Défendre les femmes dans un but infâme

Posté dans : Politique | 14
Quand certains politiciens, loin d'être féministes, commencent à défendre les femmes... c'est louche. En vrai, leur but ultime se résume souvent à stigmatiser " l'Autre ".

C’était comme ça, depuis quelques années : on pouvait apercevoir des femmes au café central, dans les gradins du FC Sion ou lors de matches des reines, mais très peu en politique…Le début de ce mois reste historique. Pour la première fois, une femme, la socialiste Esther Waeber Kalbermatten, acquiert une place au Conseil d’Etat valaisan (parce qu’elle le Valais bien). Dans les prémices de mars c’était aussi de grandes envolées lyriques pseudo féministes par des politiciens condescendants. Pas de quoi se réjouir, elles n’étaient pas destinées à fêter en fanfare la Journée Internationale des Femmes. En effet, quand Berlusconi ou Freysinger, pour ne citer que deux exemples, prennent leurs airs à la Simone de Beauvoir, il faut toujours se méfier…Voyez plutôt. 

Rome, des femmes …c’est ça qui rend heureux?

Suite à des faits (d’hiver) sordides dans la botte européenne, Silvio Berlusconi clame la nécessité d’adopter une « loi anti-viols ». Dans un pays où se faire violer était encore considéré, il y a une dizaine d’années, comme atteinte à la morale publique et non comme atteinte à la personne et où, encore actuellement, seul un pourcentage ridicule de victimes de violences sexuelles ose porter plainte, ce renforcement législatif semble bienvenu. Pourtant, on peut se demander si on n’a pas la Berlue. Le Berlu’ actuel à l’allure “féministe” n’est-ce pas le même qu’hier baignant dans son machisme? Dans la foulée du cap 2009, ce tout- récent – fervent – défenseur – des – droits – des – femmes décidait quand même de ne pas refiler les 20 millions d’euros de subventions prévus pour les associations de soutien aux victimes de violence. Et puis, il y a deux mois encore, du haut de ses résidus de neurones, ce même chef d’Etat déclarait qu’en Italie « les viols sont inévitables » car « les femmes italiennes sont tellement belles »…

En réalité, sous l’apparente protection des femmes, on s’aperçoit que sa « loi anti-viols » vise plutôt à casser du clandestin et du “manouche”. Autrement dit, elle a surtout pour but de satisfaire l’extrême droite italienne. Par sa disposition rallongeant la période de détention maximale des immigrés clandestins en centre de rétention, cette loi établit un rapport clair entre ces derniers et …les viols. Cette note xénophobe s’accompagne d’une dissonance, osons-le dire, fascisante. Pour rassurer et protéger les citadins et surtout les “ faibles citadines ”, cette nouvelle législation autorise la création de « rondes citoyennes ». En gros, avec l’accord du maire et du préfet de la ville, des vigiles volontaires – financés non pas par des fonds publics mais par la thune d’entrepreneurs ou de commerçants (ou encore sûrement…d’amis parrains…) cherchant protection – pourront patrouiller et faire régner l’ordre là où sera jugé le désordre. Les premiers à se frotter les mains de ce cadre légal à la création de milices, sont bien ces groupements déjà organisés qu’on retrouve dans diverses città. Par exemple, il existe à Trieste des « Groupes pour le contrôle du territoire », à Milan les « City Angels » ou encore à Turin un groupe de jeunes, avec bérets militaires et chiens d’attaque, proches du parti néo-fasciste Alleanza Nazionale. Leur point commun : ils côtoient méchamment l’extrême droite et apprécient faire quelques descentes pour donner des leçons aux roms…

Cette mesure reste pourtant vivement contestée par les carabinieri et les syndicats de police italiens, mais avec la présidentialisation de SON système politique, Silvio fait ce qu’il veut…et pas qu’avec ses implants de cheveux.

Pas d’oscar pour les politicards!

