Quand Dieu se la joue sexy funky pour séduire les d’jeuns

Posté dans : Société | 8
Une dose de rock, une boisson gratuite au bar et un culte qui parle aux jeunes cool. Gare à toi âme esseulée, les Chrétiens recrutent dans la rue !

Un samedi un peu banal, je me balade à Lausanne. Une jeune nana me tend un flyer typique d’une soirée du  MAD ou du D! Un recto qui te rappelle un paquet de clopes Gauloise, un verso explicatif avec photo d’un mega concert. Rien de spécial au détail près du titre: «Vis ta foi aujourd’hui». J’hallucine. C’est vrai, je lisais encore la semaine dernière dans l’Hebdo que l’église se mettait au net, histoire de rester dans le coup. Mais là, on me vend un plan de Dieu pour moi et mes proches avec tant de sex-appeal! C’est sûr, ce n’est pas le genre d’invitation qu’on refuse.

Je tente d’être sauvée une première fois et me rend au cinéma Atlantic. Je ne suis décidément pas encore sur le droit chemin puisque ma grande acuité à arriver à l’heure a encore foiré. Il est 18 heures, le culte est fini. Je ne reste pas pour autant sur ma faim. Le cinéma est bondé, devant l’entrée des jeunes s’agglutinent en fumant. A l’intérieur, les «pardon excusez» sont de rigueur, pour autant qu’on m’entende vu l’ambiance électrique que distille le Dj de la fête. Le mix est réussi: des yo, des tecktonics, des métalleux, rien que du bon jeune bien frais prêt à écouter la voix du seigneur. J’avais déjà testé quelques fêtes dans ce lieu mais jamais avec des écrans indiquant des versets de la Bible… 

Prosélytisme, verset 1

La fiesta de Jésus se déroule chaque dimanche, je remets donc ça la semaine d’après. On est loin de la foule de la dernière fois, mais quand même de quoi remplir une bonne moitié de la salle. Mon incursion n’en est que moins discrète. Un jeune mec, 16 ans à vue de nez, m’aborde: «Tu verras, c’est trop cool. C’est ta première fois ?» Wouah, voilà que mon dépucelage semble écrit sur mon front. Une petite bise au passage, un autre mec du staff m’accoste directement en m’indiquant le stand information pour connaître un peu mieux son église. On offre même une boisson gratuite pour la peine. C’est quoi, un truc de Chrétiens cette bonhomie à être pote avec tout le monde? Ok, ils ont l’air plutôt sympas, mais moi, pauvre vierge, j’ai cette vague impression d’être à poil devant un parterre de croyants. Mais ici, pas de doute, tout est là pour séduire. On te propose des soirées à thèmes les ICF-nights, des camps en Sardaigne, ou encore de t’intégrer à un «connect group». Chaque mercredi, dans des apparts de Lausanne, ils se retrouvent pour une petite bouffe et des prières bien sûr…Ok, on respire, on boit une bière, «gratuite» s’il vous plaît, et on s’engouffre dans la salle pour le culte. Là, pas la peine de penser à ces chères églises, ces chants mortels et ces discours à vous endormir un coké en pleine montée. Les projecteurs sillonnent les murs de la salle, quelques fumigènes pour l’ambiance, et le groupe de rock balance ses riffs sans complexe. Alors que je m’enfonce dans mon siège, la cinquantaine de jeunes devant moi reste debout, les bras en l’air, déjà en transe. Derrière le groupe, un écran au fond céleste déversant les paroles de la chanson en cours tel un bon karaoké. «Jésus, on veut être près de toi ce soir. On veut juste te dire qu’on t’aime. Tu es la voix qui a créé tout l’univers. Toi seul est le vrai Dieu, Seigneur.» Des mains se lient, des yeux se ferment, le public chante en choeur. My God, dites-moi que je suis en train de rêver d’un épisode de “Sept à la maison”…

