OCUB 81 : Du cinéma pour les jeunes et les moins jeunes, de la folk touareg, des polars, du théâtre et même… des timbres !

Posté dans : OCUB | 0
Où Croiser Un Blogueur en novembre à Lausanne ? Tantôt dans des salles obscures qu'au milieu des livres… voir des timbres !
ocub81_fragmentsVENDREDI 11 NOVEMBRE – Irak in Fragments

Nous sommes tous devenus, à des degrés divers, des canards. Ce que je veux dire par là c’est que nous avons acquis, au contact d’une actualité toujours plus accablante, la capacité d’être imperméables. Nous entretenons un plumage lustré sur lequel la vie glisse et évitons au maximum toute attaque frontale en navigant entre les événements. Cette semaine, j’ai au contraire envie de prendre le réel de plein fouet. Si quitter vos costumes colverts vous tente, rendez-vous au cinéma Oblò qui projette ce vendredi Irak in Fragments de James Longley. Ce long métrage documentaire est un triptyque dont chacune des parties présente le quotidien écorné de protagonistes sunnite, chiite et kurde. Ces portraits intimes dépeignent la réalité d’un pays au lendemain de la guerre et le film promet une prise de conscience autant qu’un choc esthétique. En effet, la photographie a été travaillée avec soin par le réalisateur qui a passé deux ans au coeur de son sujet. Le rendez-vous est d’autant plus séduisant qu’il s’inscrit dans un cycle de projection de l’association canadienne cinemapolitica.org, laquelle s’est donné comme mission de montrer partout dans le monde (occidental du moins) des documentaires indépendants et engagés. Saskia

 

Couverture de l'album des Filles de Illighadad
Couverture de l’album des Filles de Illighadad.

MERCREDI 16 NOVEMBRE – Folk Touareg
Un plan pour retrouver chaleur et émotions dans un novembre froid et effrayant, au matin du 9 novembre 2016, c’est ce dont nous avons besoin. Dans mon fil d’actualité Facebook défilent des messages alarmés, sur ce qui se passe de l’autre côté de l’Atlantique. Les Filles de Illighadad, Fatou Seidi Ghali et Alamnou Akroun, sont venues du Niger pour leur première tournée européenne. Elles rapportent un son à la fois inédit et familier. Qui relève de l’intime, comme le démontre leurs bandes enregistrées en plein air, ici. L’expérience du live s’annonce saisissante, le 16 novembre au Bourg. Entrée dès 21 heures, pour 12 ou 14 francs. Toute la programmation du Bourg sur leur siteMathilde

.

.

ocub81_lausannoir2VENDREDI 18 ET SAMEDI 19 NOVEMBRE – Lausan’NOIR
Vous avez passé des nuits blanches à lire Jean-Christophe Grangé, Corinne Jaquet ou encore Quentin Mouron ? C’est que le polar, lorsqu’il vous happe aux premiers paragraphes, ne vous lâche plus. La lecture est avide. Bientôt les masques tomberont, les motivations se révèleront, nous aurons accès à d’autres clés d’interprétation. Amateurs du genre, réjouissez-vous ! L’Espace Arlaud accueille le premier festival consacré à l’univers du polar. Lausan’NOIR vise à réunir des auteurs lausannois, vaudois, suisses et internationaux, mais aussi des acteurs du monde du crime : des psychologues, des profilers, des policiers scientifiques et des criminologues ! Au programme ? Des séances de dédicaces bien sûr, mais aussi des débats, des tables-rondes, des lectures, des courts métrages. Je vous recommande la lecture animée du vendredi de 17h30 à 18h qui s’empare des romans policiers dont l’intrigue se déroule dans Lausanne ! Meurtres rituels dans les bois de Sauvabelin et règlements de comptes sur la place Saint-François : venez redécouvrir ces lieux de tous les jours à la lumière sombre du polar. Gratuit, le festival est ouvert de 9h à 19h les deux jours. Julie

