Gros cris entre amis

Posté dans : Rien à voir | 0
Le cri de ralliement dans les campings de festivals. Trois exemples et un guide pour un sujet d'information essentiel à deux semaines du Paléo.
17 heures, vendredi, je longe le camping des Eurockéennes de Belfort et soudain, un cri, rauque et déraillant: « Apérooooooo ». Cri suivi immédiatement de plusieurs échos provenant de tentes voisines: Apérooo… Apéroooo… Apéroooo. Rien d’anormal jusqu’ici. Sauf que 9 heures plus tard, les mêmes cris résonnent encore, comme si l’écho ne s’était jamais vraiment arrêté. « Apéroooo » à 3h du mat’, « Apérooo » à 5h du mat’, « Apéroooo » à 8h du mat’, aux Eurocks, cette année, ça sera apéro for ever… 

Plus local mais de le même veine, le Paléo a son propre cri de ralliement: le célèbre et insupportable « Bambouléééééé ». Le ton est le même. Avec la même voix rauque. Avec le même déraillement sur la fin. Il faudrait presque un guide pour bien crier dans un camping de festival.

Le cri de ralliement dans les campings de festivals, guide pratique :

1) s’assurer que l’on est pas seul dans le camping sous peine de se prendre un bide
2) boire trois bonnes gorgées de Cardinal chaude pour s’éclaircir la voix
3) se lever et bomber le torse
4) reprendre trois gorgées de bière chaude
5) crier en déraillant
6) attendre l’écho
7) se rasseoir en riant bêtement
8) recommencer l’opération toutes les quinze minutes

A noter qu’un cri de ralliement est essentiellement masculin. Un signe de domination évident. Moi homme, moi crier et moi dire quand il faut faire apéro ou bamboulé.

Les cris de ralliement des festivals sont donc souvent des appels à la débauche mais pas que. Au Southside festival en Allemagne, il y a quelques années, les campeurs criaient le nom d’une fille. La légende disait qu’un fêtard bien éméché avait cherché une amie toute la nuit en criant son nom à travers le camping, l’année précédente.

On ne connaît jamais la réelle origine de ces cris et chacun a sa propre version : “J’te jure, c’est mon pote Michou qu’a crié la première fois « Bambouléé » au Paléo. C’était en 1994, j’me souviens.” Les cris de ralliement, peu importe leur contenu ou leur origine, ont finalement partout la même signification : “On est là. On est ensemble. On a soif. Et putain c’qu’on est cools !”

Articles similaires

Loïc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.