Les lumières se rallument, le pasteur, 28 ans, jeans, petit polo et lunettes carrées, débute son prêche. Mais avant ça, la collecte. On n’est pas dans la maison de Dieu, mais il ne faut pas pour autant oublier l’essentiel… Les petites boîtes en métal circulent ente les rangs, les sons stridents des pièces et de quelques doux billets marquent la pause. Ce n’est pas non plus parce que l’on a entre 15 et 18 ans, qu’on rame à l’école, qu’on bosse éventuellement au Mc Do, et qu’on survit avec nos 100 balles d’argent de poche par mois qu’il ne faut pas penser à l’avenir de l’église…

Prosélytisme, verset 2

Un petit «joke» pour commencer et le pasteur s’emballe sur les bienfaits de son église, ICF (International Christian Fellowship) prononcé Aie-ci-fffff… Un mouvement indépendant, m’expliquera plus tard l’homme de Dieu en précisant qu’ils ont des affinités avec les milieux évangéliques. Fondée à Zürich, ICF pullule depuis à travers toute la Suisse et même au-delà. Aujourd’hui, juste à Lausanne ils auraient 120 membres et en Suisse plusieurs milliers.Au menu du jour:  «Pourquoi est-ce que des personnes quittent leur foi ?»  ou encore «Deviens un porteur de la grâce!» On connaissait les techniques de drague des islamistes la kalachnikov au bras d’un bambin là, on assiste à la version tout en douceur d’un embrigadement vers la vie éternelle. 

Chez ICF, «l’église comprend ta génération», elle veut «t’amener à établir une relation personnelle avec Jésus-Christ», mais aussi, point numéro 3 d’un des nombreux flyers distribués, elle veut «former des leaders influents dans chaque domaine de la société». Rien que ça. Je vous l’accorde le discours du pasteur a tout pour être plaisant. «T’imagine, Pierre, il était là et pensait I’m the king mais Jésus, lui, ne l’a pas rejeté», explique le prêcheur. Une utilisation discrète du «tu» pour te toucher directement, des «purées, t’imagines c’que ça a dû lui faire à Pierre», tout en poursuivant , « Parfois, tu vois, tu te dis qu’faut pas trop parler de ta foi, mais faut être fier de croire en Dieu et le dire, même au boulot.» Ben ouais, tous les milieux sont bons pour recruter!Trente minutes plus tard, une dose de white rock en sus, et on termine en chauffant encore une fois la salle: «Vous êtes avec moi?» Yeeehhh. Tout cela avec une seule consigne: «Invitez tous vos amis!» 

Pascale

8 Responses

  1. sam
    | Répondre

    A la lecture de cet article, je suis quand même partagé entre la surprise et la peur. Ca me fait penser à ces chaînes de TV religieuses américaines qui, non stop, font du prosélytisme sexy. Comme partout, l’emballage est sexy, mais le discours reste le même. Au final, l’église c’est de la politique.

    • Thomas
      | Répondre

      Super article! Te croire dans un épisode de “7 à la maison” m’a fait beaucoup rire! Blague à part, l’Eglise, il faut bien le dire, souvent quelques kilomètres en retard de ce qui se passe dans la société, découvre (de nouveau avec du retard par rapport aux autres groupes d’intérêts) avec ICF les joies du marketing et la vente de la religion comme un produit de consommation! Franchement ça devait être super drôle!

  2. kro
    | Répondre

    !Amen!

    • margherite
      | Répondre

      mais finalement quel est le problème…

      -que des croyants, jeunes qui plus est, assument leur foi chrétienne ?
      -que l’église un peu vieillote et ennuyante sorte de ses murs et fasse des cultes plus jouasses, avec moins d’orgue et plus de guitare ?
      -que les églises se fassent moins discrètes et qu’elles s’établissent au coeur de la ville ?

      n’est-ce pas la liberté de chacun de vivre sa foi, ses croyances, ses trips de la façon dont il veut, du moment qu’il ne nuit pas à autrui ? et dans le cas de l’Atlantique, y’a-t-il vraiment de quoi fouetter un chat ? 

