Journées des alternatives urbaines, décryptage

Manifestations plurielles, engagées et stimulantes, les Journées des alternatives urbaines se déroulent du 8 au 10 septembre prochain à Malley. Buts et présentation non exhaustive du programme !

Pour leur troisième édition, les Journées des alternatives urbaines, ou JAU, ont choisi d’investir la friche industrielle de Malley. Organisées par l’association Urbiculteuse, ces journées visent à réunir plusieurs organismes et acteurs concernés par la ville dans un espace en développement. « Leur mise en place et leurs retombées est un processus de longue haleine », me confie Saskia Zürcher, l’une des deux coordinatrices du projet. En effet, l’un des buts de ces journées est de connecter les habitants/occupants du territoire avec les politiques urbanistiques qui y sont menées. Pour ce faire, le comité d’Urbiculteuse contacte, dans un premier temps, les associations présentes sur place afin de leur proposer de porter ou de participer à des projets dans le cadre des journées. Dans un second temps, la démarche est amorcée avec la mise en place de structures dans l’espace occupé ; à Malley il s’agit de jardins partagés en libre accès et de petit mobilier urbain. « Lors des JAU, nous nous demandons quelle marge il reste pour les citoyens dans les projets urbains ? C’est à ce moment-là aussi que nous voyons quelles initiatives citoyennes peuvent être mises en place. » précise Saskia Zürcher.

 

Investir la friche industrielle de Malley : emplacements des Journées des alternatives urbaines. Cliquez sur l’image pour l’afficher en plus grand.

Malley : un espace en mutation entre Lausanne, Prilly et Renens

Occuper la friche de Malley, c’est se retrouver à cheval entre trois communes et au cœur d’un espace en mutation jusqu’en 2025. Les transformations ont commencé par la création d’une halte CFF en 2012, l’ouverture de la Galicienne en 2014 afin d’animer la friche, la destruction des abattoirs, la construction d’une patinoire temporaire en attendant que le nouveau centre sportif sorte de terre, etc. Pour plus d’informations, il existe un itinéraire de promenade jalonné de cinq installations végétales qui sont accompagnées de panneaux décrivant et illustrant les différentes constructions à venir. « Nous avons constaté que pour les citoyens, il est difficile de se projeter dans les projets. Ils en connaissent peu les tenants et aboutissants, et souvent, ils sont justes contents que des aménagements se fassent dans leur quartier. » souligne Saskia Zürcher. « L’objectif principal des JAU, c’est d’aider au développement du lieu ; le faire exister pour ses habitants afin que les projets d’urbanisme ne soient pas qu’une greffe, mais intégrés à la vie autour. »

 

Un programme éclectique

Concrètement, qu’est-ce qu’il se passe lors des JAU ? Sur trois jours se déroulent des tables rondes, des ateliers pratiques, des balades avec différentes thématiques ; mais aussi des concerts, de l’urban training, un bal musette, etc. Des activités et des animations qui sont autant d’occasions d’investir et d’explorer une friche actuellement délaissée. Le programme s’adresse aussi bien aux habitants du quartier qu’aux personnes intéressées par l’urbanisme. Tout est gratuit et les repas sont prix libre. Présentation non exhaustive.

Vendredi

Samedi

Dimanche


Pour aller plus loin : 

  • Si la thématique de l’occupation des friches à Lausanne vous parle, vous pouvez consulter cet article : Des friches et des hommes.

Répondre