Mais qu’est-il arrivé aux dimanches lausannois ?

Le dimanche, Lausanne n’est plus la même. Ses rues se vident et un calme mystérieux s’empare d’elle. Lève-tôt parmi les lève-tôt, Michael Gabriele a tenté de résoudre cette énigme, caméra au poing. Rencontre.

Humans of Lausanne - Bourg“A la base, je suis Loclois et là-bas on vit sept dimanches par semaine (rires). J’ai donc toujours été étonné de retrouver cette atmosphère ici à Lausanne, une ville qui la semaine est si active que le contraste avec le calme de ses dimanches est gigantesque ! J’ai toujours trouvé ça drôle, et un peu déprimant aussi.”

Michael Gabriele vit à Lausanne depuis 20 ans. Il est enseignant à l’EJMA (Ecole de Jazz et Musique Actuelle), caféinomane et ne se lève que très rarement après 9h le matin. Il est donc souvent debout tôt le dimanche, alors que le reste de la ville se remet de son samedi soir.

“L’idée initiale était de me faire passer pour un photographe étranger qui essaie de faire un reportage-photo sur Lausanne et qui débarque le 1er Janvier. Ne voyant personne, il poste sur Facebook ses photos, en lançant un appel à l’aide pour retrouver les habitants de la ville.”

Humans of Lausanne - paludEt ça marche ! Le 1er Janvier, Michael crée la page Facebook « Humans of Lausanne – Les dimanches », basée sur le concept de la page « Humans of New-York » (où plusieurs photographes interviewent et font le portrait de New-Yorkais). Il y poste directement une cinquantaine de photos et les réponses ne tardent pas à venir.

“J’ai eu des réactions très drôles au début, surtout de gens qui y croyaient et qui m’envoyaient des messages d’encouragements. D’autres ont vite compris la blague. Mais quoi qu’il en soit, ça m’a motivé à continuer.”

Le 24 Janvier, il poste une vidéo de trois minutes, reprenant le même concept (voir plus bas). Il y colle la musique d’Il était une fois dans l’Ouest (composée par Ennio Morricone) et le tour est joué : Lausanne devient un désert urbain. Et là, le véritable buzz commence. En à peine quelques jours, les likes de la page Facebook passent de 100 à 700, la vidéo est partagée une centaine de fois et la presse s’intéresse à « Humans of Lausanne ».

Humans of Lausanne - flono“Ça m’est venu assez naturellement. Je tiens un blog un peu absurde depuis quelques années (michaelgabriele.name) où je poste des articles qui me font rire et qui, j’espère, font rire ceux qui les lisent (rires). « Humans of Lausanne » rentre donc complètement dans ce concept. Mais ce coup-ci, je parle de quelque chose que tous les Lausannois connaissent, qu’on aime aller acheter son croissant tôt le dimanche matin, ou bien qu’on ait fait la fête toute la nuit du samedi.”

Vite pris de cours par ce succès inattendu, Michael a déjà quelques idées pour la suite, mais refuse encore d’en parler. Il m’avoue simplement qu’il aura bientôt besoin de figurants et que de toute manière un concept pareil ne pourra pas tenir très longtemps.

“Photographier Lausanne le dimanche c’est bien, mais une fois qu’on a couvert tout le centre ville, fait une vidéo… il ne reste plus grand-chose à faire. Et de toute façon, je n’ai jamais pensé en faire quelque chose de très construit. A la base, c’était juste pour rire !”

Ce qui est rassurant, c’est que son humour est partagé. La page Facebook « Humans of Lausanne – Les dimanches » compte à ce jour 1400 likes et le compte risque bien de ne pas s’arrêter de sitôt.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=z2prCfXhkH4[/youtube]

Photos © Michael Gabriele, 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.