La caravane prend ses quartiers à Montelly

Posté dans : Au quartier | 1
De mai à septembre, la Caravane sillonne quatre quartiers de la ville et les revisite. Du 11 au 13 mai, elle s'arrêtait à Montelly.

Un vendredi caniculaire, un samedi pluvieux digne du plus bel automne, et un dimanche au soleil frisquet. En trois jours, Lausanne aura connu trois saisons. Ravie d’avoir fait l’impasse sur l’hiver, c’est vers la journée printanière que mon choix s’est tourné. Allons voir comment se porte la Caravane des quartiers ! Le concept est simple : il s’agit d’une fête pas comme les autres. “Elle n’attendra pas les gens, elle ira vers eux, dans les quartiers de Lausanne, là où on vit vraiment” décrit son site. Au mois de mai, c’était à Montelly.

À peine arrivée, je réalise que de ce quartier, je ne connais que l’arrêt de métro… C’est donc sans peine que je me laisse guider par une enfant de 8 ans au pas décidé et au slogan imparable : “Viens, trop cool, y a des trucs et des gens !” Force est d’admettre qu’elle avait raison. Et les gens, parlons-en !

Gonzalo Reyes Araos, les membres de l’association Métis’arte et les enfants de Montelly

Entre tables, chaises et thé dansant, se dresse un objet multicolore. “C’est un totem fait de matériel de récupération. Il symbolise la communauté et la diversité” m’explique Gonzalo. Il n’est pas du quartier mais fait partie de l’association Métis’arte, invitée par la Caravane. Visant à créer un pont entre l’art et le social, l’association a organisé plusieurs ateliers intergénérationnels avec les habitants de Montelly. Le totem en est le résultat.

Derrière moi, quelques personnes discutent autour d’une table en bois. Frédéric est venu avec sa compagne et son fils. “Ca fait dix ans que j’habite à Montelly, c’est la localisation parfaite. Ce que j’aime, c’est pouvoir tout faire à pied. On est près de la vallée de la jeunesse, du lac, des transports publics, des écoles et des commerces. Il y a même des installations sportives à proximité.”

Marlyse Monnin-Bohren, habitante de Montelly

Tout comme lui, Marlyse a choisi Montelly. “C’est le quartier de mon enfance, de ma jeunesse. En 50 ans, je ne suis partie que quelques fois mais jamais longtemps, je suis toujours revenue et je compte y rester !” Puis la voilà de retour sur la piste de danse.

Au même moment, mon oeil ne peut s’empêcher de surprendre une série de T-shirts vert fluo se baladant sur toute la place. “C’est la ville” me souffle-t-on. Oui, mais pas seulement. “Ce sont aussi des bénévoles de la commission du quartier” précise Geneviève. En charge du “Contrat de quartier” de Montelly, elle m’explique que c’est un projet de proximité mené depuis deux ans par le service du logement et des gérances de la ville de Lausanne et par les habitants.

Geneviève Ziegler et quelques représentants du “Contrat de quartier” de Montelly

L’objectif ? Améliorer la vie du quartier tout en favorisant l’intégration. La veille, le plantage de Florency a par exemple été inauguré. “Il s’agit d’un pré qui a été transformé pour que les familles du coin puissent s’adonner au jardinage et resserrer les liens entre voisins,” poursuit Geneviève.

Christian Steinwandter et des Amis du chemin de St-Jacques de Compostelle

Une fleur dans les cheveux et le sourire aux lèvres, Marguerite écoute notre conversation. “Si vous vous intéressez à ce qu’il se passe ici, vous devez les interroger” me dit-elle en pointant des gens du doigt. Ni une ni deux, me voilà face aux Amis du chemin de St-Jacques de Compostelle. Il se trouve que le chemin passe par Montelly avant de se poursuivre en direction de Morges et de Genève. L’occasion pour Christian et ses acolytes de venir en parler. Présentation, historique, légende et ateliers de percussion à l’aide de coquilles St-Jacques auront marqué leur participation aux festivités.

Petit à petit, les gens se dispersent. L’après-midi goûte à sa fin, le vent souffle et les organisateurs s’activent pour tout remettre en place. La Caravane plie bagages et le quartier retrouve sa forme initiale. Prochaine destination, Maillefer, du 31 mai au 2 juin.

  1. mum48
    | Répondre

    Il se passe des choses magnifiques et on les manque par ignorance, flemme, égoïsme… quel dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.