« Faut-il interdire les minarets en Suisse? ». That’s the question initiale du fameux débat Infrarouge, qui a dû faire voir rouge bon nombre de téléspectateurs et téléspectatrices. Quand le politicien UDC Oskar rencontre le penseur-philosophe Tarik, le premier fait rapidement passer la discussion sur les minarets à une distinction (qui sort on ne sait d’où, si ce n’est du café de la Place de Savièse) entre “ musulmans modérés ” (“ ceux des Balkans ”) et “ musulmans revendicatifs ” (“ les maghrébins ”) et finalement à l’histoire d’une femme qui s’est faite battre par son mari musulman et “ des partisans de l’Islam ”  qui réclament des piscines non mixtes…(tout juste si ce débat n’a pas parlé de Laure Manaudou)…Bref, revenons à nos minarets.

Dans des crescendos vocaux impressionnants*, l’homme politique à la queue de cheval crie son opposition à la construction de ces nouvelles tours des mosquées, car elles représentent à ses yeux « un signe ostentatoire contraire aux droits de l’Homme ». Pour lui, elles refléteraient la charia, le voile, le mariage forcé et plein d’autres symboles et phénomènes, “ made in Muslim world ”, oppressant les dames. A travers son “discours”, apparaissent quelques phrases du genre : « la femme n’est pas soumise à l’homme, pas chez nous » ou encore « chez nous, c’est pas comme ça! Y’a égalité des sexes! ». Le clivage se fait alors total entre “ Nous ”, les “ Suisses Chrétiens ” (ou du moins aux restes chrétiens) placés comme pros de la parité** et “eux”, les “ Musulmans ”, qui ne sauraient qu’enturbanner, soumettre, voire lapider leurs femmes…A entendre ses diatribes, derrière chaque “ descendant de Mahomet ” se cacherait un “ barbu ”, un islamiste pratiquant un patriarcat dans toute sa splendeur! Pour une diabolisation de l’Islam et de ses croyants et croyantes, je crois qu’on ne peut pas faire mieux…

Derrière le masque de Zoro-Freysi “protecteur des femelles”, se cache pourtant le même personnage qui s’est opposé aux bureaux de l’égalité, à l’assurance maternité, aux crèches car les – mamans – doivent – rester – a – casa – pour – élever- leur – saine – progéniture etc. Il faut se rendre à l’évidence, Oskar se préoccupe des conditions des femmes surtout quand il peut, par ce fait, pointer du doigt ” cet Autre menaçant “. Sinon, de l’égalité hommes-femmes, il ne faut pas lui en parler, ça le perturbe complètement. Au point que dans son « poème » lu un 8 mars 2007 au Parlement, c’est le rappel total de la femme à la caverne et de l’homme à la chasse au mammouth. Il replace la première dans les clichés de « la stabilité, du mystère, de la passion et de la tendresse ». (Ces mêmes stéréotypes qui viennent justifier “ l’illégitimité ” du “sexe faible ” en politique ou dans les postes de haute fonction, car trop hystériques ou trop douces…). Quant au second, il ne serait que « barbarie séculaire, déséquilibre et insatisfaction perpétuelle »… Là, on se dit que ce n’est pas bien, Oskar, de prendre un cas particulier (!) pour des généralités… Sa conclusion: on serait « naturellement différent », alors pourquoi revendiquer une égalité entre les sexes?

Histoire de faire quand même une once de politiquement correct, il note tout de même la nécessité d’un salaire égal pour un travail égal. Ouf… ( !?) Seulement voilà…il termine sa palabre du mâle dominant en demandant à  ”la gent féminine” : « Osez redevenir des femmes ! » et « merci de ne pas vous rabaisser à un exercice d’égalitarisme stérile»…Il n’y a pas photo : pour revenir plusieurs millénaires en arrière, y a qu’à demander Freysinger! Décidément, entre la politique et le féminisme c’est une longue histoire “ d’humour ”…mais, rira jaune qui rira le dernier.

Florence Métrailler

*une grande habileté dans la gestion de la touche volume de sa télécommande est recommandée.

