Pourquoi les femmes ont-elles des seins?

Posté dans : Société 8
Le sein de la femme a pour fonction première d'allaiter l'enfant. Dès lors, pourquoi excite-t-il tellement les hommes?

Pourquoi les femmes ont-elles des seins ? Cette question, de prime abord, peut paraître stupide ; si vous la posez à votre entourage, l’on vous répondra bien souvent : « pour allaiter, patate ! ». Ok, d’accord, le sein permet l’allaitement des jeunes enfants dès leur naissance. Ceci est clair et évident. Il ne semble pas nécessaire de polémiquer.

Néanmoins, ceci n’explique pas pourquoi les femmes ont des seins plus ou moins gros. En effet, le tissu glandulaire responsable de la production de lait ne représente qu’une faible proportion du volume mammaire, le reste, c’est-à-dire le principal, étant constitué de tissu conjonctif adipeux.

Dès lors, à quoi peut bien servir ce tissu adipeux ? A l’évidence, il ne joue aucun rôle dans la capacité de la mère à nourrir son enfant, le volume des seins ne conditionnant en rien le volume de la lactation.

La réponse, à l’évidence, est à chercher ailleurs ; en l’occurrence dans la fonction érotique du sein. En effet, il n’est pas nécessaire de rappeler que les seins constituent dans les sociétés humaines un élément féminin de séduction extrêmement utilisé, et que les hommes auront naturellement tendance à être attirés par des poitrines de dimension plutôt généreuse.

Néanmoins, encore une fois, pourquoi les individus de sexe masculin sont-ils attirés par les poitrines généreuses ? Pourquoi, au cours de l’évolution de l’espèce humaine, la sélection naturelle a-t-elle fait en sorte que l’homme ressente une excitation d’ordre sexuelle à la vue de deux globes de graisse ? Pourquoi l’homme, à la différence des autres mammifères, est-il attiré par les mamelles de sa compagne ? En considérant bien les choses, ceci demeure relativement mystérieux. 

Une thèse peu répandue, et dont la validité scientifique demeure sujette à caution, revient à affirmer la chose suivante : l’ancêtre de l’homme, l’australopithèque, lorsqu’il marchait encore à quatre pattes, était comme tous les autres mammifères : son désir sexuel était attisé par la vue d’une croupe femelle. Comme un chien vient renifler le derrière d’un de ses congénères, les ancêtres des hominidés venaient renifler le derrière de leur future conquête.

Cependant, un élément historique est venu bouleverser cet élégant comportement : la bipédie. En effet, dès que l’australopithèque a adopté la station debout, la croupe de la femelle a littéralement disparu du champ de vision du mâle. Celui-ci, pour venir reluquer le derrière de sa compagne, aurait dû dès lors se livrer à quelque contorsion peu pratique et inconfortable.

Conséquemment, et c’est à cela que tient l’originalité de cette thèse, l’évolution a fait en sorte que la croupe de la femme redevienne visible à l’homme et a donc doté la femme de seins proéminents. De cette manière, l’homme, voyant les seins de sa compagne, peut ressentir une excitation similaire à celle qu’il ressent à la vue de la croupe de cette dernière. La forme des seins rappelant la forme des fesses, l’écart les séparant (et mis en valeur par les décolletés) rappelant le sillon, une poitrine généreuse reproduit les caractéristiques anatomiques du postérieur féminin.

A fortiori, l’on comprend mieux les pratiques sexuelles telles que la « cravate de notaire » ou son pendant méditerranéen, la « branlette espagnole ».

Au final, et pour confirmer un adage bien connu : « les hommes ne pensent qu’au cul », et cela même lorsqu’ils matent des seins.

