“Violences” : le Musée de la Main vêtu d’un gant de velours blanc, claque

Posté dans : Culture | 0
En tant que grande fan du Musée de la Main, j'ai assisté au vernissage de leur nouvelle expo, Violences, pour pouvoir vous inciter à une visite dans ce lieu de vulgarisation de la science. Situé tout près du CHUV, le musée travaille en étroite collaboration avec celui-ci et avec l'Université de Lausanne.

Après avoir mis en lumière l’anatomie et la vie d’un scientifique avec ses deux dernières expo, le Musée de la Main se consacre aux violences pour sa 35ème mouture. Est-ce que la mise en scène sera aussi innovante que le concept des Nights (soirées “hype” au musée)?

L'affiche, © atelierpoisson.ch
L’affiche, © atelierpoisson.ch

La violence est un thème lourd à traiter, mais c’est aussi un grave problème de santé publique. Alors que pour les autres expositions, il était possible de mettre en avant un aspect plus fun, voire drôle. Les conservatrices du musée ont eu pour défi d’éviter la mise en spectacle et la banalisation. En rencontrant de nombreux spécialistes elles ont pu se rendre compte des idées reçues autour de la violence, et de les questionner. La violence en Europe de l’Ouest diminue ! Autre surprise, le pic d’agressivité dans la vie est à l’âge de deux ans ! Dans une exposition aux éclairages multiples, la violence interpersonnelle est abordée. La perception de la violence varie selon les cultures, époques et individus. Pour mettre en perspective cette diversité, des expériences sont proposées pour évaluer notre rapport à la thématique : punition, associations d’idées, exutoire, blessure ou meurtre. De nombreux témoignage ont également été récoltés. Le spectre est vaste, l’affiche est tranchante. Dans un blanc doux, propre, deux entailles formant un V.

En lien avec ce qui est présenté entre les murs, un programme chargé de conférences s’étendra jusqu’en juin 2016.

Une minutie de grand malade,  © Chris Ullens
Une minutie de grand malade, © Chris Ullens

Passons maintenant à la visite. Le Musée a pour l’occasion été réaménagé de manière assez radicale, laissant place à de petites pièces propices à un recueillement intimiste. Sur deux étages, la violence se décline : domestique, architecturale, patronale, scolaire, sur les réseaux sociaux, sexuelle, administrative, institutionnelle, raciste, de rue, homophobe, politique. Les images sont marquantes et les points de vue variés, pour un résultat presque sans faute qui suscite de nombreuses réflexions. En fin d’exposition, la part belle est fait au défoulement et au retour à la sérénité. Mon highlight perso, une vidéo de nounours enragé sur la musique d’Amon Tobin.

Informations pratiques :

Du 1er juillet 2015 au 19 juin 2016.

Ouverture :

Mardi – vendredi: 12h-18h
Samedi – dimanche: 11h-18h
Jours fériés: 11h-18h

Programme des conférences sur le site du CHUV

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.