Des toilettes qui font “genre”

Posté dans : Société 2
Pour peu que vous fréquentiez des lieux publics, vous aurez tou.t.es remarqué les sigles qui nous indiquent où se trouvent les toilettes pour hommes et celles pour les femmes et/ou les personnes handicapé.e.s. Pour beaucoup, cette séparation et les pictogrammes utilisés pour désigner ces lieux semblent « anodins et nécessaires ». Heureusement, le Lausanne Bondy Blog a entendu que quelques bloggeur.euse.s de par le monde ont tenté de questionner cette séparation normative des lieux de commodités et a tenté d’en savoir plus.

Si vous vous trouvez dans un bar, par exemple, et qu’il vous vient, comme qui dirait, « une envie pressante », vous allez vous diriger vers les toilettes. Là, généralement, vous vous retrouvez devant deux portes avec des dessins qui vont vous aider à trouver le lieu où assouvir votre envie. A ce moment-là, vous allez vous « auto-définir » en tant qu’homme ou femme. Cela vous semble peut-être « naturel », mais imaginez que vous soyez un.e transsexuel.le, les débats peuvent vite s’avérer compliqués. La question est tout autre si vous êtes une personne handicapée ou à mobilité réduite ; souvent, vous devrez soit aller dans les toilettes des femmes, soit vous avez droit à des toilettes « spéciales non genrées », comme si un handicap primait sur votre « genre ». Et même, avant cela, cet événement plus que banal nous permet de nous rendre compte qu’il nous faut nous définir en tant qu’homme ou femme pour simplement aller aux toilettes. 

Si on s’arrête un instant sur ce constat, on peut rapidement voir que ce simple choix met en lumière notre socialisation et nos conceptions de ce qu’est un homme ou ce qu’est une femme. C’est d’ailleurs ce qui va nous permettre de nous définir en tant que femme ou homme et ainsi choisir quelle porte l’on franchira. Mais si on pousse la réflexion, on peut voir que ce choix fait écho à plusieurs concepts des théories féministes qui s’interrogent sur les divisions entre hommes et femmes dans nos sociétés et tout ce qui en découle en terme d’inégalités et autres problématiques. Sans aller jusque là et en nous focalisant sur les portes des toilettes, on peut tout de même faire référence aux définitions du genre que certain.e.s féministes ont pu donner, comme  Ann Oakley qui nous dit : « Le mot ‹ sexe › se réfère aux différences biologiques entre les mâles et les femelles : à la différence visible entre leurs organes génitaux et à la différence corrélative entre leurs fonctions procréatives. Le ‹ genre ›, lui, est une question de culture, il se réfère à la classification sociale en ‹ masculin › et ‹ féminin ›». La division est donc clairement une construction sociale pouvant varier d’une société à l‘autre. Elle se décline selon plusieurs modèles mais existe pratiquement dans toutes les sociétés. Dans une perspective « biologisante » ou « naturaliste », cette division scinde l’humanité en deux sexes : les hommes et les femmes.

Les indicateurs utilisés sont très représentatifs de la manière dont nos sociétés définissent et conçoivent le genre. Parmi les grands classiques de la domination masculine, on trouve l’idée selon laquelle l’homme est le référent et que la femme est une variante de l’homme. L’homme est identifié comme une sorte d’universel et la femme a certaines spécificités en plus ou en moins par rapport à l’homme. Sur les portes des toilettes, par exemple, l’homme est généralement d’une forme plus simple que la femme qui porte presque toujours une robe, une jupe ou d’autres accessoires.

Il semble donc que la simple séparation des toilettes publiques peut représenter et peut-être même renforcer l’un des concepts de base de la division genrée de notre société. La division naturelle entre deux sexes peut insidieusement se présenter comme « normale » à nos yeux alors qu’elle découle en fait d’une organisation et d’une division sociales de l’homme et de la femme.  

Lors de mes réflexions, j’ai observé les portes de toilettes de nos bars et restaurants lausannois qui rivalisant d’originalité pour nous surprendre… Pour finir sur une touche plus amusante, je vous ai photographié de ci, de là quelques portes… saurez-vous les reconnaître ?

1.                                   

2.                                       

3     .                                 

4   .                                     

5.                                           

6.                                         .

       
7.                                 

8.

9.                                         

Réponses dans quelques jours…!!!

Articles similaires

Sitara

2 Responses

  1. Avatar
    romuald
    | Répondre

    J’avais lu un article sur Rue89 qui évoquait également la perception que l’on a de la différence femmes-hommes, à travers des logos apposés sur les portes des toilettes justement.

    http://www.rue89.com/2010/09/19/sur-la-porte-des-wc-des-panneaux-qui-font-mauvais-genre-166388

    Très intéressant.

    En revanche, n’habitant pas à Lausanne (ni même en Suisse lol, je suis un transfuge de Seine-Saint-Denis bref du « 93 » en France), j’ignore dans quels restaurants se trouvent les logos que tu as mis en photo… 

  2. Avatar
    sitara_chamot
    | Répondre

    Après tant de suspens… voici la liste des lieux où j’ai photographié les portes.. 🙂 !
    La photo qui accompagne l’article: le restaurant de l’Avenir.

    1. Le bar tabac
    2. La brasserie du Château
    3. Le Java
    4. Le King Size
    5. Le Zoo Burger
    6. Le Saint-Pierre
    7. La Bossette
    8. L’espace auto-géré
    9. Le Bourg.

    Voilà!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.