Lausanne est à 10m2 près

Lausanne est verdoyante. Lausanne est vivace. Lausanne est solidaire. Mais Lausanne n'est pas tropicale. Lausanne n'est pas exubérante. Lausanne n'est pas rageuse. Lausanne est, ou Lausanne n'est pas... tout comme ce concept, Lausanne évolue sans cesse et c'est pour ça qu'on l'aime. Alors, en un instantané, en une embauche d'idée, en rien de bien compliqué, je vous propose un sujet attrapé comme ça, à la volée. Cette semaine, Lausanne est à 10m2 près.
L'ancien rendez-vous des désoeuvrés dominicaux
L’ancien rendez-vous des désoeuvrés dominicaux

Qu’est-il donc arrivé à notre chère Coop Pronto de Chauderon ? Elle qui rythmait nos après-midis estivaux à Montbenon et qui nous dépannait le dimanche matin, quand le frigo était vide et la gueule de bois bien pleine ? Elle n’est plus ce qu’elle était… et n’a plus rien de Pronto d’ailleurs. Elle n’est devenue qu’une Coop comme les autres, avec des horaires comme les autres : 9h-19h en semaine et 9h-18h le samedi…. et c’est tout. Pour les dimanches et jours fériés, il faudra aussi repasser.

Et tout ça à cause d’un espace d’environ 10m2, situé avant les portillons de la surface commerciale à proprement parler. Car, sachez-le, les commerces ouvrant en soirée et les jours fériés avaient jusqu’en 2014 pour réduire leur surface à 100m2 maximum, selon une mesure communale votée il y a dix ans… ce dans le but de favoriser les petits commerces alimentaires face aux mastodontes de la grande distribution. Idée louable s’il en est, cette mesure ne fait cependant pas dans le détail, d’où les travaux entrepris à la Coop Pronto d’Ouchy (qui garde, elle, les mêmes horaires qu’auparavant), mais aussi à celle de Chauderon, qui s’est presque réduite d’un tiers, obligeant les clients à se faxer dans les rayons, tout en évitant les chocs de cabas. Mais où les gérants croyaient bien faire en laissant un sas vide de 10m2 à l’entrée du magasin, la Police du Commerce les a vite fait déchanter en leur signalant que même si cet espace ne faisait pas partie de la surface commerciale, elle faisait quand même partie du magasin, faisant ainsi passer la superficie totale de 98m2 à 108m2, obligeant donc la Coop Pronto de Chauderon à adopter des horaires réduits, comme le reste des commerces de journée, et ce depuis deux mois.

Le message résigné de la Coop Pronto Chauderon
Le message résigné de la Coop Pronto Chauderon

Autour de moi, plusieurs personnes ne trouvent pas « normal » de chipoter pour 10m2. En effet, être tatillon à ce point frise le ridicule, surtout quand cette surface est inexploitable, et que la Coop a déjà tout fait pour respecter cette fameuse mesure. Mais ce qui est plus fâcheux dans cette situation, c’est l’absence de remords de la Police du Commerce à fermer un magasin qui égaie comme il peut les dimanches lausannois, bien connus de tous pour leurs silences post-apocalyptiques et leurs rues désertiques, qui feraient sûrement frissonner ce bon vieux Max Rockatansky. Comme si Lausanne n’était pas une ville assez morte le dimanche pour que l’on veuille encore plus l’accabler de silence. Et je ne parle même pas de l’affluence record à la Coop Pronto Gare, qu’elle a du mal à gérer depuis deux mois (à voir la tête des caissiers en tout cas), et des personnes à mobilité réduite qui aimeraient sans doute acheter leur Granini sans avoir à descendre à la Gare ou à Ouchy.

Bien-sûr, la Coop a déposé un recours auprès du Tribunal Cantonal car, selon eux, ces 10m2 ne sont pas exploitables et ne devraient donc pas être comptabilisés. La Police du Commerce, elle, reste sur sa position d’ « égalité de traitement ». La justice abattra donc, bientôt on l’espère, son glaive.

