Ondes de chocs à Pully : 2ème épisode

Posté dans : Politique | 0
Les élus pulliérans se prononceront mercredi soir sur une pétition lancée par les enseignants de la ville. Ces derniers s'opposent à la pose d'antennes UMTS à proximité des écoles de la commune.

En avril dernier, le LBB a publié un article (lire Ondes de choc à Pully) sur une première pétition lancée contre un projet de pose d’antennes UMTS pour le compte de Swisscom et Sunrise. Face à l’opposition de quelques 900 riverains, le projet initialment prévu pour avril 2009 a été mis en « standby ». Entre temps, plusieurs enseignants des écoles de Pully ont lancé leur propre pétition destinée aux élus pulliérans, et celle-ci a récolté 160 signatures. Elle demande un moratoire sur la pose de nouvelles installations d’antennes dans la commune, et sera traitée par le conseil communal de Pully lors de leur séance de ce mercredi soir. Suite de l’affaire avec Monsieur Jacques Grand, riverain et membre d’un des groupes d’opposants. 

Cette seconde pétition lancée par les enseignants n’est pas exactement la même que la première, et se dessine dans un cadre nouveau. De quelle façon se sont-ils impliqués dans l’opposition à ce projet? 

Les enseignants, comme les habitants, explique Monsieur Grand, se sentent aussi inquiets que les riverains en ce qui concerne la proximité de ces antennes des places de jeux pour les enfants et aussi un cumul des antennes dans la ville, déjà bien desservie en couverture UMTS. D’ailleurs, la pétition des enseignants, dont il est question aujourd’hui, est destinée aux élus de la ville, alors que l’opposition du mois d’avril a été faite suite à un « mise à l’enquête » par la municipalité concernant l’emplacement de ces antennes sur des terrains publiques. Il s’agit donc de deux parcours différents, avec l’opposition en étude actuellement auprès de la municipalité, et la pétition dont le Conseil communal discutera mercredi soir. 

Pour les deux pétitions, quels sont les issues possibles ?

Selon mon interlocuteur, il y a deux issues possibles pour cette pétition après la séance de ce mercredi soir : Selon Monsieur Grand, il y deux issues possibles pour cette pétition. Après la séance du mercredi soir : soit les élus se sentent concernés par le bien-fondé de la pétition, et dans ce cas, la renvoie à la commission des pétitions en vue de la prendre en considération ; soit ils trouvent la pétition sans intérêt, et le document est donc enterré. Par contre, quelque soit l’issue de la pétition, M. Grand précise que le terrain où la pose de ce mât d’antennes est proposée appartient à la ville de Pully. Elle a donc le droit de ne pas mettre à disposition ce terrain si un grand public (environ 900 riverains opposants et 160 enseignants pétitionnaires) s’y oppose. 

L’opposition à la pose des antennes qui se déroule à Pully n’est pas une première en Suisse ou dans la région, et cela ne sera sans doute pas la dernière fois. Est-ce que ce projet fait partie d’une plus grande prise de conscience ?

« Il y a une très nette augmentation d’antennes partout », me dit Monsieur Grand. « Les gens réfléchissent, il y a une prise de conscience générale. De leur côté, les operateurs font ce qu’ils veulent », poursuit-il. Mais pour combien de temps ? Cette expérience à Pully montre que l’accès aux medias et aux nouvelles technologies ne peut pas se faire au détriment de la population, et surtout des plus jeunes.

Pour ceux qui souhaitent s’informer davantage, d’autres renseignements se trouvent sur le site web de l’association des habitants, ainsi que sur la site de la ville de Pully. La séance du Conseil Communal aura lieu ce mercredi soir à 20h, à la Grande Salle de la Maison Pulliéraine.   

Articles similaires

Nicole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.