Petite chronique cantonale

Posté dans : Personnages | 15
Petit guide didactique à l'attention des personnes de passage.

Fière de ses 1 million et demi de francophones, la Suisse romande n’est de loin pas un territoire homogène. Un touriste et même un Suisse l’apprendra vite à ses dépens. Pour éviter toutes mauvaises surprises, lisez la suite.

Le Genevois:

Entre le Salève français, le Jura… français et le lac de G****E (Léman), le Genevois se complaît à se prétendre comme étant le plus français des Suisses. Il en a d’ailleurs les qualités : arrogance, prétention et grande gueule. Il vous le dira lui-même, Genève, ce n’est pas la Suisse, c’est la République de Genève, petit territoire urbain à vocation internationale, haut lieu de la finance, des soirées hype. Dans un after work trendy à la rue du Rhône, il martèlera en force ses prétendues origines parisiennes. Coincé et radin de par son éducation calviniste, le Genevois se suffit par lui-même.

Le Vaudois:

Le Genevois dit qu’il ne sent pas bon. Son territoire, le canton de Vaud, est la campagne des Genevois. A Lausanne, le Vaudois s’anime, à Yverdon, il déprime. Son territoire est vaste. Il englobe le 95% de la côte lémanique, jusqu’aux contreforts des montagnes valaisannes. Au nord, le territoire est méconnu. On dit qu’il vaut le détour ou pas. Il y a le Vaudois du bas, celui de la côte lémanique. Celui-ci se dit urbain, mais ne l’est pas. Alcoolique, jaloux des Genevois, ne sachant jamais ce qu’il veut, le Vaudois se complaît dans son provincialisme. On le dit tranquille le chat.

Le Valaisan:

Le canton par excellence. Tout visiteur désireux de faire un saut sur son territoire devra s’armer de quelques trucs. Le territoire du Valaisan est pour le moins restreint. Toujours à la pointe de la technologie et de la mode, il est le fier inventeur du monoski et de la combinaison de ski une pièce. Pratique, le Valaisan l’est même pour ses fils capillaires. C’est donc au couteau qu’il se coupe les cheveux selon la mode locale: court devant, mi-long et en brosse dessus et long derrière. On l’appelle la coupe valaisanne ou le mulet, emblème cantonal. Très populaire dans le Val d’Hérens, le mulet s’est vite exporté, au point que le Valaisan y a déposé son AOC. A ce titre, il est fortement conseillé au touriste de passage d’adopter la mode locale pour éviter tous caillassages. Dans le Bas-Valais, vous opterez donc pour une coupe mulet un peu plus courte. Dans le Valais Central, vous y mettrez un peu de fantaisie. Messieurs, pensez à la moustache. Une coupe mulet bien dégagée sur les côtés. Veillez à séparer les mèches de la frange avec du gel et brossez derrière. Mesdames, il vous est conseillé d’y mettre de la couleur. Quelques mèches violettes, rouges et blondes seront un atout. (Votre coupe valaisanne pourrait subir quelques modifications au gré des rafales de foehn).

Solitaire quand il sort de ses frontières, intra muros, il aime la compagnie de ses congénères. Sauvage, il est toujours difficile d’en voir un dans son milieu naturel. Vous le trouverez dans les bois, à l’église ou au bistrot. Le Valaisan a la peau dure. Dure comme du cuir, les cheveux noirs et la peau mâte. En effet, il aime, en signe d’ouverture, rappeler ses origines Maures. Cette particularité physique, le Valaisan l’entretient et la perpétue….. entre cousins. Lors de randonnées, le touriste ne sera pas surpris de découvrir qu’un seul et même village est peuplé de la même famille.

Haut lieu de la consanguinité, le Valais est par lui-même divisé en trois parties : le Bas-Valais qui s’étend du Lac Léman à la ville de Martigny. Le Valais Central, de Martigny à Brigue et le Haut-Valais, de Brigue à on ne sait où. Un Valaisan du centre vous dira que le Bas-Valais ce n’est pas le Valais. Le Haut Valaisan, lui, n’est pas tellement un Valaisan. « Germanophone », son idiome reste inconnu dans le reste du canton et au sein de ses congénères suisses-allemands. Consanguinité oblige, ces trois régions distinctes sont elles-mêmes en mains de trois familles différentes. Les Morisod dans le Bas-Valais, les Constantins dans le Valais Central et les Zimmermann dans le Haut-Valais.

Le Neuchâtelois:

Le Neuchâtelois, on le dit sympa. Sympa comme cochon. Cochon qu’il se plaît à dépecer chaque année pour sa St-Martin. Bonhomie naturelle, le ressortissant de Neuchâtel a les joues rouges, le corps trapu. Caractéristiques physiques indéniables qui lui permettent aisément de déambuler dans les fougères, à la recherche de racines avec lesquelles il fait des breuvages éthyliques. Superstitieux, il voit des sorcières et des fées partout. Sorcières qu’il se plaît encore à chasser. Celui du haut, originaire de la Tchaux n’aime pas celui du bas. Ce dernier dit de son congénère qu’il est fou. Celui du haut pense que celui du bas n’est pas drôle.

