Des tags pas comme les autres

Posté dans : Lausanno-lausannois | 0
Un artiste anonyme décore le quartier des Liaudes à Pully avec des tags en mosaïques d'aluminium. Balade à la découverte de son oeuvre. [PHOTOS]

Celui ou celle qui par hasard descend le Chemin du Liaudoz pourra remarquer des “tags” qui scintillent au soleil. Au début, j’ai cru à une initiative de la ville visant à embellir les espaces publiques (car quasiment tous ces “tags” se trouve sur des édifices publiques, que ce soit des CFF ou de la ville de Pully). Un reportage déjà paru sur swisster.ch a prouvé le contraire: la ville n’a aucune connaissance de l’artiste qui sévit dans ses rues. Voulant en savoir plus, je pars donc à la recherche de l’oeuvre de notre artiste pulliéran.

 

Le début de ma ballade, sur l’avenue de Senalèche, me fait pencher vers la piste d’un “artiste”. Devant le numéro 40, une petite mosaïque est entourée de diverses oeuvres: une balustrade décorée avec du plâtre de forme bizarroïde, une espèce de flocon de neige fait entièrement avec des bouteilles en plastique… Ou peut-être, tout simplement, notre artiste voulait-il poser une de ses oeuvres parmi des créations artistiques complementaires.

 

 

En descendant le Chemin de l’Église sur la droite,

une forme est posée juste devant l’entrée du Senalèche 29. Une façon de dire bonjour aux habitants du 29, ou de leur lancer un défi?  A noter le “vrai” tag, en vert, en dessous de notre mosaïque.

Arrivée a la gare de Pully-Nord, les tags se multiplient.

Deux lézards sont positionnés sur les escaliers qui mènent aux quais (dans les deux sens).  Plus discrets, ces deux-là ne sont perceptibles que par l’observateur “averti.”

En allant ou revenant du travail, ces mosaïques scintillent dans le reflet du soleil selon l’heure du jour.  Certains tags apparaissent dans des endroits où l’oeil est naturellement attiré: devant des passages piétons ou autres lieux frequentés.  D’autres sont presque cachés, comme celui-ci devant l’entrée nord de la gare.

 

Direction Chemin du Liaudoz. En allant vers le rond point de Perreaudettaz, trois lézards sur les pylônes des CFF et une magnifique forme libre (mon oeuvre préférée, je l’avoue) sur un muret juste avant de passer en dessous des chemins de fer.
 

Remontant vers la gare sur l’avenue Guillemin et vers le Chemin de Fau Blanc, où la pièce de résistance de l’artiste mystérieux se trouve devant le numéro trente. Un magnifique arbre en mosaïque d’au moins trois mètres de haut.

Est-ce un ado? Un adulte? Artiste dans la “vraie” vie ou comptable désoeuvré qui fait des tags pour se défouler? Mystère. En tous cas, ces mosaïques sont d’une beauté qui contraste avec les édifices sobres et fonctionnels. Elles changent des tags traditionnels par leur originalité, et prouvent qu’on peut marquer son territoire tout en enjoliver son décor.

Nicole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.