La caravane prend ses quartiers à la Borde

Posté dans : Au quartier 0

Une artère routière empruntée par les pendulaires, un quartier populaire pris en étau entre la vieille ville de Lausanne et la Blécherette, la Borde n’a pas toujours bonne presse. Elle mérite pourtant qu’on s’y intéresse. Pour cette première étape de la caravane des quartiers, le Lausannebondyblog est allé tendre son micro du côté du nouveau terrain de sport fraîchement inauguré. Bien plus qu’un lieu de loisirs, cette nouvelle aire de jeu est un véritable espace où s’exprime la multiculturalité du quartier. Pendant la mi-temps, les jeunes de la Borde évoquent la vie de leur quartier et leur attachement pour sa diversité.

Saint-Laurent dans tous ses états

Posté dans : Au quartier 0

Non, aucun homme d’église n’a été détourné du droit chemin en ce 17 mai 2010 ! Saint-Laurent est une place lausannoise très fréquentée, surtout à 18h30 lorsque les magasins s’apprêtent à fermer. Ni le lieu ni l’heure n’ont été laissés au hasard par les associations LesGayBiTrans de la ville (Lilith, Plan Queer et VoGay). Elles ont choisi d’y organiser un Kiss in à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie. 

La princesse de Bel-Air

Posté dans : Au quartier 1

Samedi, 13h. Comme tous les samedis, Bel-Air est animé. Un flux de personnes rentre et sort continuellement de la Fnac. Les bus blancs et bleus des TL effectuent leur chorégraphie habituelle, déposant des gens, en emportant d’autres vers des destinations variées. Sur les bancs des jeunes discutent, une casquette sur le chef et une brique de thé froid à la main. La marchande de glaces vend ses cornets alléchants aux passants gourmands. La petite vieille du kiosque vend ses jeux de tarot et cigares à ses clients habituels. Dans tous les sens, ça s’affaire, ça marche, ça boîte, ça trottine, ça poussette.

Plaisir coupable

Posté dans : Au quartier 0

Tel un prêtre Irlandais se rendant au poste de police le plus proche, c’est très solennellement que je me suis rendu dans une sorte d’église moderne. Ou plutôt un temple, protestantisme oblige. Un temple non pas dédié au Très Haut mais à la gloire d’une capsule en aluminium vendue à prix d’or. Ce mystérieux produit est incarné, sur la Terre comme au Ciel (sauf les États-Unis), par les yeux de cocker liftés du plus célèbre pédiatre de l’histoire de la télévision.

Un, Deux, Trois, nous irons au Bois-de-Vaux !

Posté dans : Au quartier 3

Qu’il est plaisant de se promener au cimetière du Bois-de-Vaux par un beau soleil printanier. Ce lieu de repos éternel, relativement récent puisque élaboré dans la première moitié du vingtième siècle, dispose d’un charme unique en Suisse. Influencé par l’Art nouveau, le designer s’est aussi inspiré des cimetières américains. Les haies, les allées et les différentes variétés d’arbres présentes dans le parc en font un lieu à voir. Mais l’attrait essentiel reste les résidants permanents. Que de célébrités y reposent ! Passons sur les différents ducs, barons, princesses, princes et autres têtes couronnées pour se consacrer à des personnalités moins lisses qui ont, d’une manière ou d’une autre, marquées la ville de Lausanne. Voici quelques petits portraits de quelques sommités qui m’ont touché. 

Noël avant l’heure

Posté dans : Au quartier 0

En vraie Lausannoise aux mollets musclés, je commence l’ascension du Petit-Chêne sous un ciel d’automne, maussade, gris et pluvieux. Très vite quelque chose me dérange, un je-ne-sais-quoi qui brise l’harmonie de cette journée d’automne. Pourtant tout y est : mes converses trempées, mes cheveux crépus et mon asthme qui me freine dans cette satanée montée. Voilà, j’ai compris ! Sur les deux trottoirs, les lampadaires sont ornés de décorations de Noël. Prise d’une soudaine frayeur, je vérifie la date qu’affiche mon natel. Devrais-je commencer à réfléchir aux cadeaux ? On est le 4 novembre… C’est à ce moment que mon après-midi shopping-détente-plaisir vire à la paranoïa. La traque aux décorations précoces a commencé.

