La source sûre : la dernière tendance lausannoise à la mode, vendre ses habits lors d’une friperie, puis les racheter à un vide-grenier

Posté dans : Culture | 0
Dimanche dernier il n’y avait pas que les élections fédérales. Un grand marché aux puces était organisé sur la place de la Navigation, à Ouchy. L’occasion pour chacun de donner une nouvelle vie à des objets qu’il n’utilise plus. Mais également, pour certains, de dénicher les dernières modes.

Le rendez-vous est fixé à dix heures du matin avec Hector. Il est déjà là, prêt à travailler. Non, le jeune homme n’est pas venu pour se détendre. Ce blogueur de mode / décorateur d’extérieur / architecte d’espaces identitaires doit dénicher LE dernier truc à la mode pour ses followers, absents aujourd’hui, puisqu’il est venu seul. La hype, grande préoccupation des lausannois en 2015, comme le rappelait Yann Marguet, dans son excellente Prise chère il y a quelques jours sur Rouge FM.

Trésors ou objets inutiles? C'est le débat qui anime toutes les brocantes. ©photos-chinon
Trésors ou objets inutiles? C’est le débat qui anime toutes les brocantes. ©photos-chinon

Un trésor caché

Alors que, sous la tente installée pour l’occasion, les curieux flânent paisiblement entre les stands, Hector court dans tous les sens. La sortie des collections d’hiver approchant à grands pas, il faut absolument trouver l’alternative branchée qui fera mouche auprès des internautes. Entre un stand de vieux livres et quelques VHS, il flashe sur un pull en laine bleu foncé : « En plus c’est exactement ma taille. »

Problème, ce pull lui a appartenu, avant qu’il décide de le vendre lors des dernières puces du Parc de Milan. Il craque quand même et décide de le racheter pour trois fois son prix d’origine : « Un pull de deuxième main prend de la valeur, alors en troisième main, il faut mettre le prix. »

Faire du neuf avec du neuf qu’on a vieilli

Hector repart à la recherche de LA tendance, THE thing, LOS trucos à la mode, en vain. Un peu énervé, il craque : « C’est à croire que c’est toujours les mêmes objets pourris vendus dans ces brocantes. Regardez, il y a 152 cassettes Goldeneye sur N64, 58 albums de DJ Bobo, mais impossible de trouver des fringues corrects ! » 

C’est en regardant son nouveau vieux pull que lui vient l’idée de génie : « En 2014, le deuxième main était à la mode. Cet hiver, il faudra vendre ses habits, puis les racheter. » Avec l’avantage de décomplexer les consommateurs : « qui n’a jamais eu honte d’acheter un t-shirt juste parce qu’il venait d’un magasin basique ? En le revendant, puis en l’achetant, il ne vient plus de ce magasin, mais du marché aux puces. »

Content, Hector peut rentrer paisiblement chez lui, et partager la géniale trouvaille sur son tumblr.

(© Image de Une : zenithe)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.