Lausanne Groove

Posté dans : Culture | 0
Un peu Kinky mais Kind aussi, les zozos d’un groupe lausannois à la musique inqualifiable viennent de sortir un nouveau single, percent à l’étranger et se produisent ce soir au Bourg. Une actu brûlante qui mérite un petit retour sur leur parcours.

Kind & Kinky Zoo. Derrière ce nom énigmatique se cachent quatre musiciens du coin : Mr. HitchHiker, Silly Syl, Trade Marc et Dollar Bill. Basse, batterie, clavier et flûte traversière écument les scènes depuis 2005. Quant à savoir à quelle catégorie musicale ils appartiennent, ils ne se posent pas vraiment la question. « Nous revendiquons une musique instrumentale, des grooves efficaces et l’idée de transmettre une très certaine envie de bouger, » se décrit le groupe d’une seule voix. Quelques indices sur leurs affinités sonores seront cependant parsemés tout au long de ce post… Ce soir, ils se produisent au Bourg pour célébrer l’anniversaire du funky collectif A Soul Tribe qui fait vibrer les clubs lausannois depuis 5 ans déjà. Au début du mois, ils fêtaient au Lido la sortie de leur dernier single « La jupe volante », en compagnie des Enfants de Jean Brun, association lausannoise qui ne m’est pas totalement étrangère, et qui s’active pour la promotion de la black music. L’assoc’ en question en a profité pour réaliser une interview filmée du groupe au cœur de leur local de répétition à Sévelin. Ils y racontent leurs débuts, leur son, leur apparition dans une série australienne et bien d’autres délicieux détails. Alors place aux images ! Mais avant cela, faisons plus ample connaissance.

LBB: Kind & Kinky Zoo, le groupe ne constitue pas votre activité principale. Quels sont vos métiers respectifs ? Sont-ils compatibles avec la musique ?

K&KZ: Nous sommes médecin, enseignants et prof de piano. La compatibilité est optimale : un médecin prescrit la musique favorable à la bonne humeur de ses patients, les enseignants ont un responsabilité fondamentale dans la formation à l’écoute et le prof de piano est aux avant-postes de la transmission d’une culture musicale de qualité.

Une tournée européenne, un morceau paru sur une compil’ japonaise, une affiliation à un label australien puis à un label allemand. Comment un groupe lausannois arrive-t-il à s’exporter ?

Pour les scènes, au début c’est en cherchant à exploiter les opportunités qui se présentaient et en utilisant notre réseau de contacts. Par la suite nous avons travaillé avec l’agence A Soul Tribe qui s’est notamment occupée de tous nos concerts en Espagne. Pour les labels, c’est à chaque fois nous qui les avons contactés pour leur demander si nos produits les intéressaient, et notre présence sur la compilation japonaise s’est faite suite à la sortie au Japon de notre premier vinyle “Party chez le Marquis”.

Est-ce que c’est parce qu’il n’y a pas assez d’opportunités ici ?

Disons que la taille de notre pays favorise l’envie d’explorer les contrées environnantes et de se frotter à des scènes ayant une culture et une histoire musicales riches !

On a voulu organiser quelque chose de spécial pour célébrer l’événement. Le rideau s’est levé à 1h du matin pour découvrir nos danseuses en jupes affriolantes et nous avons enchaîné les titres de notre single, puis disparu pour laisser la soirée suivre son cours. Pour l’occasion, nous voulions quelque chose de particulier, de festif et de frais, et l’exercice nous a paru assez réussi !

Nouvelle célébration ce soir au Bourg, comment s’annonce votre concert ?

La fête s’annonce exceptionnelle puisque notre agence (A Soul Tribe) a organisé toute une série de concerts sur deux jours, au Bourg et au Romandie, avec des têtes d’affiches venues de Paris et de Berlin !

Envie d’en savoir plus ? Voici les infos de ce week-end festif : l’événement Facebook

Concernant le groupe : www.myspace.com/kindkinkyzoo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.