Yan assure l’After Show du Montreux Jazz Café

Posté dans : Culture | 0
Yan, du collectif Digital Natives, se produira ce samedi en After Show du Montreux Jazz Café pour la deuxième fois de la quinzaine montreusienne. Le Lausanne Bondy Blog est allé à sa rencontre.

Yan hante les scènes festives et électroniques depuis près de 10 ans maintenant. Ayant pour spécialité des mixes éclectiques, mélange de tubes underground et de hits internationaux revisités dans un esprit groove et festif, Yan n’en reste néanmoins pas là et déploie ses efforts tous azimuts : DJ infatigable, promoteur événementiel opiniâtre, cofondateur du collectif « Digital Natives », blogueur assidu, spécialiste des médias et des réseaux sociaux, Yan ne semble jamais rassasié. Présentation :

 

LBB : Bonjour Yan, cela fait maintenant près de 10 ans que tu évolues dans le monde de la musique électronique, comment tout cela a-t-il commencé ?

Yan : Tout est histoire d’opportunités, de découverte, et de curiosité. Je suis venu aux musiques électroniques par l’évènementiel. Vu ma formation (HEC), m’occuper de choses telles que la comptabilité, la communication ou la gestion de bénévoles paraissait évident. J’ai donc apporté mon aide à différentes associations et collectifs actifs dans l’organisation de ce qu’on pourrait appeler de « grosses grosses teufs ». J’ai du coup découvert la trance, la techno, la house, la minimale, etc. Il faut aussi souligner qu’à l’époque les musiques électroniques, au niveau de l’énergie de ses acteurs, étaient beaucoup plus entreprenantes et moins institutionnalisées que d’autres pans des musiques actuelles (rock, pop, chanson, reggae, …).

 

LBB : En 2007, tu fondes à Lausanne, avec d’autres DJs, le collectif « Digital Natives ». Peux-tu nous en dire quelques mots ?

Yan : A la base, nous avons fondé Digital Natives car une chose nous passionnait (et nous passionne évidemment encore) : la grosse claque qu’allaient mettre les audioblogs aux acteurs plus classiques du marché (labels traditionnels, presse spécialisée, émissions de radio, etc.). Il était un nouveau monde dans lequel tout le monde produisait, mixait, remixait, samplait, diffusait, sans hiérarchie aucune si ce n’est celle décidée par ceux qui écoutent. Un monde horizontal issu de la culture web qu’on a voulu matérialiser en club. De fil en aiguille, le concept évènementiel s’est complété d’une idée musicale, que nous avons trimballée aux quatre coins de la Suisse et un peu dans le monde avec beaucoup de bonheur.

 

LBB : Comment définirais-tu la musique que tu mixes ?

Yan : Aujourd’hui – alors que Digital Natives est plutôt devenu une sorte de label auquel différents DJs se rattachent – ce qui me plaît personnellement c’est de faire découvrir des titres issus de l’underground électronique à un public dont ce n’est pas la tasse de thé à la base. Prêcher les convaincus m’intéresse moins. Cela veut dire que je privilégie les longs sets, au cours desquels je peux balader l’auditoire au travers d’une diversité musicale et stylistique, tout en m’accrochant à un crédo dancefloor, soulful et groove.

LBB : Quelle est ton activité professionnelle actuelle ?

Yan : Je travaille à la Radio Télévision Suisse et m’occupe de tout ce qui touche aux communications institutionnelles, du moment qu’elles sont en ligne. En traits tillés, j’agis aussi – ainsi que d’autres – en tant qu’évangéliste (ou activiste, c’est selon) des réseaux et médias sociaux. Sinon je blogue et donne des conférences à propos desdits médias sociaux. J’ai la chance de défricher de nouvelles professions, liées au community management, à la gestion de la e-réputation, à l’architecture social media.

 

LBB : Cette année, tu te produis à deux reprises dans le cadre du Montreux Jazz Festival, l’expérience est-elle à ton goût ?

Yan : Alors justement, la première fois, le samedi 2 juillet, c’était après Wu Lyf et Crystal Fighters et c’était magnifique. 5 heures de set, un public éclectique et nombreux qui a – je crois – compris la démarche, un très bon soundsystem ; que demander de plus?

 

LBB : Quels sont tes futurs projets artistiques ?

Yan : Pas de planning, pas de planning (sourire), je crois cependant avoir trouvé un “style” qui me plaît, à cheval entre du mainstream pointu et du pur underground, qui m’exclut à priori des clubs 100% électroniques mais pas des salles de rock ou des festivals. Et j’aimerais aider à développer l’aspect DJ-ing de Think Tank (www.thinktank.li), un blog culturel tenu par des amis. Et – si j’ai le temps – tenter de réactiver le blog “musique et communication 2.0” de www.swisselectronicmusic.com

Yan se produira samedi 16 juillet, conjointement avec Laura Leishman, lors de l’After Show du Montreux Jazz Café.

Pour le contacter :
Twitter : @yan_luong
Google+ : yan luong
Instagram : @cafesoda

Articles similaires

Francis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.