      …. la critique est facile, et j’ai l’impression qu’elle est gratuite, et je cherche le prosélytisme là-dedans, le message chrétien est-il si néfaste à la base, si dangereux ? (et là je ne parle pas des dérives qui existe partout, en religions, en politique, l’intolérance humaine en général mais qui tient plus à la nature humaine qu’à une religion ou une autre) 

      on se moque gentiment des églises vieillotes, mais aussi de ce genre de manifestations un peu plus rocknroll, mais on dénonce aussi le manque de valeur et de moralités des jeunes, et puis finalement aussi les intégristes, et la société de consommation, et les bottellones, et les transports publiques, et les voitures aussi, et les pertes de repères, et la violence actuelle, et la malbouffe… ok, ok… qui a la solution ? 

      …..enfin voilà, je me demandais juste quel est le problème…..

       

      • pascale_burnier
        | Répondre

         Chère Marguerite,

        Vous soulevez évidemment une question fondamentale : celle de la liberté de croyance et d’expression. Bien loin de moi, l’idée de condamner tous les croyants de toutes religions qu’ils soient. Quel mal y a-t-il à croire en Dieu, à lever les bras en l’air sur du rock chrétien ? Pas grand chose, je vous l’accorde. Mais mon propos est ailleurs. Le danger n’est-il pas dans l’embrigadement de jeunes qui plus est vers une pensée qui se veut la seule voie à suivre ? Le danger n’est-il pas dans les artifices bien réfléchis et soigneusement élaborés pour séduire ces mêmes jeunes ? Un peu de rock, des soirées lounges mais qui y a-t-il derrière ? Un discours qui incite les jeunes à convaincre leurs propres amis à grossir les rangs de cette église, à former je cite « des leaders influents dans chaque domaine de la société ». Un discours qui promeut le créationnisme et qui donne la rédemption au seul croyant de Ce Dieu. Alors, je vous le demande, quel mal y avait-il à penser que seul le communisme était la voie à suivre, et que seul le comportement d’un digne camarde était juste? Quel mal y a-t-il à offrir des repas de roi aux pauvres Egyptiens avant de les inciter à promouvoir un islamisme radical ?

        Pour ma part, je tends à me méfier des pensées uniques, à me méfier d’une idéologie quelle soit religieuse ou politique montrant la voie unique à suivre. Mais surtout, je me méfie de ce prosélytisme- et je continue à affirmer que icf en fait ouvertement- qui manipule des hommes et des femmes afin de leur faire adhérer à une pensée.

        C’est pourquoi, dans le cadre de cet article, j’ai craint doublement en voyant les efforts de séduction employés. N’est-il pas un peu facile de donner un bonbon à un enfant pour lui montrer qu’on est gentil ? N’est-il un peu facile d’offrir des bières et du rock à des ados pour les faire adhérer à une pensée ? J’aimerai aussi vous rappelez un passage de mon article qui décrit qu’à peine le culte commencé, le pasteur incite ces gamins à donner de l’argent à l’église…. Est-ce normal selon vous qu’un ado consacre une partie de son argent de poche pour payer des flyers en papier glacé et au graphisme séduisant?

        Les religions et les idéologies sont partout. Que je ne cautionne pas les idées de chacune est une chose, mais qu’elles lavent de jeunes cerveaux dans le but de les faire suivre leur mouvement, là je m’insurge. Je terminerai par une note d’espoir à mon goût… celui que l’école leurs ouvre les yeux sur d’autres courants de pensée pour qu’ils aient au moins l’opportunité de se forger leur propre jugement. Heureusement, je ne crois pas que les maîtresses offrent des boissons pour promouvoir la pensée de Kant ou de Sartre !