**Oui, moi aussi, j’aimerais croire en cette Suisse sans sexisme… Une Suisse où la deuxième cause de mortalité chez les femmes entre 15 et 45 ans, après le cancer du sein, ne serait pas celle des violences sexuelles et conjugales…

Articles similaires

Florence Métrailler

14 Responses

  1. lectrice
    | Répondre

    C’est exactement ça, aujourd’hui, le message pernicieux et contradictoire qu’on reçoit en Suisse: “nous sommes dans un pays égalitaire, donc arrêtez de demander l’égalité, mais en même temps soyez et restez des femmes”, avec toutes les “qualités naturelles” qu’on leur suppose.  Merci pour cet article intelligent.

  2. nicole
    | Répondre

    Merci pour cet article intelligent et à propos, bravo, love it!
    🙂

  3. Vieillecamarade
    | Répondre

    Sympa la caricature! On reconnaît aisément le coup de crayon de miss Florence qui, dans ses années “collège”, s’est beaucoup entraînée à dessiner durant les cours de son prof d’allemand!!!..
    Quant au syle et surtout au contenu des textes, l’élève a dépassé le maître.

  4. Plantasion
    | Répondre

    L’article est courageux et engagé. Il mériterait peut-être un …oscar?

    • Gab
      | Répondre

       héhéé, miss Métrailler vous nous aviez caché vos talents de caricaturiste!! Excellent article, incisif, pointu, juste, tu sais tout le bien que j’en pense. 🙂

  5. YvetteXeniakis
    | Répondre

     Excellent article, bravo !

    Ce Freysinger mélange tout, prétend prendre la défense des femmes en s’insurgeant contre le  port du voile, les mariages forcés (pourquoi pas l’excision, pendant qu’il y est), alors qu’il s’oppose aux bureaux de l’égalité et aux crèches, indispensables pour le respect de la femme.

    Ce Valaisan est résolument contre tout multiculturalisme, contre toute prise en compte de l’autre. Le comportement des communautés étrangères en Suisse à l’égard de leurs femmes doit relever de leur propre responsabilité et nous ne devons pas, sauf à tomber dans les travers de l’UDC, leur imposer ce qui est contraire à leurs traditions que nous avons vocation à préserver.

    Que des mariages forcés aient lieu en Suisse ne nous regarde pas et c’est encore plus déraciner ces communautés de leur terroir que de vouloir leur imposer des normes suisses, contraires à leurs traditions séculaires. Tout comme le port du voile, dont toute bonne musulmane est fière, et qui ne constitue que dans l’imagerie xénophobe de Freysinger une atteinte à la dignité de la femme. Nos critères n’ont pas à être appliqués à d’autres communautés que la communauté suisse. Quant à l’excision, si elle est pratiquée avec mesure, on voit mal pourquoi nous devrions la réprouver ; exercée depuis des siècles par certaines communautés, c’est faire preuve de néo-colonialisme que la réprouver parce que les Waldstaetten ne la pratiquaient pas !

    • Loïc
      | Répondre

      Quel commentaire enthousiaste Yvette Xeniakis! Et quel joli exercice de style! Le deuxième degrès est toujours très apprécié sur le lausannebondyblog! Sauf quand il cherche sournoisement à faire l’apologie d’un parti irrespectueux qui s’autoproclame défenseur des valeurs suisses. De quel droit d’ailleurs?
      Allez Yvette, tombez le masque, faites nous plaisir et dévoilez votre véritable identité. Qui êtes-vous? Moi je parie sur Oskar lui-même, qui par son égo surdimensionné passe la majeure partie de son temps à scruter tous ce qui se dit sur lui.

    • nicole
      | Répondre

      Je ne vois pas en quoi la voile est une atteinte à la dignité de la femme et je ne vois pas non plus la place de parler de la voile parmi ces discussions d’excision et lapidation.

