Les Suisses font-ils rire? 1/2

Posté dans : Culture | 0
L'un fait des blagues graveleuses, l'autre vanne les Irakiens. Nathanaël Rochat et Noman Hosni font du stand-up. Tous les lundis soirs, ils se retrouvent « à poil » avec leur humour, face au public du Swiss Comedy Club.

Jeans noirs et t-shirt dépareillé, Nathanël Rochat boit nonchalamment une dernière gorgée d’Henniez près du bar. A ses côtés, Noman Hosni s’échauffe comme un boxeur et peaufine ses sketchs. Le ring est proche. A quelques mètres de là, sur la scène de la cave du Bleu Lézard, un troisième comédien amateur tente une dernière vanne. Succès mitigé. Tous les lundis depuis la fin du mois de février, une dizaine de comiques suisses vident leur sac à blagues au Swiss Comedy Club. Dix minutes de performance chacun devant une salle comble, sans costume ni lightshow. Nathanël et Noman évoquent la difficulté du stand-up et leur peur du bide.

LBB: Qu’est-ce qui pousse un gars de la Vallée de Joux et un jeune irako-tunisien à faire du stand-up ? Ca rigole pas mal dans ces régions ?

Nathanël Rochat : J’ai habité deux ans en Angleterre. Un jour, je me suis retrouvé là-bas devant des mecs qui évoluaient sur scène sans décor, ni costume, ni mise en scène. Juste eux et leur humour. Ma première expérience du Stand-up. C’était nouveau par rapport à ce qui se fait chez nous. En Suisse et en France, presque tous les humoristes se déguisent pour faire rire. Ils avancent masqués sur scène parce qu’en fait, ils n’ont pas de blagues. C’est le costume qui fait marrer, pas le mec. Plus t’as de mise en scène, moins t’as de gags.

Noman Hosni : Le public croit toujours que c’est plus facile pour nous, car nous n’avons pas de mise en scène, ni de costume, encore moins de jeux de lumière…

Nathanël: On n’aime pas emmerder les techniciens.

Noman: Mais non, t’es con. Ce que je veux dire, c’est qu’en plus de faire rire, nous devons recréer tous ces éléments de décor. C’est un sacré challenge, d’autant plus que tous les lundis, on doit revenir avec de nouvelles blagues

Pourquoi vous êtes drôles?

Nathanël: Je n’ai pas de message, je n’occupe pas l’espace, je ne souris pas. Ma recette, c’est le gag pour le gag. Rien de plus. Le reste, je le laisse à Noman.

C’est vrai que toi Noman, t’es sur un tout autre créneau. Nathanël vanne les drogués et toi l’Irak, ton pays d’origine…

Noman: Ce n’est pas mon créneau, mais j’aime bien mettre en scène mes origines irakiennes dans le spectacle. C’est une façon de me présenter au public. Le défi est de faire rire les gens sur la tragédie du pays, sans tomber dans le cynisme. Généralement ça marche.

Et quand la peur du bide guette?

Noman: Faire rire est un instinct, mais faut juste pas s’enflammer en inondant le public de vannes pourries. Quand tu trouves des blagues amusantes, tu peux être presque sûr qu’elles feront rire les autres. Il faut juste soigner la mise en scène.

Vous arrivez à faire rire tous les lundis?

Nathanaël: C’est clair qu’on ne se renouvelle pas toujours. C’est vachement compliqué de venir chaque semaine avec de nouvelles munitions pour tenir le show. On dégaine nos cartouches les premières fois, puis ensuite il faut se creuser la tête pour revenir avec du neuf. Mais là, j’ai de quoi tenir encore trois ou quatre lundis. Après on verra.

Noman: Sur dix minutes de performance, il y a généralement 2 minutes qui se renouvellent. C’est en tout cas l’objectif que je me suis fixé. Pour le moment, je tiens bon.

Swiss Comedy Club
Tous les lundis jusqu’au 9 mai
Cave du Bleu Lézard
Rue Enning 10
Portes: 19h30
Spectacle: 20h
Prix: 25frs

Articles similaires

Mehdi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.