Swissnetwork, le marketing anti-crise

Posté dans : Personnages | 0
Portrait d'Egon Kuonen, un entrepreneur vaudois, roi du e-commerce.

La première fois que j’ai interviewé Egon Kuonen, il est arrivé en retard. Il m’avait donné rendez-vous dans un bistrot yverdonnois sans me donner un signe particulier pour l’identifier. Pourtant, je l’ai tout de suite reconnu grâce à son calepin frappé du logo de www.5theclub.ch, la marque de Swissnetwork AG, l’entreprise de network marketing qu’il a fondée en octobre 2007. Physiquement, Egon Kuonen a un petit air du skieur Bernard Russi. Il n’est pas très grand mais ses ambitions, elles, le sont. Son idée principale se résume comme suit : « réunir clients et entreprises dans une plate-forme internet régie par le principe du win-win ». Rien d’extraordinaire à première vue.

Pourtant, mon interlocuteur ouvre son fameux calepin et, muni de différents feutres couleurs, schématise ses idées. On passe en revue les principes : l’inscription gratuite à 5theclub.ch donne accès à un système de rabais sur chaque achat effectué directement dans les magasins affiliés ou via internet, aussi bien par les clients que par les entreprises partenaires. Les Points cumulés peuvent être utilisés pour réaliser de nouveaux achats ou verser de l’argent à des œuvres. En recommandant 5theclub.ch autour de soi, on perçoit un bonus sur le chiffre d’affaire réalisé, « chaque centime rapporté est un centime gagné ». Pour faire la promotion du concept, un shop flanqué des couleurs rouge et blanche s’est ouvert à la rue  du Valentin 3 à Yverdon-les-Bains, avec un slogan qui ne passe pas inaperçu : le plus grand magasin de Suisse. Il propose plus de 300 millions d’articles, mais aucun n’est visible dans le shop. Pour les connaître, il suffit de surfer sur www.5theclub.ch où la charmante Anna (mascotte et porte-parole de la société) accueille les internautes et les incite à découvrir tous ce que Swissnetwork AG peut leur offrir.

Un an et demi plus tard, j’ai voulu faire le point sur la percée de Swissnetwork AG. Une chose n’a pas changé: il est toujours aussi difficile de mettre la main sur Egon Kuonen. Il ne me restait plus qu’à faire appel à Skype. Enfin connectés en même temps, nous avons d’emblée parlé de chiffres : un volume de vente de 100’000 francs, 5’000 clients affiliés, 323 entreprises suisses inscrites et plus de 5000 en attente de l’être.

Un rempart contre la crise

Ces chiffres reflètent-ils la bonne santé du e-commerce ? Dans le seul secteur alimentaire, les prévisions émises début 2008 tablaient sur des ventes s’élevant à quelques 200 millions de francs en Suisse. Cela représente 0,5% du total, évalué à quelques 36 milliards, d’après un responsable du supermarché en ligne LeShop.ch. Pour sa part, l’Université de Saint-Gall évaluait la portée de ce marché en 2006 à 4,2 milliards de francs. Ce chiffre a doublé en l’espace de trois ans. Pour 2009, cette somme serait, paraît-il, multipliée par deux.

Les participants à la seconde édition du salon E-Commerce organisé récemment à Genève n’affirment en tout cas pas le contraire. Face à la réduction des budgets marketing des entreprises, bon nombre d’entre elles attendent un retour sur investissement chiffré et précis. Le marketing par e-mail devient plus intéressant à partir du moment où chaque clic est mesurable.

Après ce constat et ces analyses, le débat abordé avec mon interlocuteur a débouché sur la crise financière actuelle et l’impact de la tempête générée par l’affaire Madoff. Il faut savoir que le concept développé par Swissnetwork AG est parfois confondu avec l’effet « boule de neige », «vente pyramidale » et autre « jeu de l’avion ».  En interpellant une énième fois Egon Kuonen sur le sujet, il n’a pu s’empêcher d’esquisser un petit sourire visible à travers la webcam. En guise de réponse, il m’interroge sur un ton plaisantin : « Que pourrait-il bien y avoir de négatif avec des pyramides qui existent depuis plus de 2000 ans ? ». Reprenant son sérieux, il poursuit : « Le problème n’est pas de savoir si la vente pyramidale est une escroquerie ou pas. Ce qui me dérange personnellement c’est l’échange d’argent de manière spéculative seulement en faisant appel à des effets multiplicateurs. C’est voué à l’échec à partir du moment où il n’y pas création de valeur ajoutée. La crise financière actuelle en est la parfaite illustration ».

La crise financière, parlons-en justement. C’est sans doute l’opportunité rêvée pour toute société de network marketing qui désire décrocher une part de marché au moment où les clients sont plus sensibles aux prix et aux rabais. Mais Egon Kuonen ne s’enfile pas dans cette brèche, préférant placer le débat sur un autre aspect. D’après lui, pour qu’une société puisse se démarquer, elle doit être en mesure de proposer un système de fidélisation de A à Z. Il ne suffit plus d’avoir des clients, il faut aussi les fidéliser et les amener à recommander. Déjà entendu et déjà lu! “Non” rétorque Egon Kuonen. « Prouvez-le! » ai-je répliqué.

En guise de réponse, mon interlocuteur brandit une carte. Je lui dis : « même Swissnetwork se met aux gadgets ! ». Avec son sang-froid habituel, il se met à me présenter cette fameuse carte qui, paraît-il, fait la différence avec toutes celles qui sont disposées dans mon portefeuilles. Pourquoi? Parce que je peux l’utiliser aussi bien en magasin (boutiques, stations service…etc.) que sur internet lorsque je fais mes achats tout en cumulant mes points Bonus. Des points Bonus que je peux même utiliser pour payer mes primes d’assurance maladie : « Notre objectif est de proposer une caisse maladie dans un contrat collectif, avec des rabais supérieurs à ceux du marché. Pour ce faire, nous sommes en relation avec le plus grand service de courtage en assurance Score Live, sis à Lausanne. Les points cumulés grâce aux achats effectués avec 5theclub.ch peuvent être utilisés pour payer ses primes d’assurance. Ce projet sera finalisé en début d’été. »

Pour assurer son développement, Swissnetwork a des visées européennes. C’est dans ce sens qu’une coopération vient d’être conclue avec le Groupe April, présent dans 29 pays. « Le but est de s’impliquer dans toute l’Europe pour mieux agir sur le marché. Cette coopération générera davantage de professionnalisme à notre société. Nous disposerons de nos propres designers qui se chargeront du relooking de www.5theclub.ch et de la mise à jour de notre plate-forme internet. »

Kahina

Kahina Messiaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.