Une blogueuse Lausannoise sur la route

Posté dans : Culture | 0
Blogueuse au Lausanne Bondy Blog et bercée à la Beat Generation, Cécile réalise en ce moment-même son rêve de parcourir les États-Unis à la recherche de liberté et d’elle-même. Son blog "Words On The Road" nous fait vivre ses aventures, entre poésie et photographie.
Aux abords du Louis Armstrong Memorial Park, New-Orleans.
Aux abords du Louis Armstrong Memorial Park, New-Orleans.

Je suis tombée amoureuse de Kerouac quand j’étais adolescente. Sa vision de l’Amérique était nouvelle pour moi, pleine de liberté et de sensations. Totalement à l’opposé de ce que je voyais dans les films. C’est sûrement à ce moment là que mon rêve d’y aller est né.

Jeune Lausannoise férue de littérature et de poésie, Cécile Vuillemin réalise son rêve en ce moment même. Partie ce 1er avril, elle sillonne déjà les États-Unis depuis une semaine et continuera son voyage sur plus de deux mois, en suivant le parcours emprunté par son mentor dans son livre culte Sur la route : New-Orleans – Chicago – Denver – Santa Fe – Phoenix – San Francisco – Big Sur & the West Coast ; pour finir par Hawaï (un petit plus hors-Kerouac). Et tout au long de son périple, elle tiendra un blog vagabond poétique et photographique, Words On The Road, qu’elle alimente déjà régulièrement d’impressions visuelles et écrites.

Première étape pour Cécile : l'India House, l'auberge la plus atypique de New-Orleans.
Première étape pour Cécile : l’India House, l’auberge la plus atypique de New-Orleans.

J’écris de la poésie depuis quelques années maintenant. C’est la forme d’art qui me correspond le mieux, avec laquelle j’arrive le mieux à exprimer mes sentiments. Je pense aussi que c’est une bonne manière de décrire et de partager ce que je vais découvrir. Je suis assez observatrice et j’aime contempler ce qui m’entoure, et la poésie a cet aspect instantané, d’ici et maintenant, qui je pense transmets mieux cette sensation extérieure de calme et d’émotions qu’on peut ressentir devant un paysage désertique ou dans une rue bondée d’une grande ville. Quant aux photos, c’est simplement pour donner un côté attrayant et visuel au blog, et pour permettre aux gens de mieux s’imaginer où je me trouve.

Mais plus qu’un simple voyage touristique, Cécile voit aussi et surtout cette traversée comme un challenge personnel, une expérience à part entière, qui ne sera pas faite que de hauts.

J’ai toujours eu besoin de découvrir des choses nouvelles. J’ai beaucoup de mal à rester au même endroit trop longtemps, ça m’étouffe vite. Le fantasme de la liberté, de la route, de ne pas savoir ce que je vais vivre et qui je vais rencontrer est quelque chose que je chérie depuis longtemps. Mais je suis aussi consciente que ce ne sera pas facile tous les jours. Gérer la solitude, sortir de situations imprévues, réussir à bien m’exprimer en anglais (car ce n’est vraiment pas un de mes points forts…), etc. Tout ça fait parti du jeu, du défi que je me suis lancé.

Une des parades musicales régulières de  New-Orleans.
Une des parades musicales régulières de New-Orleans.

Et les ennuis ont déjà commencé pour elle, et ce dès l’aéroport de Genève. Comme le titre de son premier post l’indique : « Les États-Unis, ça se mérite ! » Correspondance ratée à cause du brouillard londonien, troisième vol retardé, valise perdue dans les sous-sols d’un aéroport américain… L’aventure commence fort pour Cécile. Heureusement, ça fait maintenant presque une semaine qu’elle profite de la vie et de l’énergie de la Nouvelle-Orléans, comme l’attestent ses trois derniers posts, qui témoignent de l’énergie musicale extraordinaire de cette ville qui a vu naître le jazz et le blues.

Quelques amis qui sont déjà allés aux États-Unis m’ont dit que j’allais m’ennuyer dans l’Amérique profonde, là où on ne trouve qu’une route, quelques stations services solitaires et des étendues désertiques. Mais c’est exactement ce genre d’endroits que j’ai le plus hâte de découvrir. Je veux voir l’Amérique autrement, la ressentir comme Kerouac l’a ressenti.

Ils sont partout... Some coffee with your News That Matters ?
Ils sont partout… Some coffee with your News That Matters ?

C’est tout ce qu’on souhaite à Cécile, qui quitte aujourd’hui la Nouvelle-Orléans pour Chicago, et c’est ce que nous verrons sur son Words On The Road.

Nothing behind me, everything ahead of me, as is ever so on the road, comme le disait si bien Kerouac. (Rien derrière et tout devant, comme sur la route).

Pour plus de photos et de poésie, suivez Cécile sur Words On The Road et sur la page Facebook.

Et en bonus, un extrait de son dernier poème, publié ce matin-même :

“La ville se réveille lentement, le son
Du saxophone résonne encore dans
Le fond des bars. De tout son long,
La berge émerge hors du temps”

Photos et poème © Cécile Vuillemin, 2014

Répondre