Francis

Francis

8 Responses

  1. Avatar
    safran
    | Répondre

    Encore un article pour le moins…”intéressant”. J’aimerai toutefois revenir sur quelques éléments. D’abord, les seins ne constituent pas dans toutes les sociétés humaines une source d’excitation sexuelle pour les hommes. En effet, il suffit de penser aux sociétés où les femmes ne portent pas de vêtements sur le haut du corps, et donc ne cachent pas leurs seins, justement parce que ceux-ce ne représentent pas un enjeu érotique. Ils sont le pendant des “seins” des hommes, sauf que ceux des femmes ont la fonction d’allaiter. De plus, étant donné qu’ils possèdent justement cette fantastique capacité (alors que certains hommes peinent à remplacer une brique de lait vide dans le frigo), je te serai grée de ne as les appeler des “globes de graisse”. ça te plairait qu’on parle de ton pénis en termes de tube spongieux? 
    Ensuite, et j’invite ici les hommes à me contredire si je me trompe, n’y a-t-il pas des représentants de la gente masculine qui sont attirés par les petits seins? Aussi, les femmes homosexuelles sont aussi attirées par les seins…donc tendance non exclusive aux porteurs de pénis, et cela pour la simple raison que les seins en tant qu’objets érotiques relèvent de la construction sociale du corps féminin
     propre à certaines sociétés.
    Les femmes aussi nous demandons ce qui vous attire autant dans nos seins, mais bon, tant qu’on peut s’en servir pour vous manipuler, euh pardon “vous “séduire”, alors tant mieux. Enfin je me demande dans quelles mesures ton “tous les hommes ne pensent qu’au cul” ne relève pas plutôt d’une justification de tes choix thématiques d’écriture…

    • Avatar
      rouliette
      | Répondre

      Mais tellement d’accord avec toi Safran. T’as trouvé ta théorie dans un méga carrambar dans une supérette à 2 balles ou quoi? Non mais franchement en plus je vois pas trop le rapport avec l’esprit de ce Blog!!
      Sais-tu que les animaux se renifflent car les femmelles sécrètent des phéromones lorsqu’elles sont en chaleur? Il me semble pas perso “que la raie de mes seins” sécrète quoique ce soit!!!!!! Et j’ai jamais vu un gars renifler le décolter d’une fille??????!!!! Non mais aaaaaaaaaaaaaalloooooooo!!!!!!
      Bref merci pour cet incroyable article qui m’aura vraiment mais vraiment bien fait rigoler de la bêtise humaine, ou plutôt masculine……
      Et dis moi, pourquoi toi tu as un cerveau? A voire tu ne l’utilises pas beaucoup, au vue de cet article il ne doit certainement pas attirer les filles et en plus il ne produit pas de lait!!!

      • Avatar
        yann_marguet
        | Répondre

        Putain mais Francis, mais… Si tu parles une fois de mon pénis en termes de tube spongieux, mais… Pfffffff, je préfère pas en parler parce que ça me fout hors de moi! RHAAAAAAAAAAAA MONDE DE MERDE!

      • Avatar
        tombombadilom
        | Répondre

        Bonjour
        Je vous cite : “Et j’ai jamais vu un gars renifler le décolter d’une fille??????!!!! Non mais aaaaaaaaaaaaaalloooooooo!!!!!!”
        Je vous invite à lire “Les yeux plus grand que le ventre” de François Cavanna qui vous contredira avec son style fort agréable à lire

        Cordialement

        TomBom

    • Avatar
      monmon
      | Répondre

      Ho là! Bon d’abord les commentaires du type “hé mais ton cerveau, heu, il est aussi gros qu’un pois chiche ou quoi? Haha! cassé!” ça n’élève en rien le débat. Et deuxièmement, j’ai bien l’impression que vous avez tendance à faire des amalgames.

      Premièrement, quand Francis introduit cette théorie par “Une thèse peu répandue, et dont la validité scientifique demeure sujette à caution…” cela signifie effectivement qu’il s’apprête à vous dévoiler une théorie originale et qui ne fait pas nécessairement office de vérité pure. Cependant, elle a une certaine logique qui tient debout.
      Deuxièmement, il ne faut pas oublier que dans notre histoire évolutive, nous avons passé par plein d’étapes et que nous charrions avec nous cartains caractères qui, à un moment donné ont été avantageux dans le contexte de l’époque et qui ne le sont plus nécessairement dans notre société contemporaine. Je veux dire par là qu’à une certaine époque il se peut qu’il ait été avantageux de pouvoir reconnaître facilement nos congénères de sexe opposé, et une bonne grosse paire de balles est un bon moyen d’y parvenir. Ensuite, et peut-être de manière indépendante au besoin de différencier les sexes, il se peut que les males aient développé une préférence pour les seins, comme ça, juste parce qu’ils kiffent des voir des globes de graisse et que ça titille leurs tubes spongieux. C’est la sélection sexuelle, et bien que souvent le caractère sélectionné soit lié à la “qualité” de l’individu, ce n’est pas toujours le cas. Dans le cas des seins, il se peut aussi qu’ils aient simplement été sélectionnés parce qu’ils sont “coûteux” à produire et donc que les femelles capables d’en produire des gros sont des femelles ayant suffisament de ressources pour se payer ce luxe => la femelle est de bonne qualité. Un peu comme les femmes attirées par les belles voitures => le mâle à l’intérieur a assez de ressources.
      Il peut donc y avoir plein de raisons pour que les hommes aient développé un goût inné pour les gros seins. Et ces raisons ne sont pas à chercher dans le contexte actuel.

