Le Laboratoire aux idées très stylées

Posté dans : Culture, Personnages | 0
Même si Lausanne n'a pas sa Fashion Week, c'est une ville pleine d'esprits créatifs. Il me semblait important d'aller à la rencontre de deux d'entre eux. Deux esprits fourmillants d'idées pour rendre nos armoires plus originales !
Collection Ex Voto

J’arrive en retard dans la petite boutique abritant une des marques les plus sympas que je connaisse. Les deux créatrices m’accueillent avec un sourire et une tasse de thé et je me sens tout de suite à l’aise.

Maryll et Patricia prennent le temps de répondre à mes questions et je suis heureuse de voir la complicité qu’il y a entre elles. Car au début, elles ne se connaissaient pas. Elles se sont rencontrées dans une boutique où elles travaillaient toutes les deux. Patricia avait déjà terminé sa formation depuis quelques années et Maryll venait de terminer une école de stylisme. En octobre 2000, elles ouvrent un endroit abritant leurs deux marques sous un nom commun : Le Laboratoire. Après six mois à travailler sur des marques différentes sous le même toit, Maryll et Patricia décident de joindre leurs idées et leurs aiguilles sous un commun drapeau : Le Laboratoire, la marque, venait de naître et s’avérerait être un magnifique bébé !

Dès 2001, elles organisent des défilés qui ont sûrement aidé à leur réputation. Pour ceux qui n’ont jamais eu la chance de voir un défilé du Laboratoire, je suggèrerais de ne pas rater le prochain ! Chaque collection est conçue autour d’un thème pour lequel elles font des recherches approfondies à travers des lectures, des visionnages de films, documentaires et même des spectacles. Ce processus prend environ 3 mois au bout desquels sont conçus les premiers modèles. A partir de là, tout va tourner autour du thème, de la police des flyers au défilé. Ce dernier est un peu l’apothéose de ce processus. Un défilé du Laboratoire est toujours une expérience unique. Non seulement ce n’est pas un défilé au sens traditionnel du terme, avec des mannequins qui regardent droit devant, qui marchent les uns après les autres, mais ce n’est jamais le même décor. Des galeries, des salles de spectacle, toutes sortes de lieux hétéroclites accueillent ces happenings. Puis vient la façon dont défilent les mannequins qui n’en sont pas. Je veux dire par là que, de nouveau, les mannequins ne sont pas conventionnels ; ils interagissent avec le public, ils dansent et ils s’amusent en portant les vêtements du Laboratoire. Le Laboratoire est unique aussi dans cette optique-là : jusqu’à récemment, Maryll et Patricia ont toujours réussi à organiser des défilés qui n’en sont pas vraiment dans une ville qui n’est pas une capitale de mode.

Collection Ex Voto

Dès le début, les défilés font parler de la marque lausannoise et cela aide les ventes, mais pas assez pour en vivre. Entre retouches pour d’autres magasins et pour des clientes, Maryll et Patricia n’ont pas le temps nécessaire pour la confection d’une collection. Et pourtant, leur marque continue lentement à faire parler d’elle. Jusqu’à ce qu’elles arrivent à faire fabriquer à l’étranger afin de vendre dans des magasins à Neuchâtel, Fribourg et Zurich, entre autres. Je leur demande d’ailleurs si elles ont entendu parler de la Fashion Week de Zurich et elles me répondent par la négative. Elles n’ont jamais participé et ne savent pas comment les créateurs sont choisis. De plus, il leur semble que leurs vêtements, qu’elles qualifient d’agréables à porter et non pas comme de la haute couture, ne sont pas le genre à participer à ce genre d’événement.

Est-ce que Lausanne manque de lieux qui tiennent de vitrine pour les jeunes créateurs ? Elles me répondent que oui, mais que cela n’empêche pas ces créateurs d’être là, bien présents. Elles me parlent justement d’une association qu’elles ont créée, avec d’autres créateurs locaux, la M3 qui n’est pas subventionnée mais aide les créateurs à organiser leurs événements à travers l’entre-aide. Car, contrairement à Genève, par exemple, Lausanne ne considère pas la mode comme de la culture ce qui rend l’obtention de subventions extrêmement difficile.

Collection Ex Voto

Pour leur avant-dernière collection, l’endroit où organiser leur défilé a été très difficile à trouver. Après trois mois de refus sur refus, elles ont réussi à trouver un endroit et à organiser un défilé autour des gangsters avec de faux fusils et un vrai ring. Mais tous ces refus les ont poussées à ne pas organiser de défilé pour Ex Voto, leur dernière collection qui tourne autour de Frida Kahlo. Ce qui est une première dans l’histoire de leur marque. Je me suis permis de prendre quelques photos afin d’illustrer leur démarche, mais je crains que mes photos ne soient pas à la hauteur des créations. Malgré tout, cela permet comprendre le taux d’implication et de passion qui est au cœur du Laboratoire. Cliquez sur les images afin de pouvoir voir les descriptions et accéder à toute la galerie.

La prochaine collection sera présentée en mars 2012 et il y aura un défilé. Je suis impatiente d’y assister ! Maryll et Patricia m’avouent que ça leur manque aussi et ce manque est aussi une motivation. Je vous donne donc rendez-vous en mars pour de plus amples expériences avec le Laboratoire ! D’ici là, n’oubliez pas de consommer responsable : ne vous contentez pas de consommer Suisse, consommez lausannois!

Répondre