Vu et entendu à BD-FIL

Ce week-end, je gardais des expositions à BD-FIL. Afin de lier cette activité bénévole au blog, j’ai ouvert mes yeux et mes oreilles. Le festival, tel que vous ne le lirez pas ailleurs, c’est ici.
Trouvez le Mickey qui fait peur. – © Julie Collet
Trouvez le Mickey qui fait peur. – © Julie Collet
Dessin de bon goût. – © Julie Collet
Dessin de bon goût. – © Julie Collet

Dans l’exposition consacrée à Blutch un espace est interdit au moins de 16 ans. Lors de ma garde de ce dernier j’entends un « je vais voir le porno », dit d’un ton salace. Puis, un peu plus tard, une mère s’adressant à ses enfants : « Oui c’est glauque pour vous. »

Entre les expositions « Hommage à Hugo Pratt » et « Les étoiles souterraines » les gens sont intrigués par le rideau blanc qui dissimule des escaliers et essaient tous de passer par là.

A l’espace Fanzines : « Oui c’est moi qui ai dessiné ce lapin qui nique un casque… Ne me jugez pas. » Plus loin, on peut lire sur un badge des Editions Delaballe : « Il fait trop chaud, MONTREZ VOTRE SEXE. »

Deux femmes devant le panneau explicatif d’une exposition dont on ne mentionnera pas l’intitulé : « – Tu vois le nom là ? – Oui. – C’est une connasse. » #laviolence

À l’exposition « Mickey réinventé » : « Pat Hibulaire… Mais, c’est son vrai nom ça ? », un homme visiblement interloqué. Puis, dans la partie où les enfants peuvent dessiner Mickey et l’exposer, une petite fille s’est exclamée devant un dessin : « C’est une horreur ! ». Un certain Léo précise qu’il « n’assume pas » son œuvre,  tandis qu’un anonyme a déposé sur la barre qui soutient le tout une poétique souris en origami.

La poésie. – © Julie Collet
La poésie. – © Julie Collet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.