Le romand pour les nuls – leçon X

Posté dans : Rien à voir | 4
Les francophones non-helvétiques imitent souvent l’accent suisse. Mais savent-ils parler le « Suisse » ? Voici quelques notions à destination des voyageurs de passage à Lausanne…

Quand il n’y en a plus, il y en a encore ! Rassurez-vous, il y a toujours à matière pour notre initiation au parler romand. Aujourd’hui, leçon spéciale sur les verbes. Certains sont inconnus des autres francophones, d’autres sont de « faux amis » : ils ont un autre sens en romand.

– « quinter » : râler, rouspéter. Un genevois quinte tout le temps. Peut également être utilisé au substantif : il a fait une quinté (à ne pas confondre avec une quinte de toux).

– « grailler » : chercher, fouiller. J’ai passé l’après-midi à grailler des infos sur Internet.

– « torailler » : fumer.
 
– « roter » : attention, faux ami. Signifie avoir de la peine, et non pas éructer. On a fait la montée en vélo au Chalet-à-Gobet, on l’a rotée.

– « ruper » : manger. Il a tout rupé, ce goinfre !

– « se décuchaiser » : c’est assez explicite, non ? Apparemment, « se dédomatelasser » n’existe pas encore.
 
– « se gaffer » : faire gaffe, faire attention. Gaffe-toi de pas tomber, il y a du verglas.
 
– « se jeter un sort » : s’en aller. Utilisé en Suisse romande avant l’arrivée d’Harry Potter. Allez viens, tu vois bien que cette équipe de bras cassés est incapable de claquer deux goals, on se jette un sort.

– « avoir la tamise » : trembler. Ce week-end à Londres était horrible : j’avais la tamise tout le long.

– « tenir les pouces » : non pas féliciter mais souhaiter bonne chance. Cette expression est issue de l’allemand (für jemanden den Daumen halten). Je suis invité à aller boire du fendant dans le carnotzet de mon cousin valaisan. – Je te tiens les pouces.

 

Petite devinette pour finir : que veut dire l’expression « elle a le barboutzet en meule de foin ? »

 

Articles similaires

Etienne

4 Responses

  1. Candide
    | Répondre

    Grailler ? je n’ai jamais entendu ta définition, tu m’apprends quelque chose….
    Dans mon entourage, comme au Québec d’ailleurs, ” Grailler” signifie “manger”   ou encore crier en parlant des corneilles…

    • Anonyme
      | Répondre

       Signifie-ce qu’il est grand temps qu’elle aille se faire débroussailler le jardin d’Eden chez l’esthéticienne?….

      • etienne_doyen
        | Répondre

         Tout juste!

    • etienne_doyen
      | Répondre

       Oui je connaissais ce sens-là aussi, je pense qu’il est notamment utilisé à l’armée (la graille étant la bouffe pas toujours grandiose qu’on sert dans les gamelles). Par contre j’apprends le verbe pour les corneilles, c’est fou ce que c’est précis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.