La racaille des Boveresses marche sur les tapis rouges !

Posté dans : Au quartier, Culture | 5
Le samedi 15 novembre a eu lieu l'avant-première du film "Tapis Rouge", où figure un échantillon de racaille lausannoise… curieux, j'y suis allé pour vous.

Gloup ! :O Le qualificatif utilisé dans mon titre est peut-être un peu osé, j’espère ne pas me faire assassiner par d’éventuels jeunes banlieusards qui me coinceraient au coin d’une rue déserte dans les jours qui viennent ! Que ceux-ci se rassurent : Je veux simplement faire du chiffre, et maximiser le nombre de vues de mes articles avec des titres aussi provocants et accrocheurs que possible 😉

Et la salle, superbe, recouverte d'un… tapis rouge ! Héhé, bon elle était facile celle-là, je vous l'accorde.
La salle du Capitole, superbe, recouverte d’un… tapis rouge ! Héhé, bon elle était facile celle-là, je vous l’accorde.

Mais venons-en à notre sujet. Le samedi 15 novembre à 11 heures a eu lieu l’avant-première de “Tapis Rouge”. Un long métrage où figurent sept jeunes hommes, pour la plupart d’origine étrangère, qui ont grandi au quartier des Boveresses et interprètent leur propre rôle. En gros ils décident de faire un film, un éducateur les aide à faire un scénar digne de ce nom, et nos joyeux lurons se rendent ensuite tous ensemble à Cannes pour trouver un producteur, tout en faisant des arrêts culturels en route, condition posée par les autorités pour les subventionner. Le lausannebondyblog, grâce à sa réputation grandissante, a reçu une invitation, et je me suis empressé de me proposer d’y aller pour vous ! Ainsi, lors de ce samedi matin pluvieux et triste, je me suis levé à l’aube (qu’est-ce que je ne ferais pas pour nos chers lecteurs) afin d’aller à ce bon vieux Capitole…

L'une des premières scènes du film, qui pourrait bien devenir culte, se déroule sur ce pont mythique, de nuit… Votre serviteur a poussé le zèle jusqu'à se rendre à ce coupe-gorge réputé !
L’une des premières scènes du film se déroule sur ce pont mythique, de nuit… Votre serviteur a poussé le zèle jusqu’à se rendre à ce coupe-gorge réputé !

Je vous épargne tout commentaire sur les speechs d’avant la projection, convenus et sans surprise, et je vous donne tout de suite mon avis sur le film : eh bien c’est une assez bonne pioche, vraiment ! Le premier tiers du film, qui se déroule aux Boveresses, est extrêmement hilarant, à faire pâlir de jalousie Dany Boon, j’exagère à peine. La nombreuse audience du Capitole (près de 900 !) s’est muée en une foule en délire, on a beaucoup ri, beaucoup applaudi, je n’avais jamais vécu ça dans un cinéma. Les deux derniers tiers, filmés sur la route qui mène les jeunes à Cannes, sont un peu plus décousus, on sent que c’est un peu plus du bricolé à l’arrache, et donc la qualité est plus inégale, forcément. Reste quelques bons moments comiques malgré tout, et puis il y a aussi des moments plus sérieux, plus dramatiques voire émouvants, où les problèmes personnels des uns et des autres sont abordés. Au final, quand le générique est lancé, n’importe quel lausannois sera bluffé, conquis, et n’aura qu’une envie : ravaler au plus vite ses préjugés contre les jeunes de nos quartiers, une prétendue racaille irrécupérable… La jeunesse est composée d’êtres humains comme les autres, et il peut se cacher en son sein des perles de talent et d’authenticité, capable de faire figurer notre ville au mieux… Bravo à Yusuf, Jaimrose, Jo et les autres, qui l’ont fait !

Un deuxième lieu mythique des Boveresses qui apparaît également dans le film.
Un deuxième lieu mythique des Boveresses qui apparaît également dans le film… photographié au péril de ma vie… Ok, ok, j’en rajoute un peu dans mes légendes. Je n’ai même pas rencontré un simple dealer ;).

Une fois le générique lancé, le public du Capitole a eu droit à la surprise du chef : l’équipe du film au grand complet qui est venue au devant de la salle… s’en est suivie une petite séance de questions réponses bien plus intéressante que les speechs avant le film. Je ne vais pas néanmoins trop vous embêter avec ça et me lancer dans un article à rallonge… Je me contente de l’info la plus marquante pour moi : les jeunes des Boveresses n’ont aucune formation de comédien, et ils ont simplement fait un stage intensif d’une semaine avant le début du tournage… Objectif principal de ceux qui les encadraient : les obliger à être eux-même, à ne pas jouer. Et c’est ça la grande réussite de “Tapis Rouge” au final : les mecs sont vrais à la caméra, d’un naturel et d’une authenticité sans égal… Ainsi les situations comiques ou dramatiques gagnent beaucoup en efficacité.

Pour me résumer, “Tapis Rouge” est un film à petit budget, largement subventionné, qui est une grande réussite et qu’il ne faudra pas rater à sa sortie en salles romandes début 2015 ! N’oublions pas de mentionner que le film a gagné le prix TV5monde de la meilleure fiction francophone au festival international “Tous écrans” à Genève ! Les blockbusters américains contemporains, qui s’embourbent de plus en plus dans la médiocrité et le déjà-vu, n’ont qu’a bien se tenir.

Quelques liens utiles pour les gens intéressés par “Tapis Rouge” qui veulent en savoir plus:

5 Responses

  1. fred
    | Répondre

    Merci pour ce bel article…
    Fred (le réalisateur)

    • Lucien
      Lucien
      | Répondre

      Merci à vous pour ce beau film… et j’espère n’avoir pas trop choqué avec mon titre. J’ai voulu faire une accroche à la Coluche, en attirant les gens qui ont des préjugés pour retourner ma veste à la fin de l’article, mais c’est un peu “osé”, et ça n’est pas forcément compris et apprécié par tout le monde ;).

  2. fred
    | Répondre

    J’avais compris. Par contre il y a une erreur. Le film n’a pas largement été subventionné.
    Il a été tourné avec 10’000 chf, ce qui est miraculeux.
    Ensuite nous avons fait du crowdfunding sur wemakeit et obtenu le soutien du Pour cent culturel Migros pour la postproduction.

  3. Lucien
    Lucien
    | Répondre

    🙁 Mea culpa, j’aurais dû mieux me renseigner sur le financement… Sur le coup c’est moi qui ait choisi le raccourci d’un “à priori” ! Merci pour vous précisions et grand bravo pour avoir atteint un résultat aussi excellent malgré le peu de moyens… Comme quoi le courage et la prise de risque paient parfois… Je souhaite beaucoup de succès à ce film qui le mérite vraiment.

  4. Mat
    | Répondre

    Au delà de la piètre qualité de l’article, le parti pris du “faux” sensationnalisme est mal foutu, déplacé et de mauvais goût. Le sommet est atteint avec les légendes des photos. Nan, vraiment, ça tombe à plat. Avis perso.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.