Bouillonnement d’émotions en gare de Lausanne

Posté dans : Lausanno-lausannois | 5

Une gare, un lieu à part… Une gare c’est un lieu plein de vie, un lieu de passage mais aussi de rencontre, de départ et d’arrivée. Il s’agit également d’une place d’attente et d’achat (toute gare d’une certaine importance est une sorte de mini centre commercial, non?), ainsi que d’un sanctuaire pour le temps qui s’écoule indéfiniment. En effet, tout ne tourne-t-il pas autour du temps qui passe? Les yeux de tous sont fixés sur les incontournables horloges des CFF ou … Lire la suite

Les Lausannois et la Ficelle 2.0 : dix ans qu’ils s’m2

Posté dans : Lausanno-lausannois, Politique, Société | 2

Parce que le plus pratique, le plus régulier et le plus fiable, le m2 est aussi le plus emblématique, le plus spectaculaire, le plus emprunté et donc forcément le plus bondé des transports lausannois (tl). Notons aussi que l’absence de portiques et la dispense d’oblitérer son billet pour accéder aux quais du m2 – une situation certes surprenante mais que l’on retrouve dans les métros de Berlin ou de Vienne notamment – offre un vrai boulevard aux resquilleurs et aux … Lire la suite

Un îlot de peinture pour les actions militantes en gare de Lausanne

Posté dans : Politique, Société | 0

Quand les grandes stations comme celle de Lausanne conservent un semblant d’identité grâce à un travail architectural admirable et inspiré, petites et moyennes gares se ressemblent chaque jour un peu plus, subissant l’une après l’autre un plan de rénovation dont la normalisation est manifestement l’idée maîtresse : aujourd’hui, que le voyageur arpente les quais de Croy-Romainmôtier, de Cully ou encore de Bussigny, une sensation de déjà-vu apparaît au contact d’un décor ultra-épuré et délibérément impersonnel, mêlant le gris du béton, la … Lire la suite

Un regard sur Lausanne : Le couloir de Georges

Georges avait toujours une montre en main, sous forme de téléphone intelligent. Depuis sept ans, il avait déménagé dans la villa que sa femme et lui avaient pu acheter. Le quartier était sans saveur et la vue sur le lac, un rêve oublié. La prêt immobilier était par contre sans cesse rappelé. La campagne, être propriétaire, c’était le mieux pour fonder une famille. Penduler pour s’offrir ce luxe était un compromis raisonnable au moment de la signature, les kilomètres de distance … Lire la suite