Ondes de chocs à Pully

Posté dans : Au quartier 0

La commune de Pully étudie actuellement un plan d’installation, au chemin du Liaudoz, d’un lot d’antennes UMTS pour le compte de Sunrise et Swisscom. Intitulé PIOZ, le projet vise à l’implantation de 8 antennes UMTS sur un pylône de 25 mètres. Et cela, pour le plaisir de nos opérateurs de téléphonie mobile, ainsi que pour optimiser la couverture en réseau des habitants du quartier. Le problème? On en compte déjà une vingtaine du même genre, dans un périmètre d’un kilomètre autour du site proposé. En rage et opposés au projet, les habitants du quartier se sont mobilisés. Votre Lausanne bondy blogueuse les a rencontrées, lors des deux séances d’informations publiques organisées par le comité. Une bonne occasion de partager mes inquiétudes, puisque moi aussi, j’habite le quartier.

CHRONIQUES LAUSANNOISES D’IMMIGRES CONGOLAIS (2/2)

Posté dans : Au quartier 1

La patronne, Liliane, est arrivée à l’âge de 17 ans en terre helvétique pour suivre un bel étudiant, son chéri de l’époque. La Suisse, pour elle, c’était du temporaire. Sa vie, elle la passerait au Congo. Mais entre désir et réalité, il y a parfois de la marge. Du travail dans la coiffure et dans le service, la naissance de son enfant et une situation en RDC qui se dégrade l’ont convaincue de rester au bord du Léman. Mais elle n’en oublie pas pour autant ses racines. Si son ancien bar près du Tunnel s’appelait le “ Zizi coin-coin ” et son nouveau café se nomme “ l’Okapi ”, c’est sans doute pour rappeler son enfance passée à Kinshasa. Parfois la mélancolie pointe le bout de son nez, alors elle s’envole quelques semaines, une année sur deux, retrouver sa famille restée dans la capitale congolaise.

Le mercredi à Kinshasa : c’est le jour du PMU (1/2)

Posté dans : Au quartier 0

Les couvre-chefs vissés sur les caboches, les bouches mi-ouvertes et les regards figés dans une même direction, une dizaine d’hommes en état hypnotique fixent l’écran plat de l’Okapi bar. Le suspense est à son comble et les publicités suivies des bla-bla infinis du commentateur font encore languir les clients parieurs. Au bout des tickets blancs du PMU pendent des rêves, le jour de chance ne tient qu’à quelques galops. Les chevaux fous s’élancent enfin. Un type se lève de sa chaise en criant à “Rombaldi” n°5 : «Si tu gagnes, je t’emmène au Cameroun!», un autre, cramponné à son verre de bière, “tippe” pour insulter l’animal sur lequel il a placé ses espoirs et surtout une part de ses économies: «Pchit, tssss…nul-nul-nul!». Une fois la course terminée, seuls les soupirs de déception l’emportent, mais à l’Okapi on ne désespère pas, le prochain pari sera le bon. 

Comment je me suis retrouvé dans un trafic de voitures à Crissier

Posté dans : Au quartier 2

Tel un journaliste d’M6, la caméra cachée en prime, je me suis pris, le temps d’une soirée, pour l’un  des “infiltrés”. C’est pourtant tout naïvement que j’ai sombré, un mercredi soir, dans les méandres d’un supposé trafic de voitures en pièces détachées. Les premiers faits remontent il y a deux mois. Tout comme moi, n’avez-vous pas été interpellé ou intrigué par ces petites cartes de visites délicatement posées sur les pare-brises des voitures de votre quartier? Avec pour seul message, orthographe en prime, les lignes suivantes: Bonjour, votre voiture m’intéresse. Si vous désirez la vendre dans l’état actuel (aujourd’hui ou plus tard) appelez moi S.V.P. Je me réjoui de votre appel. Prix interéssats – Paiemement Cash Immédiat. Si vous désirez débarassé de votre voiture c’est gratuit. 

1 3 4 5 6