Saint-Roch / 22.03.2011 / 16h21. Malgré l’heure avancée de l’après-midi, je ressens encore les effets de la biture d’hier. En effet, un ami proche m’ayant convié hier soir à une petite sauterie spontanément organisée pour fêter la naissance de sa fille, je ne me suis pas laissé prier pour porter à ma bouche, à de nombreuses reprises, ces délicats réceptacles translucides nommés coupes de champagne. M’efforçant d’adopter une attitude affable et enjouée, je me suis bien évidemment pâmé devant la beauté toute photogénique du nouveau-né. Une pause dans la conversation que j’entretenais avec tel ou tel convive me permettait en outre de m’enfourner de savoureuses tranches de charcuterie et de régulièrement me gargariser de Moët & Chandon. L’heure était à la célébration, indéniablement.

1 2 3 4 8