Le romand pour les nuls – leçon XII

Posté dans : Rien à voir | 4
Les francophones non-helvétiques imitent souvent l’accent suisse. Mais savent-ils parler le « Suisse » ? Voici quelques notions à destination des voyageurs de passage à Lausanne…

Octobre, mois de transition. Les vacances d’été sont loin, celles de Noël aussi. Il ne fait plus chaud, mais pas encore complètement froid. On sent le gros méchant mois de novembre arriver avec sa bande de potes : Froid, Pluie, Obscurité. N’y pensons pas… et découvrons plutôt quelques nouvelles subtilités du Romand !

-  les « services » sont les couverts. Je connais un mec qui mange sa croûte au fromage sans services.

- le « syndic’ » correspond, sur Vaud, au maire français. Il existe des syndics d’immeuble et des syndics de ville. Les seconds se reconnaissent à leur corpulence.

– « vigousse » caractérise une chose vigoureuse, énergique ou un hebdomadaire satirique. Il est vigousse, ce petit !

– « técol » : magnifique pronom argotique permettant d’interpeller avec finesse son prochain. Hé, técol, t’as où les vignes ?

– « quillée » ou « enquillée » : quantité importante. On était une quillée dans le carnotzet.

- « carnotzet », litt. « cave à fendant », « repaire masculin valaisan ».

- « âne gris », insulte poétique à l’origine mystérieuse. Si j’attrape l’âne gris qui s’est parqué devant ma porte de garage !

– « pas tant », une ellipse de plus, correspondant à « pas tant que ça », « pas trop ». – T’aimes le Cénovis ? – Pas tant.

- « cénovis » : instrument de torture. Les premières traces remontent au Moyen-Âge, elles furent retrouvées dans les caves du château de Chillon.

- « le moins dommage » : une nouvelle ellipse, signifiant « qui causera le moins de dommage ». –Tu me donnes une Panini ? – Ok, la moins dommage.

- « guigner » : jeter un coup d’œil (le sneak peek anglais). Guigne voir dans la cuisine si ta moutre y est.

Attention, lecteur ! Une erreur volontaire s’est glissée dans ce nouvel épisode du Romand pour les nuls. Sauras-tu la retrouver? 

Articles similaires

Etienne

4 Responses

  1. samuel
    | Répondre

     Il n’y a pas d’apostrophe après syndic, c’est un mot fini et non un tendre diminutif.

    Comme dans:
    “Ce serait rude crouille d’y dire une chose pareil au syndic.”

    • merinos
      | Répondre

      …pas la même définition du cenovis: fr.wikipedia.org/wiki/Cenovis

      • etienne_doyen
        | Répondre

        Merci de la correction pour syndic, il s’agissait là d’une erreur involontaire.

        Bien vu Mérinos, il s’agissait bien du Cénovis, mais la réponse est un peu plus subtile : il est impossible de répondre “pas tant” à la question “aimes-tu le Cénovis?”. Comme tout bon Romand le sait, le Cénovis déchaîne les passions : soit on l’adore, soit on le déteste. Pas de place pour un avis mitigé!

  2. Jojo
    | Répondre

    Je sais que topio.ch l’orthographie ‘técol’, mais je suis certain de l’avoir entendu à la 3e personne…

    Donc plutôt ‘tes colles’, ‘ses colles’ (aucun autre attesté par moi).

    Taguenet, va !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.