Le Jurassien:

Plutôt méconnu. Son accent le rend proche du Neuchâtelois du haut. Alcoolique, irresponsable, fêtard, têtu et sournois, le Jurassien cultive des penchants terroristes et séparatistes. Pour preuve, il ne boit qu’avec le Neuchâtelois.

Le Fribourgeois:

Le Fribourgeois est la risée de ses voisins. Méconnu et franchement pas drôle, on le dit attardé et sous-développés Ses ennemis diront qu’il sent très mauvais. Avec le Valaisan, le Fribourgeois entretient une certaine rivalité qui n’est pas dénuée parfois de quelques sursauts amicaux. Tout deux partagent la caractéristique de ne jurer que par Jésus. 

Mehdi Atmani

Mehdi

15 Responses

  1. Genevoiscomplaisant
    | Répondre

    En tant que Genevois, je signale 
    que je porte un complet, mais que je me complais…
    Sans rancune…

  2. syd
    | Répondre

    “Valais, haut-lieu de la consanguinité”, ahah, très fort…
    Tout le monde en prend pour son grade, c’est bien, et on notera dans l’ensemble une tendance alcoolique tenace.

    (pauvres Valaisans)

  3. Ded
    | Répondre

    Vraiment bien vu!!!

    A quand la suite? Ca donne envie d’aller découvrir le Valais:-)

  4. Anonyme
    | Répondre

    Fallait oser. Je suis assez scandalisé de lire ce qui est écrit. Ou est l’objectivité? C’est quoi cette manie de taper constamment sur les Valaisans!!!!

    • stunned
      | Répondre

       Heu…. ça s’appelle “faire de l’humour”, sauf erreur?

      • Ded
        | Répondre

        Y a peut-être un peu de vrai

      • Anonyme
        | Répondre

        Ah bon…………. j’avais pas compris!!! 
        Je me rend juste compte qu’à chaque fois les Valaisans s’en prennent plein la gueule. Ca mériterait de plus gros développements sur les autres cantons. Y a de quoi balancer sur les Vaudois et les Genevois.

  5. Ecoeurée
    | Répondre

    DE L’HUMOUR???
     
    C’est peut-être plutôt une thérapie pour l’auteur qui semble vouloir régler des comptes… surtout avec les Valaisans…
    L’idée de départ ” Chroniques cantonales”  aurait pu donner quelque chose de drôle. Ce n’est hélas qu’un simple ramassis de clichés. Dommage!

    • Anonyme
      | Répondre

      Je penses d’ailleurs que c’était le principe de l’article: jouer sur des clichés qui ont toujours existé. J’ai trouvé le sujet vraiment bien écrit et drôle. Il existe tellement de blagues qu’il s’agisse des Valaisans, des Genevois, des Vaudois…etc

      Un petit peu moins de susceptibilité et un peu plus d’humour. Il serait dommage que tu viennes confirmer les propos humoristique de l’auteur sur les Valaisans.

      • romuald
        | Répondre

        le Genevois se complaît à se prétendre comme étant le plus français des Suisses. Il en a d’ailleurs les qualités : arrogance, prétention et grande gueule.


        Je ne connais pas la Suisse encore moins les Genevois, mais effectivement le peuple français auquel j’appartiens a hélas ces traits de caractère.
        Paraît aussi qu’on est sale, qu’on accueille mal etc (bien qu’on soit une destination touristique prisée).

  6. merinos
    | Répondre

    pour la Suisse entière: http://largeur.com/expArt.asp?artID=2030 

  7. Anonyme
    | Répondre

    Un humour très savoureux, comme je l’aime!

    Dans le même genre, voir également la page suisse de la Désencyclopédie:
    http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Suisse

  8. manuela
    | Répondre

    Ah le Valais… rien à dire, tout y est

  9. Monthey
    | Répondre

    Merci pour ce petit descriptif des Suisses romands, j’ai énormément rigolé en lisant ce petit texte!
    Vivant depuis 4ans à Monthey en Valais je constate que la description est plus que réaliste (le sujet des “mêches violettes” de la valaisanne de base m’a beaucoup faire rire car tellement représentatif de la “mode” du coin)
    Les valaisans devraient arrêter de se regarder au fond d’une bière et constater qu’il sont des “gags” à eux seuls! 
    Notons quand même leur 2 seuls évênements de l’année  (et seule raison de vivre) la FOIRE DU VALAIS et le CARNAVAL DE MONTHEY!! rien de tel que ces “beuveries” pour croiser le Valaisan moyen dans toute sa splendeur!

  10. sacha
    | Répondre

    Dans le même genre mais pour nos voisins suisses allemands
    http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Bourbine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.