Les gourmandises de papi Goulaz

Posté dans : Lausanno-lausannois | 0
Ouvrez grands vos papilles, cette année, Lausanne est élue ville du goût ! De mai à septembre, les saveurs sont à l’honneur dans toute la cité. L’occasion pour Frank Goulaz de faire son apparition sur la toile. Rencontre.

Le saviez-vous ? Tout comme Lyon, Madrid ou Chicago, Lausanne fait partie du réseau des “villes gourmandes du monde”, j’ai nommé Délice. Valoriser la gastronomie comme faisant partie de notre patrimoine, tel est le noble objectif de cet organisme. Oui, c’est alléchant, mais le meilleur reste à venir ! Dans ce cadre, Lausanne a été élue ville du goût 2012. Autrement dit, surprises culinaires sont attendues aux quatre coin de nos ruelles du mois de mai au mois de septembre. Repas de maîtres en lieux insolites, balades gourmandes ou brunch en plein parc de Mon Repos, le choix est aussi riche qu’une meringue double crème. D’où la mystérieuse apparition de l’épicurien Frank Goulaz. Véritable ambassadeur de l’événement, ce bon vaudois parsèment anecdotes et bons conseils sur les réseaux sociaux, histoire de ne pas en perdre une miette. Rencontre.

Lausanne Bondy Blog : Frank Goulaz, qui êtes-vous ?

Frank Goulaz : Je suis la personne du moment à connaître si vous êtes passionnés de cuisine, gourmands, Lausannois, curieux ou tout à la fois. Malgré mon âge, j’ai pris l’initiative aux graves conséquences de me créer un compte Facebook et Twitter afin de transmettre et partager mes expériences culinaires et les infos concernant cette superbe manifestation qu’est Lausanne Ville du Goût 2012.

En bref, je suis le « it  boy » comme vous dites vous les jeunes ! Et j’en profite car ça ne durera certainement que jusqu’à septembre. Toutefois, je ne connais pas ma date exacte de péremption.

LBB : Si Lausanne devait avoir son propre slogan, j’imagine que vous choisiriez « Lausanne, ville du Goût. » Pouvez-vous m’en dire plus ?

F. G. : Lausanne est une superbe ville cosmopolite et internationale. Je me souviens d’une stat’ sortie il y a quelque temps nous informant que notre Cité comptait près de 160 nationalités différentes, composant 38% des Lausannois. Ce que j’en déduis moi ? C’est que ces saveurs venues d’ailleurs élargissent notre éventail de choix dans les restaurants ou dans nos épiceries et que la gastronomie permet de nouvelles découvertes et de nouvelles rencontres. C’est là que réside l’esprit Lausanne Ville du Goût 2012. Je vais m’arrêter, sinon, je vais chialer de bonheur.

LBB : Régulièrement, nous invitons des Lausannois à boire un café pour nous parler de leur ville. Quel endroit nous conseilleriez-vous pour notre prochain « Deux cafés et l’addition ? »

F. G. : Difficile est cette épreuve pour un passionné de mon espèce. Chaque quartier lausannois a son charme et s’accompagne d’un café coup de cœur. Celui qui me vient à l’esprit à l’instant est le « Café des artisans » qui a repris son enseigne d’antan il y a à peine 2 mois. La nourriture y est excellente avec des prix raisonnables. La plupart des produits qu’ils y servent proviennent du coin. On peut y boire une mousse lausannoise ou y manger du pain d’une boulangerie locale. Le café des artisans est mort ! Vive le café des artisans !

LBB : Très actif sur les réseaux sociaux, vous racontez souvent des anecdotes culinaires. En avez-vous une sortie de derrière les fagots pour le Lausanne Bondy Blog ?

F. G. : Etant donné que vous avez un blog, vous êtes certainement jeunes et vos lecteurs sont probablement encore plus jeunes que vous. Et les jeunes, qu’est-ce que ça mange ? Ben des sandwichs, pardi ! Mais savez-vous seulement d’où sort le sandwich ? Non, vous allez me dire. Eh bien Franky va vous le dire. C’est John Montagu, un amiral de la flotte britannique mais aussi un joueur passionné de cartes (bien avant Patrick Bruel) qui, un certain jour de 1765 avait un peu la dalle et demanda de la victuaille. Il se fit alors servir  deux tranches de pain entre lesquelles se trouvaient une tranche de bœuf salée, du concombre et du fromage. Cette invention géniale lui permit de continuer ses longues parties de cartes sans qu’il se salisse les doigts, le gaillard.  Alors du coup, tout le monde le copia et le Sandwich était né. Mais pourquoi le « sandwich » vous allez me dire. Eh bien Franky va vous le dire. Tout simplement parce que ce type au prénom britannico-anglais John Montagu était 4ème comte de Sandwich, une ville d’Angleterre. D’où le sandwich. CQFD. Ce qu’il fallait déguster !

LBB : Finalement, je ne résiste à l’envie de vous demander quel est votre restaurant préféré.

F. G. : Je ne me risque pas à ce jeu là. Je suis devenu tellement médiatique que j’ai peur de créer une mauvaise concurrence selon la réponse que je donnerais. Le meilleur moyen est d’essayer au hasard, en se baladant dans les rues de Lausanne et de s’engouffrer quelque part.

LBB : Prochain événement gustatif à ne pas manquer ?

F. G. : Il y en a plein, dont quelques balades gourmandes en compagnie du génial Pierre Corajoud, dont l’interview qu’un vieux comme moi a lu sur votre blog de jeunes comme vous il n’y a pas si longtemps. Il y a également les tables éphémères qui sont des dîners préparés par des grands chefs lausannois tels qu’Edgar Bovier dans des endroits insolites de cette ville (tout en haut de la Cathédrale par exemple). Pour cela, il faut s’inscrire sur le site de la Ville. Et puis sinon, restez connectés sur Facebook avec Franky « les bons tuyaux » ! Il est là pour ça, nom d’une frite !

LBB : Merci Franky !

F. G. : Merci à vous les jeunes !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.