Ouvrez vos “Horizons” avec la 9ème édition du Festival Cinémas d’Afrique à Lausanne

Posté dans : Culture, Lausanno-lausannois | 1
J’ai eu le plaisir de rencontrer cette année encore Alain Bottarelli, coprésident du Festival. Il nous parle de la nouvelle édition qui aura lieu cette année du 21 au 24 août 2014

Alain-BottarelliPendant une soirée et trois jours, les salles de la Cinémathèque suisse et ses jardins accueillent réalisateurs, public, exposition et débats, et ce pour la 9ème édition du Festival. Après le thème « Lumières » de l’année dernière, le comité a choisi le thème « Horizons » qui leur sert de ligne conductrice dans le choix des films. Cette année, le comité a reçu environ 300 films à visionner pendant l’année.

Nous pouvons garder entre 3 et 4 films par pays. J’ai été impressionné par certains films, notamment un film sénégalais qui raconte une histoire de gangster. Avant, cela n’était pas imaginable, les films parlaient des contradictions entre tradition et modernité, de l’émigration. Maintenant, ils ont en marre de faire des films pour les Blancs. Ils inventent ou racontent des histoires locales.

Le Festival travaille depuis plusieurs années avec Africa doc, qui partagent leur travail lors du festival. Africa doc, établi en France propose des ateliers et font des documentaires de « l’intérieur ». Ils ont des résultats impressionnants. Les documentaires sont réalisés par des Africains, et c’est là le point intéressant de cette association.

Il y a un ou deux ans, on avait projeté un film sur la polygamie. Le réalisateur était un fils de polygame, du coup, partait « sans préjugés » (en tout cas pas les mêmes que les nôtres, ndlr)

Choix des filmsC'est eux les chiens

Cette année, ils ont décidé de projeter deux films marocains, dont un le dimanche C’est eux les chiens.

C’est un film très fort qui raconte dans un documentaire fake comment une tentative de printemps arabe a été avortée au Maroc. Le film parle aussi de la pression de Hassan II. Un film à voir.

L’autre film marocain, Malak, dénonce le sort des enfants nés de femmes qui ne sont pas mariées. En effet, les enfants ne peuvent pas être enregistrés et de fait, ils n’existent pas. Cette année, il y a la commémoration des 20 ans du génocide au Rwanda.

Nous avons choisi 2 films suisses. Il y a un documentaire et une fiction. Les réalisateurs seront présents lors des projections. Nous allons voir Rwanda, L’autre revanche et Blandine et les siens qui suit une jeune femme, rescapée du génocide et qui arrive vivre en Suisse chez une tante. On l’accompagne entre autre dans un voyage au pays. Il est important pour nous de marquer cette commémoration. Comme celle de la fin de l’apartheid, en effet, cela fait 20 ans aussi que l’apartheid est aboli.

Deux films seront projetés pour cet événement. L’un, Nelson Mandela : the myth and me, est une sorte d’Etat des lieux actuels. L’autre Miners shot down raconte dans un documentaire admirable la grève des mineurs, les blessés et les morts. Il dénonce certaines corruptions qui gangrènent encore le pays. Le documentaire montre les contradictions d’un tel système et les conséquences qui l’a même longtemps après la fin de ce régime.

SouleymaneUn des autres événements importants de cette édition est la rétrospective du grand réalisateur engagé Souleymane Cissé, qui sera présent toute la durée du festival.

Des films et plus encore

En plus de films, deux débats sont organisés, dont l’un après le film Half a yellow sun qui s’intitule « Lorsque l’art cinématographique se confronte à la mémoire ».

Half a yellow sun est un film Nigérian qui aborde le thème de la guerre du Biafra à la fin des années 60. Le film a été confronté à la censure au Nigeria, comme c’est souvent le cas lorsqu’Half a yellowun film est imprégné de mémoire politique. Il nous suffit de penser à Nuit et Brouillard qui a aussi été interdit à l’époque. Ce film est tiré d’un roman d’une écrivaine Nigériane et le réalisateur sera présent lors de la séance.

Le vendredi soir seront projetées des séries entre 23h et 3h du matin. Ces séries ont une qualité intéressante. C’est mieux que les Pique-Meurons ! Ces séries permettent de montrer des situations sociales quotidiennes. Deux épisodes de chaque série seront présentés au public.

En marge des projections, sera présentée également une exposition de peinture d’un artiste sénégalais Vieux Niang. Nous pourrons découvrir son univers abstrait et même acquérir des œuvres.

Et durant l’année, si vous avez envie de voir ou de revoir l’un des films projetés, les amis du Festival cinémas d’Afrique vous concoctent des soirées une fois par mois à Pôle Sud.

Toutes les infos concernant ce festival: ici!

  1. Annuaire suisse
    | Répondre

    Je trouve vraiment génial un tel partage de culture. Pouvoir découvrir ainsi une autre mode de vie,une autre vision des choses… c’est tout simplement magnifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.