La littérature romande, ça vous inspire ? – « Un guépard à Lausanne »

Posté dans : Lausanno-lausannois | 0
Je dois avouer qu'il y a encore peu elle ne m'intéressait guère. Comme beaucoup, j'en avais l'image d'écrits complexes, difficiles d'accès, sans doute trop "philosophiques". En résumé, le genre parfait pour un groupe de professeurs d'université se retrouvant autour d'un verre de cognac pour disserter de la décadence du monde. Je ne sais pas vous, mais ce n'est pas ça qui me fait rêver.

Un jour, mes horizons se sont élargis. La cause ? Lausan’noir, le festival du polar. La rencontre avec les auteurs et les piles de romans policiers dont je n’imaginais pas l’existence, ont éveillés ma curiosité. La littérature romande est bien plus riche que l’on ne croit, on y trouve aussi bien des romans de science fiction, des policiers, des livres jeunesses, des histoires d’amours, des romans historiques, etc. Les bandes dessinées ne manquent pas non plus au palmarès et certaines se déroulent même dans la ville de Lausanne.

On peut notamment citer : « Un guépard à Lausanne » écrit par Philippe Aubert et illustré par Carine (nom d’artiste de Christine Racine) qui est paru en 1999 aux éditions Cœur de Loup. On y raconte les aventures de Sherpa, bouvier bernois de son état, qui par hasard, fait la rencontre de Miram N’am Ni-gam, guépard importé illégalement d’Afrique. Celui-ci s’est échappé et se cache près du Palais de Beaulieu. Toute une aventure s’en suit, afin de sauver le guépard de ses poursuivants (qui souhaitent le vendre pour des expérimentations sur les animaux) et de le ramener sain et sauf dans sa contrée natale.

Plutôt destinée aux enfants, cette BD, nous fait visiter la ville d’un bout à l’autre, en passant notamment par le Stade Olympique, l’église St-François, la Place de la Palud, Ouchy, la Blécherette ou encore par la Place de la Cathédrale. L’occasion de voir la ville sous un angle différent.

.

Les auteurs

Philippe Aubert (scénariste) :

Nous vient du Jura, son cœur balance entre les bandes dessinées et les jeux vidéo, il a finalement trouvé un terrain d’entente et écrit pour les deux. Une trentaine de BD sont à son actif et il a également écrit plusieurs scénarios pour des jeux sur la Playstation ou sur PC.

Carine (illustratrice) :

Habite à Lausanne depuis des années, elle a illustré des bandes dessinées sur des sujets variés: la santé, les séries animalières (ce qu’elle préfère), elle a également autoédité son roman graphique (Parle!) en noir et blanc porté sur le thème de la violence et de la dépression. Lausanne doit beaucoup compter pour elle, car elle a également écrit et illustré une autre histoire s’y déroulant: « Vérix et le trésor de Lausanne ».

.

Mon avis

Les illustrations sont bien réalisées, on reconnaît les lieux d’un seul regard, les personnages quant à eux sont dessinés de façon réaliste. Chacun a ses expressions, qui même sans lire le texte nous indiquent clairement leurs émotions, sans pour autant être trop exagérées. Le scénario est assez idéaliste, étant donné qu’à part un coup de poêle et des lancer de tomates, personne n’est blessé, mais il est parfaitement adapté pour les enfants, qui riront sans aucun doute des différents gags parsemés au long des 46 pages de l’album. On y a même glissé quelques informations sur les guépards et autres grands fauves d’Afrique (lors des recherches des maîtres de Sherpa qui utilise pour cela un ordinateur, qui on peut le dire fait sourire par son aspect antique (et oui 1999 pour un ordi c’est pas tout récent).

En clair, c’est une BD sympa à lire une fois, surtout pour son côté lausannois, car il faut bien l’avouer si l’action se déroulait dans une ville de fiction, la BD perdrait de son charme.

.

J’aurais bien voulu recréer la scène montrant Miram contempler tristement la vue, mais je n’avais pas de guépard sous la main…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.