    • Florence
      | Répondre
      Bonjour Yvette. J’aimerais juste rebondir sur votre propos, afin que nous ne tombions pas dans la rhétorique du “droit à la différence”, qui peut aller (tout autant que les discours de Monsieur Freysinger) à l’encontre des droits des femmes. A mes yeux, les mariages forcés doivent être vivement condamnés, non pas parce qu’ils relèveraient (comme le prétendent certains politiciens et même certaines politiciennes) “d’une  culture non occidentale ”, mais parce qu’ils soumettent les femmes. Malheureusement, la tendance est de parler de ces mariages dans l’unique but de stigmatiser “les Musulmans” et non dans le but de remettre en cause le caractère sexiste de tels actes. (D’ailleurs, peut-on vraiment attribuer cette pratique qu’à cet “ Autre ”? Qui n’a jamais entendu parler d’une jeune fille tombée enceinte dont ses parents, en bons cathos (ou par peur d’être jugés par les voisin(e)s), lui demandent vivement d’épouser le père de l’enfant ?). 

      Pour ce qui est de l’excision, elle est intolérable. Ce qui devrait servir à tous et toutes de base de réflexion, ce sont bien sûr les Droits Humains. A nouveau, au lieu de parler de cette pratique seulement pour satisfaire certains objectifs politiques xénophobes, il faudrait la dénoncer parce qu’elle va à l’encontre de la dignité de la personne. (Je vous renvoie d’ailleurs, Madame Yvette, à mon article “Une muzungu chez les Massaï : excision, parlons-en!”).

      Sinon il est utile de noter que malgré les quatre minarets – qui, eux, soit dit en passant sont muets – en sol helvétique, aucun acte de charia n’y a vu le jour. On ne peut que s’en réjouir (en même temps cette crainte UDCiste ne m’avait jamais effleuré l’esprit). Il y a certes des femmes musulmanes qui portent le “foulard islamique” dans notre pays, mais il apparaît que la plupart d’entre elles le font de plus en plus par choix et non par “ contrainte masculine ”. Diverses études réalisées en France, ont d’ailleurs attesté le fait que le hijab possède de multiples significations autres que celle de l’intégrisme, comme celle de sortir de l’invisibilité, produire un groupe d’appartenance ou répondre justement à la stigmatisation.

      Ces différents points mériteraient un plus long développement et sûrement d’autres articles LBB…

      • lie
        | Répondre

        Bravo Florence pour ce très bon post. Tu as très bien soulevé tout le paradoxe entre les discours et les actes des politiques nationalistes, c’est tout à fait juste et très bien relaté, merci à toi.

        • lie
          | Répondre

          Oublié de dire aussi que j’aime beaucoup le dessin, il me fait penser à un artiste français Remi Malingrey qui a un style assez proche.

      • safran
        | Répondre

        Merci pour ton article, et dommage qu’il ne soit pas publié ds les journaux “grand public”, public qui aurait besoin de ce genre de perspective au moins à dose homéopathique…
        Et surtout MERCI de revenir sur la question de l’excision, si qqn pense qu’il ne faut pas prendre positision quant à cette pratique, je le/la prends volontiers au mot et l’invite à prendre le café pr causer des maux…

        la Muzungu

      • safran
        | Répondre

        Merci pour ton article, et dommage qu’il ne soit pas publié ds les journaux “grand public”, public qui aurait besoin de ce genre de perspective au moins à dose homéopathique…
        Et surtout MERCI de revenir sur la question de l’excision, si qqn pense qu’il ne faut pas prendre positision quant à cette pratique, je le/la prends volontiers au mot et l’invite à prendre le café pr causer des maux…

        la Muzungu

  6. michael_depasquale
    | Répondre

    Un grand BRAVO pour ton article Florence, tu as parfaitement sû mettre le doigt là où des milliers d’Italiens n’y voient quipouic (rien quoi). Depuis l’été passé, la péninsule italienne est le théâtre d’une recrudescence inquiétante de la droite xénophobe, il suffit pour s’en rendre compte, soit de s’entretenir avec les locaux (les discours sont pathétiques, les Roms nous volent notre travail et violent nos femmes…, en gros) ou se brancher sur le téléjournal italien, TG2 ou Rai Uno. Ca balance dans tous les sens sur des événéments, tragiques certes, mais isolés, impliquant les communautés étrangères. Ou comment les médias, bien en mains des cercles de pouvoir, servent à instrumentaliser une pensée politique et influencer l’esprit crédule de l’Italien moyen.
    Aux chiottes, Berlusconi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.