Deux cafés, l’addition : « J’attends que la scène furry se développe un peu »

Posté dans : Rien à voir, Société | 0
La démarche est simple : aborder dans un bar ou un café une personne à l’air sympathique, que l’on soudoie en lui offrant un café afin qu’elle réponde à une petite série de questions sur notre belle ville.

Un jour comme les autres, je me promenais à la gare de Lausanne, observant le va-et-vient des passants. Soudain, un flash, comme un souvenir, un visage connu par cœur, mais impossible à replacer. Dans une foule bigarrée de cosplayers se rendant à Polymanga, se tenait le Lapin de Pâques, savamment déguisé en Chocobo du jeu Final Fantasy. Ni une, ni deux, je l’accoste pour une petite interview expresse.

Pâques_LapinLBB : Quelle chanson Lausanne pourrait vous inspirer quand vous chantez sous la douche ?

Jésus reviens. Bon, je changerais juste les paroles en remplaçant “Du haut de la croix” par “Du haut de la cathé”, mais voilà, quoi, c’est une chanson qui parle un petit peu de moi, car moi aussi, je reviens. Même si, avouons-le, j’ai un petit peu plus de classe que mon grand ami JC – tout le monde ne peut pas être un lapin géant qui pond des œufs, après tout.

LBB : On dit de Paris qu’elle est la ville lumière, de Rome, la ville éternelle, New York, la ville qui ne dort jamais, que pourrait-on dire de Lausanne ?

Lausanne, la ville du Lapin de Pâques. Pas de raison particulière à cela, entendons-nous, mais après tout, toutes les villes sont un peu la ville du Lapin de Pâques, à Pâques… et le reste du temps aussi. La campagne également, d’ailleurs. N’est-ce pas là-bas qu’on trouve les carottes ? Et les carottes ne sont-elles pas un tribut vivant à ma grandeur ?

LBB : Si Lausanne était envahie par les extra-terrestres, ils iraient où pour s’éclater le soir ?

Alors écoutez-moi bien : Je refuse de croire à l’existence des extra-terrestres. Non mais c’est vrai, quoi, pourquoi des petits hommes verts quand vous pouvez avoir un gros lapin rose, je vous le demande ! Personnellement, le soir, je ne m’amuse pas beaucoup. J’attends que la scène furry se développe un peu, ça ne bouge pas trop, ici. Je suis sur Tinder et sur furrydate.com, mais je peine à trouver des endroits safe. Tous ces œufs ne vont pas se fertiliser tout seuls…

LBB : Si vous deviez vendre la ville, quel serait le slogan ?

Pâques_2Cafes“Venez vous les rouler à Lausanne !” D’abord, la ville est en pente, et ça, c’est cool pour faire rouler les œufs pour tout le monde. Et puis, il me semble que ça sent un peu souvent l’herbe qui fait rire ici, donc l’occasion de placer cet hilarant jeu de mots est trop belle. 

LBB : L’emblème de Porrentruy est un cochon, Berne a son ours, Genève son aigle, quel animal sur le drapeau de Lausanne ?

Un lapin géant qui pond des œufs ! What else ?

LBB : Qu’est-ce que vous adorez le plus à Lausanne ?

Rouler des œufs, faire des jeux de mots hilarants, parler de moi. La mosaïque de Pâques à Ouchy, aussi. Et parler de moi.

LBB : Qu’est-ce que vous détestez le plus à Lausanne ?

Quand “Ce matin, un lapin” passe sur Option Musique ou sur Radio Nostalgie. Chantal Goya, cette bougresse, a fait régresser la cause lapine de plusieurs siècles avec son horrible chanson, vous savez. Elle est un peu aux lapins ce que l’UDC est aux femmes : un soutien dont on se passerait très volontiers.


Un gros Big Up à Julie pour les images et pour son aide inestimable.

Répondre