Un marché qui en Vaud la peine

Posté dans : Lausanno-lausannois | 0
Samedi 26 juillet se tenait, à Saint-François, le Marché des Vignerons. Petit retour sur cette journée bien sympathique

Organisé par Provino en collaboration avec la Ville de Lausanne dans le cadre de Lausanne à table, cette manifestation a pour but de faire (re)découvrir les délicieux nectars de notre joli canton de Vaud.

Le principe est simple: Lors des trois différents Marchés des Vignerons de cet été (la première édition s’est tenue le 28 juin et la suivante aura lieu le samedi 30 août), ProVino invite une petite dizaine de vignerons-encaveurs à faire découvrir quelques-uns de leurs produits, entre 5 à 6 vins chacun. Ce qui est, à mon avis, largement suffisant, car trop de choix tuerait le choix…

Pour cette seconde session, seuls des producteurs de la Côte et de Lavaux étaient présents. Joli choix, les vins de la Côte ayant la préférence de mon père (qui m’accompagnait lors de cette dégustation), tandis que j’avoue un petit faible pour les seconds . Bien entendu, il était également possible de déguster quelques spécialités vaudoises sous forme solide : pâtés, taillés au greubons et autres tommes vaudoises.

Voilà pour le décor.

L’intérêt de ce type d’événements, outre la dégustation, est bien entendu de pouvoir discuter avec les différents vignerons présents ainsi qu’avec d’autres amateurs de plaisirs de la table. J’ai au passage relevé que je n’étais pas le seul à me plaindre de l’absence de vins rouges suisses en classe économique lors des vols long courriers avec Swiss alors que bières et vins blancs le sont. Bon bref, je m’égare. Entre questions dues aux produits-mêmes et sur les différentes spécialités viticoles d’ici et d’ailleurs, les discussions  allaient bon train. Mais souvent les sujets de ces dernières s’éloignaient du sentier des vignes pour emprunter les chemins biscornus des problèmes liés à la protection de Lavaux, de l’UNESCO et de Franz Weber. Et bien entendu les délices culinaires avaient une place de choix dans les nombreux causeries au coins des stands.

Au final, expérience fort sympathique même si Jean Rosset fit grève au début, nous obligeant à nous mettre à chotte lorsque il se mit à roiller. Mais point de problème à cela, accompagnés que nous étions d’une planchette de dégustation et d’un bon ballon de rouge.

Quand à notre coup de coeur, le voici:

Un chasselas de Belmont de chez Fischer-Vins et un merlot de Tartegnin de chez Laurent Munier. Entre autre…

Santé!

Les vignerons présents le samedi 26 juillet, c’est par ici.

Répondre