Un regard sur Lausanne : Le passage de 10 à 18 ans

Le LBB vous propose une série initiée par Alex, notre blogueur photographe à l’œil aiguisé, intitulée « Un regard sur Lausanne ». Tour à tour, nous poserons nos mots sur ses images pour vous conter des histoires.
© Alex Berto*
© Alex Berto*

10 ans. Pas un poil au-dessus des couilles. Voix féminine. Conviction d’être immortel. Joie de la transgression éprouvée au visionnage “en cachette” de Pirates des Caraïbes, pourtant interdit aux moins de 12 ans.

18 ans. Majorité ! Beaucoup de changement corporels depuis les 10 ans. Beaucoup de changements dans la tête aussi. Toutefois, contrairement à ce qu’il en est de l’appareillage osseux, il y a encore pas mal de boulot à faire au niveau de l’organisation et de l’agencement des neurones. Certains traits de naïveté demeurent en effet, comme la conviction d’être immortel. Conviction devenue dangereuse, car, outre le droit de vote, d’autres portes s’ouvrent qui permettent une dégénérescence accélérée sinon un arrêt brutal de la vie : conduite, explosion des tympans en boîte de nuits, accès à toutes les liqueurs fortes, accès à la cigarette, accès aux films porno. Et oui, à 18 balais, c’est officiel : on est libre ! Et cette liberté s’étend paradoxalement à celle de se soumettre en esclavage à toutes sortes de produits et autres contenus médiatiques à haut potentiel d’accoutumance voire de dépendance.

On le voit, le passage de 10 à 18 ans est critique : il s’agit pour l’adulte en devenir d’apprendre à faire un usage sensé de toutes les possibilités légales, musculaires et sexuelles qui s’offrent progressivement à lui. Il paraît qu’on en chie. Il paraît que nos parents en chient. C’est l’adolescence.

*Localisation google maps de la photo d’Alex, située à la frontière sud du périmètre pour le code postal 1018 (Sauvabelin, Borde, Pontaise,…)

Répondre