.

ocub81_vidyVENDREDI 18 ET SAMEDI 19 NOVEMBRE – Yoshtoyoshto
La simple évocation de l’Amazonie éveille chez chacun d’entre nous un imaginaire foisonnant. On pense tour à tour à une civilisation préservée, à une forêt luxuriante, aux plantes qui recèlent de secrets ancestraux, au clan, au corps nu et puis à toutes les menaces qui planent sur cet eden fantasmé. C’est le chamanisme et son pouvoir hallucinatoire qui constitue le cœur de Yoshtoyostho, présenté au théâtre de Vidy. Un trio improbable s’est constitué autour d’une langue métaphorique : le « tsai yoshto yoshto » ou « langage s’enroulant s’enroulant ». Alors que cette dernière est utilisée à l’origine pour communiquer avec des êtres invisibles appelés yoshis, elle sert de point de départ à une tentative surprenante. Un cinéaste, un anthropologue et l’ancien leader des Young Gods s’empare de l’aspect métaphorique de ce langage et décide d’en inventer un nouveau, à la fois visuel et sonore. Ils nous invitent ainsi à un voyage hallucinatoire et ondulant qui propose un récit inédit de notre monde. C’est intriguant, visuellement prometteur et probablement dérangeant : une équation qui résonne comme une invitation. Saskia

.
ocub81_timbresDIMANCHE 20 NOVEMBRE – Exposition philathélique

Je me suis toujours demandé quel genre de paradis pourrait fabriquer le bon Dieu afin de contenter toutes les âmes. Car c’est une évidence : le paradis des uns représente l’enfer des autres. Monsieur se passionnera pour le suivi de grands singes courant après une balle, tandis que Madame baillera après deux minutes de match et disputera la télécommande afin d’assister aux rebondissements sentimentaux de « L’amour est dans le pré ». En réalité, il n’y a pas d’intérêts ou d’occupations qui soient objectivement positifs et sages, et d’autres stupides et négatifs. Conscient de cela, je me dois donc de signaler aux éventuels philatélistes d’entre vous que se tiendra une bourse aux timbres et cartes postales à l’Aula des Cèdres le dimanche 20 novembre (de 9h à 16h ; tous les détails ici). Mais je vous l’avoue quand même sans détour : les énergumènes se rendant à un tel évènement sont, à mes yeux, complètement timbrés ! Lucien

.

ocub81_cinema_jeuneDU 23 AU 27 NOVEMBRE – Festival Cinéma Jeune Public
« Un truc dans le genre », c’est le thème de la programmation de la 2e édition du Festival Cinéma Jeune Public. Le but ? Déconstruire les stéréotypes de la représentation des femmes et des filles au cinéma ! Les films projetés mettent donc en scène des personnages féminins forts et indépendants. Pour les « Presque grand-e-s » (dès 4 ans), le Festival propose deux programmes de courts métrages et un ciné-concert (dès 6 ans), les « Grand-e-s » (dès 8 ans) pourront voir et voter pour un des films en compétition internationale dans le programme « Le monde m’appartient » et regarder le film Yuki & Nina. Les « Plus grand-e-s » (dès 12 ans) auront le choix entre le programme en compétition internationale « Haut les cœurs ! », Des épaules solides d’Ursula Meier ou Girlfight de Karyn Kusama. Les « Très grand-e-s » (dès 14 ans) auront la chance de découvrir un film montré en première Suisse et choisi par le Comité de sélection des jeunes du Festival, Born in Flames de Lizzie Borden. Les projections se déroulent au Zinéma, au Cinéma Bellevaux, au Cinéma Oblò, au Cinéma CityClub Pully et à l’Ecole de Jazz et de Musique Actuelle de Lausanne (EJMA). Les prix sont de 10.– par personne/projection (enfant et adulte). Les billets s’achètent à l’entrée des salles uniquement et en liquide. Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.