Une montre lausannoise ? A la bonne heure !

Posté dans : Lausanno-lausannois, Technologie | 0
Deux jeunes lausannois viennent de lever le voile sur «Ornata», une montre à mouvement mécanique 100% «made in Lausanne». L’activité de l’horlogerie suisse se concentrant pour l’essentiel à Genève et sur l’arc jurassien, cette initiative lausannoise vient bousculer un tant soit peu l’ordre d’un secteur solidement établi. Récit d’une aventure qui bat la cadence.

Nous sommes nombreux à porter un regard perplexe sur la haute horlogerie. A observer ses adeptes d’un œil distant et interrogateur. Il faut dire que la montre – mécanique en particulier – est généralement et d’abord perçue comme un bijou de privilégiés, symbole ultime de richesse et de luxe, reléguant souvent au second rang le formidable degré de technicité que cet instrument de mesure du temps renferme. L’opinion communément admise vient aussi à penser que Genève et l’arc jurassien résument à peu près à eux seuls tout ce que la Suisse a de mieux à offrir en matière d’horlogerie dite complexe. Une opinion qui se rapproche à vrai dire bougrement de la réalité.

Le logo de la marque s’inspire de la cathédrale de Lausanne. Ici, les modèles «Lausanne Flon» et «Lausanne City». © Ornata

Lausanne depuis toujours boudée par l’horlogerie

Fleuron de l’économie suisse et véritable image de marque à l’étranger, l’horlogerie (et l’industrie de haute précision en général) a depuis la nuit des temps élu domicile sur l’arc jurassien et ses proches alentours. Pour des raisons tant religieuses que socio-économiques, la diagonale que forment les crêtes jurassiennes sur une carte de la Suisse concentre en effet quasi à elle seule les principales grandes manufactures horlogères helvétiques, qui s’y sont implantées à partir du XVIème siècle déjà : dans l’ordre, du sud-ouest au nord-est de la chaine montagneuse, Rolex et Vacheron Constantin  sont à Genève, Audemard Piguet, Breguet et Jaeger Le Coultre à la Vallée de Joux, Omega est à Bienne et Tag Heuer, créé à St-Imier, est aujourd’hui basé à la Chaux-de-Fonds. La ville de Bâle, située à l’extrémité orientale du Jura, organise quant-à-elle «BaselWorld», la plus grande foire horlogère au monde qui réunit chaque année tout le gratin de la branche.

Et Lausanne dans tout ça ? Il faut bien avouer que la cité lémanique, géographiquement en retrait de cette région où «tout se passe», a toujours été reléguée en marge de ce secteur. Forts de ce constat, deux lausannois ont tenté de combler un tant soit peu ce «vide».

Un ancien modèle d’Ornata fabriqué à Bienne dans les années 80. DR

A la recherche d’une filiation  

A l’origine du projet, un jeune horloger formé à la Vallée de Joux. Véritable passionné et désireux de créer un projet personnel dans le domaine, il décide de mener l’enquête sur son propre nom de famille dans l’espoir de retrouver un horloger potentiel parmi ses aïeuls. Au fil de ses recherches, certes un peu hasardeuses, il découvre à sa plus grande surprise qu’un horloger portant son patronyme a en effet été à la tête d’une marque horlogère biennoise dans la seconde moitié du XXème siècle. Qu’un lien de filiation direct existe véritablement avec l’ancien propriétaire de la marque importe peu pour l’horloger lausannois ; il poursuit son investigation et se lance à la recherche d’éventuels descendants de ce parent imaginé. Il parvient alors à entrer en contact avec ses petits-enfants qui lui apprennent que la marque familiale a fait faillite en 1997 et que son nom est aujourd’hui complètement tombé dans l’oubli. La légitimité «familiale» avec l’horlogerie (re)trouvée, notre horloger tient désormais l’idée de base de son projet : faire renaitre «Ornata».

L’aiguille d’heure «cyclope», singularité propre à Ornata. Ici sur le modèle «Beaurivage». © Ornata

«Ornata», une Biennoise devenue Lausannoise

Pour amorcer plus sereinement ce projet et mieux répartir les nombreuses tâches qui l’attend, le lausannois sollicite un ami de longue date et s’associe avec lui début 2017. Aussi, de par sa formation et sa grande expérience acquise dans le service après-vente, l’horloger porte un regard sans concession sur les (trop) nombreuses marques dont le nom n’est traditionnellement pas associé à l’horlogerie. Sans les blâmer outre mesure, il remarque toutefois que ces marques déversent sur le marché une ribambelle de montres à quartz extrêmement bon marché à produire et relativement pauvres («cheap») sur les plans matériel et esthétique, affublées d’un logo Fossil ou Micheal Kors comme seule justification de leur cherté.

Avec «Ornata» (le nom de la marque signifie «ornée», «fleurie» en italien mais sa véritable origine reste floue), les deux associés ont donc souhaité prendre le contrepied de cette surabondance de montres quartz, en développant une montre à mouvement mécanique «Swiss made», entièrement imaginée, designée et assemblée à Lausanne, ceci en prenant particulièrement garde à maintenir un prix de vente raisonnable et accessible au plus grand nombre.

La cathédrale pour logo, une aiguille d’heure «cyclope»

Le dos transparent de la montre et son mouvement ETA-6497. © Ornata

Les deux concepteurs ont aussi souhaité témoigner de leur attachement à Lausanne, en réalisant la montre à son effigie. Ainsi, le logo de la marque représente les contours schématisés de la cathédrale, reconnaissable depuis sa face est. Côté design, l’horloger s’est inspiré d’un des anciens modèles biennois d’«Ornata» pour dessiner la forme du cadran du nouveau prototype et a conservé la forme singulière de l’aiguille des heures, qu’il s’est lui-même amusé à baptiser «aiguille cyclope». Fixée à un bracelet cuir, le boitier est large de 44mm. Le cadran (noir ou blanc) et les aiguilles très sobres rendent, un peu dans l’esprit des montres d’aviateur, la lecture de l’heure très aisée.

Le dos transparent de l’«Ornata» permet enfin d’apprécier le «cœur» de la montre, soit le mouvement ETA-6497 (ou 6498 selon le modèle) : d’une complexité technique relative mais réputé très robuste, les rouages qui le composent, imbriqués les uns aux autres, tournent et dictent la cadence avec une précision déconcertante qui cristallise à elle seule et depuis toujours une bonne part de l’admiration du public pour le génie horloger.


  • Toutes les modèles et infos sur le site officiel d’Ornata.
  • Ornata sur Instagram.

Répondre