Noël avant l’heure

Posté dans : Au quartier | 0

En vraie Lausannoise aux mollets musclés, je commence l’ascension du Petit-Chêne sous un ciel d’automne, maussade, gris et pluvieux. Très vite quelque chose me dérange, un je-ne-sais-quoi qui brise l’harmonie de cette journée d’automne. Pourtant tout y est : mes converses trempées, mes cheveux crépus et mon asthme qui me freine dans cette satanée montée. Voilà, j’ai compris ! Sur les deux trottoirs, les lampadaires sont ornés de décorations de Noël. Prise d’une soudaine frayeur, je vérifie la date qu’affiche mon natel. Devrais-je commencer à réfléchir aux cadeaux ? On est le 4 novembre… C’est à ce moment que mon après-midi shopping-détente-plaisir vire à la paranoïa. La traque aux décorations précoces a commencé.

Ondes de chocs à Pully

Posté dans : Au quartier | 0

La commune de Pully étudie actuellement un plan d’installation, au chemin du Liaudoz, d’un lot d’antennes UMTS pour le compte de Sunrise et Swisscom. Intitulé PIOZ, le projet vise à l’implantation de 8 antennes UMTS sur un pylône de 25 mètres. Et cela, pour le plaisir de nos opérateurs de téléphonie mobile, ainsi que pour optimiser la couverture en réseau des habitants du quartier. Le problème? On en compte déjà une vingtaine du même genre, dans un périmètre d’un kilomètre autour du site proposé. En rage et opposés au projet, les habitants du quartier se sont mobilisés. Votre Lausanne bondy blogueuse les a rencontrées, lors des deux séances d’informations publiques organisées par le comité. Une bonne occasion de partager mes inquiétudes, puisque moi aussi, j’habite le quartier.

CHRONIQUES LAUSANNOISES D’IMMIGRES CONGOLAIS (2/2)

Posté dans : Au quartier | 1

La patronne, Liliane, est arrivée à l’âge de 17 ans en terre helvétique pour suivre un bel étudiant, son chéri de l’époque. La Suisse, pour elle, c’était du temporaire. Sa vie, elle la passerait au Congo. Mais entre désir et réalité, il y a parfois de la marge. Du travail dans la coiffure et dans le service, la naissance de son enfant et une situation en RDC qui se dégrade l’ont convaincue de rester au bord du Léman. Mais elle n’en oublie pas pour autant ses racines. Si son ancien bar près du Tunnel s’appelait le “ Zizi coin-coin ” et son nouveau café se nomme “ l’Okapi ”, c’est sans doute pour rappeler son enfance passée à Kinshasa. Parfois la mélancolie pointe le bout de son nez, alors elle s’envole quelques semaines, une année sur deux, retrouver sa famille restée dans la capitale congolaise.

Le mercredi à Kinshasa : c’est le jour du PMU (1/2)

Posté dans : Au quartier | 0

Les couvre-chefs vissés sur les caboches, les bouches mi-ouvertes et les regards figés dans une même direction, une dizaine d’hommes en état hypnotique fixent l’écran plat de l’Okapi bar. Le suspense est à son comble et les publicités suivies des bla-bla infinis du commentateur font encore languir les clients parieurs. Au bout des tickets blancs du PMU pendent des rêves, le jour de chance ne tient qu’à quelques galops. Les chevaux fous s’élancent enfin. Un type se lève de sa chaise en criant à “Rombaldi” n°5 : «Si tu gagnes, je t’emmène au Cameroun!», un autre, cramponné à son verre de bière, “tippe” pour insulter l’animal sur lequel il a placé ses espoirs et surtout une part de ses économies: «Pchit, tssss…nul-nul-nul!». Une fois la course terminée, seuls les soupirs de déception l’emportent, mais à l’Okapi on ne désespère pas, le prochain pari sera le bon. 

Comment je me suis retrouvé dans un trafic de voitures à Crissier

Posté dans : Au quartier | 2

Tel un journaliste d’M6, la caméra cachée en prime, je me suis pris, le temps d’une soirée, pour l’un  des “infiltrés”. C’est pourtant tout naïvement que j’ai sombré, un mercredi soir, dans les méandres d’un supposé trafic de voitures en pièces détachées. Les premiers faits remontent il y a deux mois. Tout comme moi, n’avez-vous pas été interpellé ou intrigué par ces petites cartes de visites délicatement posées sur les pare-brises des voitures de votre quartier? Avec pour seul message, orthographe en prime, les lignes suivantes: Bonjour, votre voiture m’intéresse. Si vous désirez la vendre dans l’état actuel (aujourd’hui ou plus tard) appelez moi S.V.P. Je me réjoui de votre appel. Prix interéssats – Paiemement Cash Immédiat. Si vous désirez débarassé de votre voiture c’est gratuit. 

1 3 4 5 6