OCUB 88 : Slip, gâteau, expo et littérature

Posté dans : OCUB | 0

VENDREDI 24 FÉVRIER – Les Prélims de la Fête du Slip Les années passent et les Préliminaires reviennent… Pourtant, le LBB est toujours chaud pour parler de la Fête du Slip. Pour cette édition 2017, c’est la soirée du 24 février qui jouera les chauffeurs d’ambiance, avant que le festival débute le vendredi suivant pour trois jours à la programmation intense. Pour éviter la gueule de bois, un troisième événement est prévu le 10 mars sous forme de post-liminaires : … Lire la suite

Ecriture urbaine, poésie de l’instant

Posté dans : Culture, Lausanno-lausannois | 0

« Parfois je crois que je te vois », en français, est une installation littéraire qui traverse le monde créée par l’Argentin Mariano Pensotti. Son but ? Sortir l’écriture des livres ! Comme un discret metteur en scène, il organise l’installation de quatre écrivains, aux quatre coins d’un lieu de passage important ; ici la station LEB–TL au Flon de 12h à 14h. L’écrivain – que cela soit Antoinette Rychner, que l’on que l’on retrouve aussi dans Entre les lignes, ou encore Daniel … Lire la suite

OCUB Spécial – Ecrire au LBB, c’est toute une histoire!

Posté dans : Lausanno-lausannois, OCUB, Vie du blog | 0

Florian Le thème était New-York. Du Jay-Z plein les baffles et des hot-dogs à foison. L’appartement était bien trop petit pour contenir tout ce petit monde. Difficile donc d’éviter Arnaud et Etienne, ce soir là autant désinhibés que moi, qui par je ne sais plus quelles maximes bien senties me vendirent le Lausanne Bondy Blog comme un espace d’écriture, de liberté et de convivialité, articulé autour du point commun que nous avions tous : Lausanne. Des numéros ont sûrement été … Lire la suite

De là où je suis vol. 09 – Quand le courage d’un sans-papiers impressionne

Posté dans : Au quartier | 3

Fnac / 11.01.2012 / 09h38. Au début, il se fait discret. Un peu caché derrière l’ascenseur central, il se sert des sièges plastiques rouges et jaunes pour couvrir des pages entières de noir. Des heures durant. Il n’arrête pas. De l’ouverture jusqu’à la fermeture. Puis, souvent il s’endort par terre, le crayon encore à la main. Il s’assoupit simplement, sans autre cérémonial. A bout de force. Je vois sur ses traits endormis que ce repos lui est salvateur et vital. … Lire la suite