        • margherite
          | Répondre

          nan.. seulement des gomettes ou des crayons de couleur en guise de récompense…

          plus sérieusement, j’adhère en partie à vos propos, notamment ce ce qui concerne les dangers de la pensée unique, quels que soit les âges et quelles que soient les idéologies

          ..bon, et n’ayant jamais participé à une manifestation ou un culte de icf, je suis bien mal partie pour juger…

          … néanmoins, en ce qui concerne :
          1) la collecte d’argent : il me semble que ces jeunes sont libres de donner -ou non, ce qu’elles veulent, et tant qu’à dépenser son argent -bêtement ou non, autant en faire profiter icf, qui oeuvre certainement à des causes humanitaires ou sociales, du moins j’ose l’espérer pour un truc chrétien, ce n’est à mon sens pas vraiment pire que les autres fringues-natels-boîtes, etc.

          2) le message chrétien originel (si j’ose dire, sans être spécialiste en la matière) me semble être fondamentalement positif, il me semble qu’il est fait d’amour, de tolérance et de respect envers son prochain, ce que je trouve finalement pas si mal pour cette société, osons le dire, un peu matérialiste, nombriliste et en mal de repères.

          3) Quant aux dérives ultra-conservatrice, d’où vient-ce ? est-ce la bible, donc le message chrétien, qui prône le créationnisme, ou est-ce le mouvement ICF, ses pasteurs, ou les mouvements évangéliques en général, ou une poignée de chrétiens, ou une majorité ? Et finalement, ces dérives sont-elles moins valable que les “autres courants de pensées”, genre “je crois que je vais être sauvée en jésus christ” est-ce moins valable que “je crois que je vais être super contente avec mon iphone”, du moment qu’on n’oblige pas les autres à faire de même

          4) le problème d’icf est, si je vous comprends, qu’elle n’offre pas d’autres manières de voir aux jeunes. Elle impose ses valeurs, qu’elle pense meilleur que les autres. mais il me semble que c’est la façon dont notre société démocratique fonctionne, non ? les partis politiques, les mouvements écologiques, végétariens, républicains ou démocrates pour rester dans l’actu, les mouvements musicaux, etc etc… on cherche tous à convaincre les autres des causes qui nous tiennent à coeur, et c’est à mon sens plutôt enrichissant. A chacun ensuite de se forger sa propre opinion, de se renseigner, de choisir ce qui nous convient, pour un temps ou pour longtemps, et de remettre en question ce qu’on nous dit. utopique ? peut-être… Peut-être qu’icf en fait trop, trop sexy et trop attirante, mais elle a le mérite d’aborder les jeunes, ce dont les églises actuelles ne sont plus capables, il me semble, et ce que les parents ou l’école ne fait plus non plus. alors qu’il me semble qu’une petite fenêtre spirituelle dans notre vie, ou du moins de culture générale biblique serait assez essentielle, cet avis n’engage que moi.

          5) reste à savoir si ces jeunes sont véritablement lobotomisés quand ils se rendent chez icf, s’ils sont vraiment trop jeunes pour comprendre de quoi il retourne, s’ils ont la possibilité de dialoguer sur ces valeurs chrétiennes, ou s’ils sont vraiment trop sots pour se forger un avis personnel. dans ce cas-là, il faudrait les interdire de sortir, car les dangers de la société se cachent derrière chaque vitrine, chaque ronald macdonald et chaque iphone… c’est dur…

          • Perdrisat Simon
            |

            Je me suis retrouvé plongé dans cette soirée…. mais comme margherite j’en viens à dire “quel est le problème”.

            Ce qui est surprenant, c’est le malaise dégagé quand l’Église communique ou organise quelque chose d’inattendu. Cette Église nous gène et on ne veut plus en entendre parler. On la voit manipulatrice, perverse et abusive. Pourtant elle est théoriquement porteuse d’un message de respect, d’amour, etc…

            D’où vient cette peur de l’Église chrétienne? Crainte de la revoir dominer la masse?  Mais que ce soit elle, TF1 ou McDonald nous sommes de toute façon dominé, manipulé, privé de nos libertés et utilisé par un group quel qu’il soit. L’amour n’est d’ailleurs pas un des meilleur moyen de dominer?

            Merci pour l’article 🙂

  3. tashka
    | Répondre

    La plongée est assez incroyable et ton récit est vraiment bien écrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.