La Cité format XL

Posté dans : Culture | 0
Festi'neuch la semaine dernière, Caribana dès aujourd'hui, et puis tout s'enchaîne. La saison des festivals est bel et bien lancée ! Parmi eux, une petite perle bien de chez nous : le festival de la Cité.

La Cité, tout le monde connaît. Rendez-vous culturel incontournable pour tout Lausannois, la question ne se pose parfois même plus. Le moment venu, un petit tour s’impose. Mais ce moment n’est pas si proche, me direz-vous ! En effet, ce n’est pas pour demain puisque les festivités ne débutent que le 28 juin. Par contre, c’était hier que le festival dévoilait sa programmation. C’est alors qu’une interrogation m’a traversé l’esprit : lequel d’entre vous s’y est déjà rendu après avoir jeté un coup d’oeil attentif au programme ?

Chaque année, je me promène fidèlement au festival de la Cité. Chaque année, je me retrouve tout aussi fidèlement aux mêmes endroits, à faire à peu près la même chose, tout en ayant l’impression de me perdre dans les ruelles comme en terre inconnue. Rien de mal à ça. Tomber sur un spectacle inattendu entre une bière et deux accolades pour terminer la soirée aux 2.21 avec des amis que l’on n’a pas revus depuis des lustres, c’est ce qui fait son charme ! Mais la découverte est peut-être ailleurs. C’est en réalisant que cette prochaine édition proposait pas moins de 12 scènes parsemées dans la vieille ville, des artistes de 17 nationalités différentes, 285 représentations, 89 spectacles dont un tiers sont des créations pensées exclusivement pour le festival que je me suis dit que je ratais peut-être quelque chose… Ajoutons aux promenades aléatoires (car je ne m’en passerai pas!) quelques rendez-vous ponctuels.

Côté musique, Barbara Panther et son électro aux allures bestiales titillent ma curiosité, alors que Professor Wouassa a déjà prouvé maintes fois dans la région que l’afrobeat en valait le détour. La chanteuse GieDré, toute blonde et toute menue, semble manier aussi bien l’humour noir qu’elle se joue de son image, ce qui mérite une attention particulière, tout comme le groupe Imperial Tiger Orchestra qui remet si bien au goût du jour l’excellent groove éhiopien des années 1970. Côté humour, je me laisserai tenter par l’apéro Vigousse qui mêle boisson et improvisation (!), puis j’irai me faire les abdos en voyant Toufo. Et pourquoi pas répondre à l’appel à indignation lancé par Wake up white men! La crise et les injustices, c’est pas bien. Bref, tout ceci n’est qu’un aperçu du programme à huit mains concoctés par les quatre programmateurs. Reste encore à farfouiller du côté des scènes qui proposent du théâtre, de la danse, du cirque, des arts urbains et même de la littérature. Je vous laisse faire votre propre shopping. Profitez-en, c’est gratuit ! 

D’ailleurs, à tous ceux qui pensent que nos impôts sont à l’origine de tout ça, apprenez que la ville ne sponsorise que 30% du budget total. Petite pensée donc pour cette poignée de gens qui, d’année en année, font en sorte que ce petit miracle auquel on s’est habitué se renouvelle. Et ça fait 40 ans* que ça dure!

Du 28 juin au 3 juillet 2011.
Plus d’infos sur: www.festivalcite.ch

*D’où le XL qui signifie 40 en chiffres romains.

Articles similaires

Cristina

Répondre