Les fameux 10m de la discorde
Les 10m2 de la discorde

Mais, en attendant cette décision, une autre question se pose à nous : faut-il s’insurger contre cette application drastique ou bien faut-il prôner l’anti-monopole soutenu par cette mesure municipale ? Car lorsque l’on se retrouve planté devant les portes closes de la Coop Pronto de Chauderon, un dimanche midi, le ventre gargouillant (comme ce fût le cas ce week-end de Pentecôte), force est de constater que d’autres choix s’offrent à nous. Rien qu’à proximité de la Place Chauderon, il existe deux magasins alimentaires aux horaires étendus (« pakis », pour les intimes) : un au début de l’Avenue d’Echallens et un au dessus de la Place, au début du Maupas, ainsi qu’une boulangerie à la fin de la Rue de l’Ale (et si vraiment, il y a aussi le McDo…). Pourquoi alors ne pas voir dans cette situation une opportunité de découvrir d’autres commerces, souvent plus originaux (rien que pour les accents de leur gérants et leur amabilité), avec un choix de produits différents (le Top Marché du début de l’Avenue d’Echallens a un choix de bières qui concurrencerait presque la Mise en Bière) et avec une ambiance d’épicerie plus parisienne que lausannoise ? Alors certes, les prix y sont légèrement plus élevés et on ne retrouve pas nos produits habituels, mais l’aventure n’en vaut-elle la peine ?

Pour ma part, je pense que cette mesure est une bonne mesure, notamment pour continuer à stimuler la concurrence. Ce n’est que son application qui laisse à désirer et qui prouve une fois de plus l’inflexibilité souvent rageante de certaines institutions municipales (Inglewood Burger, si tu m’entends). J’espère donc que la Coop Pronto de Chauderon rouvrira bientôt ses portes après 19h, toute cette situation n’étant basée que sur un malentendu et sur une bonne dose de mauvaise foi de la part de la Police du Commerce. Mais j’espère aussi que les Lausannois feront de cet incident l’occasion de découvrir d’autres commerces différents, parfois plus palpitants et qui participent eux aussi à la fierté multiculturelle de notre ville.

Photos © 2015, Florian Poupelin/Lausanne Bondy Blog

5 Responses

  1. Céline M.
    | Répondre

    Oui exactement !! Il y a bien d’autre solutions que la coop pronto, des solutions qui soutiennent les petits commerces. Merci de l’avoir dit.

  2. Mathilde
    Mathilde
    | Répondre

    “Égayer” ses dimanches en faisant des achats, je trouve cela un peu triste. Bien que le concept de l’épicerie H24 soit souvent pratique, à voir les foules qui occupent nos enseignes oranges ouvertes le dimanche, je me dis que la consommation, c’est vraiment l’opium du peuple.

  3. Schnyder
    | Répondre

    C’est la seule chose qui est bien (montrer qu’il y a d’autres solutions). Pour le reste, l’auteur n’a vraisemblablement pas compris le lien qu’il y a entre horaires des magasins et conditions de travail (préoccupation principale des vendeurs.euses). C’est un article sans profondeur, sans conscience aucune du dossier et du commerce de détail (système re franchise, cct, grosses enseignes faisant disparaître les petits commerçants). C’est juste le point de vue d’un.e étudiant.e trop peu soucieux.euse de s’organiser pour remplir son frigo alors qu’il bénéficie largement res possibilités de le faire et qui se réveille le dimanche avec la gueule de bois dans la vie réelle (il faut manger). S’il s’agissait d’une ouvrière monoparentale travaillant en équipe, on discuterait du besoin et des ses horaires à elle n’octroyant peu de possibilité de s’organiser et donc poussant vers une flexibilisation des horaires des vendeuses qui voient à leur tour leur condition se détériorer. Et ne me parlez pas du fait que certain.e.s sont d’accord de travailler le dimanche, j’ai vu des personnes prêtes à travailler sans salaires, quand on a pas le choix. Il semble donc nécessaire penser les choses un peu plus globalement.

  4. Noth
    | Répondre

    Pour en finir avec ce tatillonage ridicule (et c’est tout le problème, rien à voir avec ces histoires de travail le dimanche qui obsèdent les bienpensants qui ne comprennent pas une société qui vit 24h/24) est de virer Marc Vuilleumier aux prochaines élections municipales. Son idéologie le pousse à emmerder la vie des gens dans tous les sens, et surtout les commerçants! ABE.

  5. Florian Poupelin
    Florian Poupelin
    | Répondre

    Merci de ton retour Noth, et en général de vos retours. C’est toujours intéressant et enrichissant de pouvoir entamer une discussion et d’avoir plusieurs sons de cloches. Même si ici, c’est majoritairement sur Facebook que le débat s’est enflammé. Le Lausanne Bondy Blog est là pour rendre compte et pour poser des questions, alors continuez à nous lire et à réagir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.