Les oreilles et la queue…

Posté dans : Rien à voir | 1
Je n'aurai pas pu être boucher. J'avais pas le cœur. Je n'aurais pas pu être matador. J'avais pas les tripes. J'aurais pas pu être Bardot. J'avais pas les fesses. [Pierre Desproges]

En traversant le pays basque, ou l’Espagne on y croise quelques arènes. Personnellement, je n’ai jamais assisté à une corrida et ma position sur le bien-fondé d’une telle tradition n’a jamais été un sujet perturbant.

Partant du principe que l’homme est en haut de la chaîne alimentaire, et hormis quelques réticences plus culturelles que gustatives, tout animal se mange et donc se fait buter pour ça. Après, le faire avec un drap rouge, une épée et des collants roses, c’est une question de choix.

Par contre, entendre certaines célébrités sur le déclin venir s’indigner de la barbarie d’un tel acte, là ça me fait chier. Je deviens hermétique aux protestations faciles défendues avec des arguments de bourrins pour téléspectateurs aux cerveaux disponibles. Alors comme il y avait de la place ici, je vais la ramener sur le sujet.

J’ai lu, de-ci de-là, que quelques intégristes prônant une improbable et ridicule égalité entre l’homme et l’animal dénonçaient cet odieux jeux d’arène. Poussant même jusqu’à comparer les matadors aux obscurs terroristes d’Al-Quaida qui décapitent leurs otages après les avoir torturés gratuitement…

En règle générale, le débat vaut mieux que la guerre de tranchée mais cette discussion sur une éventuelle abolition de cette tradition taurique mérite mieux que l’intervention d’un vieux chanteur alcoolique ou d’une ex-star du porno et leurs dérapages verbaux…

Je comprends que l’on puisse haïr la corrida et dénoncer une certaine cruauté ou un spectacle relativement violent mais il est également possible d’opposer intelligemment les intérêts entre la souffrance d’un animal et le maintien d’un folklore séculaire.

Il n’y a rien d’étonnant que dans un monde ou la différence est un vice, tuer un taureau par l’épée est forcément un acte de barbarie. Malheureusement pour ces pourfendeurs vertueux, le taureau sauvage est autant respecté qu’admiré et qu’avant de finir en haut de l’affiche et dans l’arène, il vit en liberté jusqu’à sa mort au combat. Je ne suis pas certain que la plupart des autres bovidés gavés d’hormones de croissance pour soigner nos futurs cancers ont une destinée aussi enviable.

Notre société hygiéniste veut éradiquer les fumeurs de cigarettes, éliminer les propriétaires de chiens, bannir les fast-foods, faire en sorte que tous les fromages aient le même goût et mettre au ban les conducteurs de tout-terrain. En bref, tout est mauvais et une fois de plus, une minorité veut imposer ce qui est « juste » à la majorité, pour le bien de tous, même si, cons comme nous sommes, on est incapables de se rendre compte que c’est pour notre bien.

Rien que pour ça la corrida doit vivre, sinon à quand une campagne contre la dégustation d’huîtres avalées vivantes?

serge

  1. loris
    | Répondre

    Une petite vidéo de Sebastien Castella, bitterois, et meilleur torero del mundo. Il se rapproche parfois du génie. 

    http://www.youtube.com/watch?v=UN6FX1r9U_Y&feature=related

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.