      Finalement, je tiens à rappeler que nous sommes des êtres particulièrement évolués et que nous sommes les seuls à avoir une culture aussi développée. C’est à dire que, même si évolutivement parlant un caractère est avantageux, il peut aller à l’encontre de la morale ou des habitudes culturelles propre à une culture. Oui, des homosexuels peuvent être attirés par les attributs de leur propre sexe. Oui, certaines cultures ne voient pas les seins comme un objet de désir. Mais accordes-nous quand même que, en général, les hommes aiment les seins, et les gros. Cette théorie cherche à expliquer comme cette attirance innée a pu apparaître et non pas comment cela fonctionne aujourd’hui, à l’arrêt du M2 ou au Coop Pronto, dans un contexte totalement différent. Vous croyez franchement que toutes les théories évolutives sont appliquables à ce jour dans notre environnement culturel? Alors pourquoi la monogamie? Pourquoi l’homosexualité? Pourquoi on est pas tous de Nazis? Pourquoi les prêtres ne se reproduisent-ils pas?
      Et bien la réponse se trouve dans notre développement de la culture, de la morale et de l’éthique. Ces notions ont une origine évolutive elles aussi, mais elles se sont ensuite développées elle-mêmes et vont parfois, et heureusement, à l’encontre de la pure sélection naturelle.

      • Avatar
        Anonyme
        | Répondre

        Merci à vous pour vos commentaires avisés.

        En effet, il est extrêmement réducteur et insultant de comparer la poitrine féminine à une croupe animale. Que dis-je, oser cet exercice périlleux est en soi purement affligeant. 

        Néanmoins, pour ma défense, car c’est bien de cela dont il s’agit, laissez-moi vous rappeler quelques éléments; dans mon premier article, “Corn Flakes et sexualité”, j’affirmais que “dans un monde marqué par les souillures cyprinales, les dépravations orgiaques et les rapports oraux-génitaux de masse, ces humbles pétales de maïs grillés permettaient d’accéder à l’ataraxie vaginale et la sérénité testiculaire”. Dans “La femme parfaite”, je suggérais qu’il était probable que “je me caresse le salami en pensant à des pêches mures et juteuses”. Dans l’article sur le Caodaïsme, je faisais l’hypothèse que Michael Jackson puisse être déifié et porté au panthéon au côté de Victor Hugo. Finalement, dans “Pourquoi les femmes ont-elles des seins?”, je compare les seins des femmes à des ersatz d’organes génitaux. 

        De ces différentes propositions, deux conclusions peuvent être tirées:

        1) Je suis un gros con dans la bouche duquel il est légitime d’abondamment déféquer;
        2) Je suis un gros con doté d’un tantinet d’humour et d’autodérision. 

        A vous de choisir, mais en tous les cas, ceux qui me lisent au premier degré ont toutes les raisons du monde de me prendre pour un vil cloporte. 

        Bien à vous.

        Francis

        • Avatar
          Alx
          | Répondre

           Et l’attrait des femmes pour les jolis culs de mecs alors, comment l’expliquez-vous selon votre théorie?….

  2. Avatar

    Bonjour,
    Saviez-vous que l’évolution graisseuse de la poitrine chez la femme n’a pu se faire qu’avec la sédentarisation ? Du temps où les humains étaient nomades les études ont démontrés que les femmes n’avaient pas de poitrines développées. Tapez sur google Lucy Australopithèque et vous en saurez plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.