Le Street Art fait son chemin à l’EPFL

Posté dans : Culture | 1
En marge des festivités autour de l’inauguration du nouveau centre de congrès de l’EPFL, l’exposition Art On Science met à l’honneur 8 artistes suisses et internationaux du Street Art jusqu’au 10 avril. Perspectives et illusions d’optique au rendez-vous !

L’arrivée du SwissTech Convention Center dans le parc immobilier de l’EPFL sera officiellement fêtée en grande pompe lors des SwissTech Open Days, les 5 et 6 avril prochains. Le thème retenu, « Sciences et illusions », a donné l’idée aux organisateurs de mettre en place une exposition de Street Art proposant des œuvres éphémères, histoire de faire plaisir aux étudiants et d’organiser des sous-événements liés au thème pour rendre le tout encore plus festif. Art On Science promet de tromper l’œil de plus d’un visiteur !

Oeuvre de Leon Keer
Mystère sur l’image…

 

Vendredi 21 mars, je suis donc partie à la découverte de l’Art Path, chemin qui part de l’Esplanade de l’EPFL et pensé pour amener logiquement le visiteur au centre de congrès. Comme me l’explique Jamani Caillet, responsable de l’événement, le site de la Haute école a l’avantage d’être facilement exploitable pour un événement de Street Art : de grandes places, des couloirs, de larges avenues, des barrières sont autant de supports présents en nombre et privilégiés par les artistes pour proposer des créations uniques et originales. Œuvres au sol, panneaux en 3D ou encore œuvres sur des supports naturels jalonneront donc progressivement l’Art Path. Une seule consigne pour les artistes invités : l’EPFL ou la science en général doivent être la source de leur imagination.

 

Les artistes, parlons-en. Tous sont passés maîtres dans l’art du trompe l’œil, de la manipulation des perspectives et de l’illusion en utilisant la géométrie ou l’espace à disposition en mobilisant des techniques comme des jeux de lumières ou l’anamorphose… J’entends déjà des murmures, l’ana… la quoi ? Ce terme plutôt barbare (avouons-le) pour des non-initiés désigne la technique par laquelle un artiste fait naître une représentation en 3D, que l’on peut découvrir aux dimensions réelles sous un seul point de vue précis (merci Jamani pour l’explication).

Illustration : Lors de mon passage vendredi matin, Leon Keer, magicien de l’optique néerlandais utilisant précisément l’anamorphose 3D, apportait les dernières finitions à son œuvre au sol débutée lundi. Le résultat est bluffant : un seul point de vue permet de donner vie à sa création. Suite à l’explication du terme, rien de plus normal me direz-vous. Ceci dit, malgré l’aspect logique de la chose, tous les badauds présents semblent tenter la même expérience (moi comprise) et essaient de se décaler d’un pas… le résultat est tout aussi logique : toutes les perspectives donnant vie à l’œuvre s’écroulent.

Vue de l'oeuvre par une lentille : perspective parfaite
Vue de l’oeuvre par une lentille : perspective parfaite
Le bon angle... trompe l'oeil garanti!
Le bon angle… trompe l’oeil garanti!

 

Des performances live se dérouleront ces prochains jours tout au long de l’Art Path pour permettre aux curieux de voir l’illusion se créer sous leurs propres yeux. N’hésitez pas à consulter le programme de ces performances pour aller découvrir ces œuvres insolites et déroutantes prendre forme. La première semaine de la manifestation a rencontré un accueil très positif de la part des étudiants et Jamani se déclare très satisfait de ce premier bilan. Il y a fort à parier que l’initiative de transformer le site de l’EPFL en immense canevas soit un véritable succès. Malgré la météo nettement moins printanière prévue cette semaine, ne manquez pas l’occasion d’aller découvrir Art On Science en live !

 

  1. gt
    | Répondre

    l’art est aussi dans la rue, merci pour cette belle présentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.