En direct du Grand Direct : Radio Django !

Posté dans : Lausanno-lausannois | 0
Radio Django, c'est le nom vitaminé d'une radio lausanno-lausannoise engagée. L'origine? Un hommage au film de Tarantino et aussi à Django Reinhardt, le célèbre jazzman belge. C'est aussi l'acronyme de divertissement, jeunesse, altérité, animation, génération du monde... ou presque. Peu importe finalement puisque leur envie de donner une visibilité à des projets associatifs, créatifs et alternatifs mérite à elle seule le détour.

Radio Django est une webradio associative née de la rencontre entre trois acteurs culturels: le centre socio-culturel Pôle Sud, Azimut Prod et Caravane FM. Le fait qu’elle ne s’écoute que sur Internet signifie qu’il faut en avoir entendu parler pour en profiter. Ce constat, associé à la qualité de leurs sujets, m’a paru être une raison suffisante pour me rendre dans leurs locaux de Pôle Sud, au Flon. J’y ai assisté en chair et en os à la diffusion en direct du Grand Direct et ai rencontré Fabien Honsberger juste après l’émission.

Fabien est passionné de radio depuis l’enfance et a été bercé aux ondes FM. Il a beau être pilote de ligne de formation, le mardi soir, c’est bien aux manettes du Grand Direct qu’il s’installe. Il fait partie des fondateurs de Radio Django et est à la fois animateur et producteur de l’émission. Cela veut dire qu’il s’occupe de gérer le temps des différentes rubriques, de s’assurer des enchaînements et des relances puis de faire en sorte que le contenu puisse être à la fois écouté d’une traite ou découpé en podcasts. Pour ce qui est de la production, il se charge d’organiser le contenu proposé par les trois chefs de rubrique et les chroniqueurs bénévoles.

–  Parlons contenu justement.

Radio Django a une fibre sociale revendiquée par ses fondateurs dont plusieurs sont animateurs socio-culturels. Tous ont un réel amour pour le médium et le goût de mettre leurs curiosités en mots. C’est de leur engagement et de leur envie de traiter de sujets alternatifs qu’est née la radio et plus particulièrement le Grand Direct. Cette émission est la pierre de voûte du projet et a lieu tous les mardis de 18h00 à 19h00. Une heure répartie en trois rubriques de 20 minutes chacune avec pour ambition de traiter Lausanne autrement – “mais sans réinventer la roue pour autant”, me glisse Fabien – tout en gardant un regard ouvert sur le monde.

– Trois rubriques pour dire quoi?

Vivre à Lausanne ouvre le bal. Les chroniques sont dédiées à la vie sociétale et se chargent de nous faire découvrir le travail d’associations, des initiatives citoyennes et des projets locaux qui contribuent à faire de Lausanne une ville diversifiée et engagée. On y traite un vaste panel de sujets, allant du féminisme aux tendances culinaires. Vient ensuite La Rose des Vents, centrée sur la question migratoire. On y découvre des initiatives ciblées sur l’accueil, l’action de communautés établies, des associations pour ceux qui arrivent tout juste et la vie de ceux qui contribuent à enrichir et colorer Lausanne depuis longtemps. Une fois par mois, une personne envoyée par l’association Voix d’exils prend le micro et se glisse dans la peau d’un journaliste le temps d’une interview. Radio Django devient alors medium d’intégration autant qu’instrument de communication. Finalement, l’émission propose une rubrique culture, Cultiver Lausanne, afin de couvrir l’actualité culturelle sans prétendre à l’exhaustivité mais avec de belles propositions et en osant défendre un avis critique. 

Mais encore

Plusieurs fois dans l’année, l’équipe de Radio Django assure la couverture d’événements particuliers auxquels ils sont “presque liés par leur ADN”. Ainsi, cette année encore, ils mettront en lumière la Semaine d’action contre le Racisme ou le festival Cinéma d’Afrique, entre autres. En dehors du temps des émissions, la radio diffuse de la musique en continu. Les playlists sont composées par les chroniqueurs et bénévoles qui sont actuellement environ 25 ce qui promet une belle diversité. Là encore, l’ailleurs et l’alternatif sont au rendez-vous; avis à ceux qui sont blasés par ce que l’on entend en boucle sur les autres chaînes.

La fabrication

Assister au Grand Direct me rappelle à quel point le média radiophonique est fascinant. Il ne faut finalement pas grand chose pour faire entendre des histoires : des micros et des voix suffisent. Il est vrai que Nico, qui s’occupe de la technique et manipule les boutons de la grande table de mixage, est indispensable. Pourtant, l’émission s’enregistre sur une table repliable bricolée, dans le coin d’une salle de cours. L’art de la narration orale et du dialogue se passe d’artifices. Je découvre encore que tout est en grande partie écrit, même si le ton est naturel à l’antenne. Une manière, dans une radio faite par des bénévoles amateurs, de garder le contrôle du temps et du sujet, tout en s’autorisant une part d’improvisation. C’est la magie de l’immédiateté.

Si l’expérience des coulisses vous tente, sachez que le Grand Direct s’enregistre en public et n’est pas un privilège qui m’avait été réservé. Sinon, vous pouvez également l’écouter bien au chaud chez vous et en direct sur le site Internet les mardis de 18h00 à 19h00. L’émission se découvre par ailleurs à l’envie grâce aux podcasts mis en ligne dès le lendemain et dont vous pouvez dévorer les archives. Cerise sur le gâteau, la radio est participative et vous offre l’opportunité de proposer des sujets ou de vous engager en tant que bénévole pour la technique, le site web, le community management (réseaux sociaux) ou les chroniques.

Radio Django est pour moi un vrai coup de coeur que je ne peux que vous encourager à garder à portée d’oreille.

Petit tour d'horizon : Radio Django occupe une salle de classe à Pôle Sud
Petit tour d’horizon : Radio Django occupe une salle de classe à Pôle Sud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.