BadTripAdvisor : choisir son resto quand on débarque à Lausanne

Posté dans : Lausanno-lausannois | 0
En 2017, partir en vacances ou en week-end, c’est une injonction. Notamment parce que c’est tellement facile de partir : un billet low cost et un itinéraire préétabli grâce à une application, et l’affaire est dans le sac. Même plus besoin de se procurer un guide de voyage, il suffit de télécharger TripAdvisor et de taper le nom d’une ville.
Justement, Lausanne est une ville comme les autres. Sauf que celle-ci, j’y vis, donc je peux prétendre la connaître. Je peux affirmer d’un air dédaigneux que le carnaval de Lausanne, c’est beauf ou que tel bar était mieux avant et que les nouveaux gérants n’ont rien compris à l’esprit du lieu. Je peux aussi rêver que l’herbe est plus verte ailleurs. Les Bâlois sont tellement chill, à se prélasser sur les bords du Rhin. Les Lyonnais ont tout compris avec le Vélov’. Contingent à ce regard naïvement émerveillé, la méconnaissance des « bons plans ». Les bons plans sont un privilège réservé aux locaux qui ont acquis les outils nécessaires pour différencier le cool du non cool et qui savent donc où aller pour passer du bon temps.

Pour le reste, il y a TripAdvisor. Une application très utilisée qui donne l’illusion d’avoir un bon pote dans le coin pour te recommander le bistrot-qui-paie-pas-de-mine qui propose des mets succulents ou le café de quartier où tu te sens tout de suite chez toi. Mettons-nous donc dans la peau d’un touriste/stagiaire chez Nestlé qui débarque à Lausanne le temps d’un week-end ou de quelques semaines et qui compte sur TripAdvisor pour se sustenter au cours de sa virée. Spoiler, il va tomber de haut. Début octobre 2017, les cinq meilleurs restaurants lausannois selon l’application sont :

  1. Le Restaurant de l’Hôtel de Ville à Crissier
  2. Anne-Sophie Pic au Beau-Rivage
  3. Restaurant italien Ulivo
  4. La Brasserie du Royal
  5. Indian Zayeka
    Ne s’improvise pas photographe culinaire qui veut.

Premier constat, c’est d’abord moi qui me sens touriste, puisque je n’ai jamais mis les pieds dans aucun de ces établissements – je ne me lancerai donc pas dans une critique culinaire aujourd’hui. D’autre part, la gamme de prix saute rapidement aux yeux, sachant que le Beau-Rivage, la Brasserie du Royal et l’Hôtel de Ville de Crissier se situent du côté (g)astronomique de la fourchette. Troisième point, la localisation : l’Hôtel de Ville de Crissier, se trouve à Crissier et l’Indian Zayeka à Chavannes-près-Renens. Vous me direz que c’est pas bien loin et qu’à Paris à une demi-heure de transports publics un lieu est encore considéré comme proche. A l’échelle lausannoise, cela reste excentré. Bref, le candidat le plus accessible par son adresse centrale et ses prix moyens est le restaurant Ulivo. Ce qui est pratique avec les restaurants italiens, c’est qu’il est toujours possible de se contenter de pâtes pour alléger le budget. Précisément, l’établissement précité propose ses primi piatti en portions petites ou grandes. De quoi se rendre sur place pour tester.

Quelques jours plus tard, je me suis rendue dans l’établissement précité. J’ai donc pu voir de mes propres yeux que l’Ulivo n’était pas un piège à touristes. Le lieu a pas mal de succès le jeudi soir où je m’y rends. Je comprends, c’est plutôt sympa : on y est bien accueillies, la carte est de saison et expliquée avec passion par le serveur qui nous reçoit. La présentation est carrément chic et mon palais est ravi. J’y retournerais même en dehors du cadre de cette enquête. Cependant, je ne suis pas certaine que mon alter ego touriste en goguette à Lausanne préconiserait l’endroit, simplement car on atteint rapidement les 60 francs par tête. J’en arrive donc à la question suivante : quels sont les lieux lausannois qui sont bons et sympa avec le portemonnaie ? [MàJ du 03 novembre 2017 : Pour répondre à cette question, j’ai rédigé un billet plein de bons plans lausannois qui permettent de sortir sans se ruiner]

 

  • Sur le blog : Le billet de Yoan à propos de l’exposition « Touriste ! Je t’aime… moi non plus » proposée à Alliance Sud jusqu’au 22 décembre 2017.
  • Ailleurs : Les critiques culinaires, c’est plutôt l’apanage de nos voisins glamours d’Une Chouquette à Lausanne… On y trouve d’ailleurs un billet consacré à Ulivo.

Répondre