“Le savoir est une arme”. Les intellectuels du rap français à Lausanne.

Posté dans : Culture, Lausanno-lausannois | 0
Jeudi dernier, le Théâtre 2.21 a reçu la Rumeur pour le premier concert lausannois.

La Rumeur, légende du rap français, jouait jeudi dernier au Théâtre du 2.21. Je les ai déjà vus en concert au moins deux fois ces dernières années, à Genève, dont l’une des premières parties était  d’ailleurs assurée par La Gale– Karine Guignard. Concert qui marque leur rencontre et le début de leur projet commun, “De l’encre”, une série en trois épisodes diffusée sur Canal + en 2011.

Quand j’ai entendu qu’ils passaient à Lausanne, j’ai tout de suite eu envie de les revoir. Les concerts de la Rumeur sont intéressants en plus d’être vibrants.

La Rumeur

En effet, on y va avant tout parce que l’on connait leur musique mais surtout parce que l’on connait leurs textes, leurs messages. Ce n’est pas le type de concert où l’on saute dans tous les sens pendant une heure. On est touché, sensible ou révolté avec eux. Les thèmes qu’ils abordent nous parlent. La Rumeur, c’est plus que de la musique.

La Rumeur en quelques anecdotes.

La Rumeur, si vous ne les connaissez pas, est un groupe de rap formé dans les années 90 dont les trois piliers sont Ekoué, Hamé et Le Bavar. Ils sont rejoints par différents artistes sur certains morceaux. On peut considérer La Rumeur comme un groupe de rap underground, parfois hardcore, qui souhaite se différencier du milieu du rap français en restant subversif. Par exemple, ils ont refusé d’adapter leurs textes aux exigences de certaines radios comme Skyrock qui demandent des paroles plus commerciales et grand public. Ils en ont fait un morceau “Nous sommes les premiers….”

Par ailleurs, Hamé a subi pendant huit ans des batailles judiciaires à cause d’une plainte déposée à l’époque par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. La plainte concernait un texte d’Hamé où il a été accusé de diffamation envers la Police nationale. Au bout de ces années de procès, Hamé a été relaxé.

En 2011 est diffusée sur Canal+ “De l’encre”, la série télévisée en trois épisodes qu’Hamé et Ekoué réalisent. Leur héroïne est incarnée par Karine, alias La Gale, qui travaille actuellement pour le théâtre du 2.21 (d’où leur concert, j’imagine).

Ekoué, Hamé et Le Bavar se retrouvent et résistent par le rap et par leurs études. Ekoué sort de Sciences Politiques avec un doctorat, Hamé est diplômé en sociologie des médias et le Bavar a un master en science du management.

 

2.21A Lausanne

La file devant le 2.21 se divisait entre les personnes qui avaient réservé et ceux qui n’avaient pas le précieux sésame. Finalement tout le monde a pu entrer je crois, ouf!

Après une première partie appréciée de Murmures Barbares, groupe suisse romand ambitieux et énergique, La Rumeur monte sur scène. Et comme ils l’ont répété maintes fois, c’était leur premier concert à Lausanne et apparemment, on a été à la hauteur.

La salle du 2.21 est parfaite pour ce type de concert, intimiste et non conformiste. La Rumeur, c’est des sons et des textes aussi, mais surtout des messages sur leur analyse du monde d’hier et d’aujourd’hui. Après quelques classiques, ils nous font quelques nouveaux morceaux.

Les rappeurs, entre les morceaux, racontent des anecdotes et des histoires, dont leurs démêlés judiciaires pour expliquer, en quelque sorte, leur univers et leurs textes. Après avoir parlé des terribles événements de novembre à Paris, ils jouent leur morceau “tout brûle déjà” sorti en 2012, en nous disant: “On vous l’avait dit y’a trois ans déjà”. Morceau, qu’ils vont rejouer à la fin de leur concert.

La Rumeur reste fidèle à ses thèmes de prédilection. Donc, étant venue pour voir la Rumeur, j’ai vu la Rumeur.La RUMEUR

D’ailleurs, le public est attentif, réceptif et dansant. Certains ont l’air d’être des fans de la première heure et scandent les paroles, d’autres sont là car ils connaissent un peu ou pas du tout. J’ai senti cela aussi car quand les membres du groupe nous tendent le micro et que c’était notre tour, peu d’entre nous savaient les paroles… ou les hurlaient en tout cas. Reste que le public avait l’air concerné.

En fin de concert, ils ont remercié Karine-La Gale en disant que “c’était la famille” et l’ont fait monter sur scène pour qu’elle fasse un bout de ses textes. Et le public, en grande partie des ami.e.s de la Gale, était ravi de la voir sur scène avec eux.

Pour finir, la Rumeur nous a annoncé qu’ils préparent un nouvel album qui sortira en 2017 et qu’en attendant, ils vous revenir en Suisse dès 2016. A suivre.

 

Pour plus d’infos: Leur page facebook et leur site 

Répondre