La source sûre : les fans de Bastian Baker sous le choc après son concert.

Posté dans : Culture | 0
Vendredi dernier, à Hasliberg, le chanteur donnait le coup d’envoi du Yellow Tour, en partenariat avec la Poste. Il a choqué ses fans avec une tenue pour le moins inhabituelle. L’artiste est entré sur scène avec un t-shirt à col rond.

Il est 22h, un homme arrive sur la scène, guitare à la main. Il s’approche du micro et lance : « Hi everybody, I’m Bastian Baker. Nice to see you. » Silence dans la salle. On pense que les gens n’ont pas compris, l’anglais permettant de faire passer n’importe quelle banalité pour un texte brillant mais qu’on ne saisit pas ; l’artiste le sait bien. Alors il réessaie, en suisse-allemand cette fois : « Salu z’same, ir bien dä Bastian Bakerrrrr ! Schön euh gsieh ! » Cette deuxième tentative, pourtant dans un bärndütsch parfaitement maîtrisé, plombera définitivement l’ambiance. Ultime essai en français, infructueux lui aussi. Le public se met à huer.

Ils ne l’avaient pas reconnu 

Entre deux gobelets de bière lancés en direction de la scène, on comprend que les fans ne l’ont pas reconnu. Ils attendent l’arrivée de Bastian, le vrai, le beau, le prince charmant à la voix d’ange, l’ange à la voix de prince charmant. En face d’eux, l’homme tente de les apaiser : « C’est moi ! Je suis votre ami ! » Après quelques minutes chaotiques, les gens retrouvent leur calme et reconnaissent enfin le chanteur. Rassuré, il s’apprête à commencer à jouer mais les huées reprennent de plus belle.

Un col en V sinon rien

Les fans, en amateurs de musique avertis, réclament le traditionnel col en V blanc de leur idole. Or, ce dernier, lié contractuellement à la Poste, est obligé de porter, jusqu’au bout de la tournée, un col rond jaune, avec lignes grises sur les manches. Baker tente alors de négocier avec son manager, mais il est impossible de débloquer la situation. En effet, difficile de casser un contrat estimé à dix ans de salaire d’un postier moyen. Finalement, le chanteur doit quitter la scène pour des raisons de sécurité : certaines de ses groupies, en pleurs, commençaient à brûler l’album dans le but d’en faire des cocktails molotov.

Une fin de soirée difficile

Le Lausannois quitte la salle par la porte de derrière et file, sur son scooter Kyburz (modèle électrique à trois roues, autre obligation contractuelle) en direction de Lausanne.

Le fameux scooter électrique que le chanteur doit utiliser pour sa tournée. ©Kyburz-dxp.ch
Le fameux scooter électrique que le chanteur doit utiliser pour sa tournée. ©Kyburz-dxp.ch

Pensant se ressourcer parmi les siens, et en tripotant deux trois paires de fesses, il se dirigera en direction du Jagger’s, à la Rue Etraz. Mais, avec un t-shirt de la Poste, impossible de ramener des filles à la maison.

Espérons que le chanteur et son entourage communiqueront clairement à ce propos, afin d’éviter toute mésentente avec les fans. Quoiqu’il en soit, même si cela paie mieux de gratter des cordes que des textes, nous sommes parfois tous égaux face à la dure réalité de la vie.

(Image de Une : © Michael Dornbierer)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.