La notion de Temps décomposée à la loupe

Posté dans : Culture, Sport | 0
"Courir après le temps", ou l'exploration des expériences et significations sociales, philosophiques, artistiques mais surtout sportives autour de la notion du temps et de sa mesure: la nouvelle exposition temporaire du Musée olympique accueille les visiteurs jusqu'à mi-janvier. Visite!
Le Mur des records © Musée olympique
Le Mur des records © Musée olympique

Tic… tac… tic… tac… Imperturbable, continu, ce doux bruit qui rythme nos existences heureuses, effrénées parfois, n’a pas toujours eu la même importance ni les mêmes implications. L’idée qu’un après-midi de vacances au soleil ou le même après-midi pluvieux au boulot n’avait pas réellement le même nombre de secondes a traversé l’esprit de beaucoup de monde cet été… Le trait est tiré certes, mais il en est de même dans le monde du sport. Les Championnats d’Europe d’athlétisme à peine bouclés ont montré une fois de plus l’importance du Temps et de sa mesure dans le sport. La course aux records est toujours plus fine, plus acharnée, plus précise grâce aux instruments de mesure qui permettent aujourd’hui d’immortaliser ce que l’oeil nu ne parvient pas toujours à distinguer.

“Courir après le temps” retrace l’évolution de la mesure du temps et rappelle que pendant longtemps, la notion de record s’effaçait devant celle de la victoire. Zeus choisissait son élu et le faisait gagner. Rien de plus simple. Oui mais bon… un peu de rationalité là-dedans ne ferait pas de mal. L’arrivée des sports modernes aux 18-19e siècle sur le continent européen s’accompagne de l’idéologie du progrès technique et scientifique… Ainsi, tout comme les horloges fleurissent dans les foyers (celle du salon de votre grand-mère), les chronomètres se développent et l’Homme se passionne de plus en plus pour la maîtrise du temps.

Travaux de Marey © Musée olympique
Travaux de Marey © Musée olympique

Les travaux de plusieurs scientifiques, dont le médecin Marey (certains diront qu’il est l’un des précurseurs du cinéma), vont permettre de décortiquer de plus en plus finement le mouvement mesuré dans le temps de l’homme et de l’animal. La physiologie du mouvement prend son envol et avec elle des instruments de mesure toujours plus sophistiqués qui vont être sources d’inspiration tant pour le milieu du travail (le taylorisme, ça vous dit quelque chose?) que pour le milieu sportif. Qui dit mouvement rationnel dit gain de temps. Et dans le sport, qui dit gain de temps dit… victoire.

Alors même s’il est probablement très musclé, Zeus n’a désormais qu’à bien se tenir: les chronomètres actuels – entre autres instruments technologiques – sont capables de mesurer le plus petit 1000e de seconde. Plus question de choix divin, la victoire fait place à la notion de performance… et donc à un temps calculé, entraîné, englobant la vie de l’athlète dans ses plus petits retranchements, qui a tracé une autoroute à cette fameuse course aux records.

Vous voulez en savoir plus? Il est donc temps pour vous d’aller découvrir cette expo passionnante qui vous attend au premier étage du rutilant Musée olympique refait à neuf!

Pour vous donner envie: petit reportage de la RTS à voir ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.