L’Esprit Sainf’-Une oasis dans la ville

Deux artistes, Franklin Chow et Cissé Môh, ont été invités par le pasteur de l'Eglise à Saint-François pour une résidence de 3 semaines avant Noël. Rencontre.

cisseJe cours sous la pluie, ce jeudi, pour aller découvrir le travail de mon ami Cissé Môh qui est en résidence à l’Église de Saint-François. Intriguée par ce projet, je décide de m’y rendre. Une fois entrée dans l’Église, j’arrive en pleine création. Cissé Môh et Franklin Chow sont en train de s’affairer dans une petite alcôve qui leur est consacrée.

Franklin Chow est un artiste originaire de Shanghai. Il réalise son Journal au pinceau et à l’encre de Chine et y condense ses pensées et réflexions sans une ambition littéraire. Cissé Môh est un jeune ivoirien arrivé en Suisse en 2002 après avoir fui la guerre civile naissante dans son pays. Il débute la peinture et le dessin en 2007. Son travail mêle peinture, écriture et dessin sur des matériaux récupérés. Les œuvres sont brutes, fortes et complexes.

Je m’avance, observe et attends un peu pour m’imprégner de cette ambiance particulière mêlant la grandeur d’une Église et ces deux hommes et leur création artistique.

Les deux comparses ont été invités à titre individuel, ils ne se connaissaient pas avant.4 mains Le pasteur a trouvé intéressant de représenter deux parties du monde, respectivement un bout d’Afrique et un bout de Chine. “Deux personnes, deux artistes, deux continents différents” me dit Monsieur Chow. Les deux hommes ont donc appris à se rencontrer, se connaître et se découvrir. Ils ont aussi dû travailler ensemble et ont créé au fil de ces trois semaines, une œuvre commune, une “œuvre à 4 mains” me dit Cissé Môh, en plus de leurs créations individuelles. Chacun me dit qu’il a été intéressant de travailler ensemble pour ce projet. Pour eux, cela a été un véritable défi.

“Ici, on a été libre de tout, de l’esprit de création pour créer quelque chose. On a eu de bons échanges avec les gens, des discussions et des échanges aussi entre Franklin et moi, Cissé. “.

Durant deux heures chaque après-midi, les deux artistes ont été présents dans la chapelle de Billens pour y écrire, dessiner, créer et peindre en se laissant imprégner de l’atmosphère de la nef franciscaine comme le décrit l’annonce du projet,  “à la fois le silence et la rumeur de la ville qui filtre au travers des murs de l’Église”.

table

C’est un projet original, audacieux et serein dont vous pourrez découvrir les œuvres demain entre 10h et 15h en présence des artistes au sein de l’Église.

Infos!

 

 

 

 

 

Répondre