Deux cafés, l’addition : « Les gens sont un peu coincés. »

Posté dans : Lausanno-lausannois | 0
La démarche est simple : aborder dans un bar ou un café une personne à l’air sympathique, que l’on soudoie en lui offrant un café afin qu’elle réponde à une petite série de questions sur notre belle ville.
Du café, une cafétéria et des questions décalées.
Du café, une cafétéria et des questions décalées.

Études obligent, c’est dans la splendide cafétéria de l’Anthropole que j’aborde Laura, 25 ans, étudiante en communication à l’Université de Lausanne. D’origine italienne, mais lausannoise de naissance, elle se dit amoureuse de la ville, surtout après son retour d’une année d’échange : « il faut toujours se barrer pour aimer ce que l’on a ». Et, depuis qu’elle fait découvrir la ville aux Erasmus avec l’association ESN Xchange, c’est un amour qui n’a eu de cesse de grandir.

LBB : Quelle chanson Lausanne pourrait vous inspirer quand vous chantez sous la douche ?

« Highway to Hell » de AC/DC, à cause de la montée du Petit Chêne.

LBB : On dit de Paris qu’elle est la ville lumière, de Rome, la ville éternelle, New York, la ville qui ne dort jamais, que pourrait-on dire de Lausanne ?

Lausanne… La ville qui monte et qui descend. Enfin, on pourrait aussi dire ça de San Francisco, alors : « La petite ville qui monte et qui descend ».

LBB : Si Lausanne était envahie par les extra-terrestres, ils iraient où pour s’éclater le soir ?

Ah les extra-terrestres. A la Ruche. Pour prendre de l’ecstasy… Et retourner sur leur planète. Du moins, si j’étais un extra-terrestre, j’irai à la Ruche pour avoir l’impression d’être de nouveau sur ma planète.  

LBB : Si vous deviez vendre la ville, quel serait le slogan ?

Lausanne, à deux pas du monde entier.

LBB : L’emblème de Porrentruy est un cochon, Berne a son ours, Genève son aigle, quel animal sur le drapeau de Lausanne ?

Le renard, en raison de la famille qui habite dans les sous-sols de la cathédrale. Un renard avec des ailes de pigeons. Parce que quand même ils font bien chier… En plus c’est un rappel à Saint-François (ndlr : le sermon aux oiseaux de Saint-François d’Assise).

LBB : Qu’est-ce que vous adorez le plus à Lausanne ?

Les avantages d’une grande ville dans un espace où tout est facilement accessible à pied. L’offre culturelle également.

LBB : Qu’est-ce que vous détestez le plus à Lausanne ?

Remonter la rue de Bourg en talons aiguilles. Et aussi… Les gens sont quand même un peu coincés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.