I am Shÿ 

Posté dans : Personnages 1

Qu’est ce que t’a apporté ton quartier, la Courneuve ? Je suis né à Paris et j’ai grandi dans le 9-3 dans la ville de la Courneuve. J’y ai trouvé mes meilleures amis et surtout un esprit de combat pour la réalisation de mes rêves. Je suis issu d’un milieu modeste et à la Courneuve, pour trouver les moyens de réaliser ses rêves, il fallait toujours combattre et j’y ai acquis cet esprit combatif. 

Bouncer in the dark 2

Posté dans : Personnages 5

Ma petite maman que j’aime tendrement vous dirait sûrement que ce que je m’apprête à vous raconter ne l’étonne guère venant de son fils dont le débraillage vestimentaire chronique depuis l’âge de 15 ans a fait manquer de peu la perfection. La perfection à son goût, bien sûr. Je ne suis pas en train de grassement me la péter. Il me semble néanmoins important de dénoncer aujourd’hui, en deuxième et ultime partie de cette “spéciale videur”, l’acharnement d’un loustic de la sécurité à l’égard de mes sappes. Quand la sensation d’être “toléré” est encore plus pénible que celle d’être rejeté une bonne fois pour toutes, c’est tel un teenager américain moyen que je me confie à Journy, mon journal intime. Christian Audigier rendors-toi, tu as créé des monstres.

A la recherche des « vraies victimes »

Posté dans : Personnages 0

« Je suis laïque, athée et d’origine juive » précise Karl Grünberg lorsqu’on lui demande de parler de l’islamaphobie et de sa présence à une rencontre traitant du sujet en marge de la conférence d’examen de Durban. Comme s’il voulait couper court à toute mauvaise interprétation. Et si certains s’inquiètent de cette volonté de lier le racisme à la critique d’une religion, le fondateur de la section Suisse d’ SOS-racisme dénonce plutôt « une hypocrisie des états occidentaux ». Ces derniers ne sont d’ailleurs pas à l’origine de l’avancée des droits de l’Homme, selon lui, « contrairement aux mouvements ouvriers et écologiques ».

Le Grandjean 3 prend son envol à Yverdon

Posté dans : Personnages 1

Michel Porchet n’a pas pour but d’aller ni sur la lune ni de faire le tour du monde en 80 jours. Son objectif a pour nom « Grandjean 3 », le premier avion suisse en reconstruction. Si le nom de Grandjean ne vous est pas encore familier, sachez que René Grandjean a construit le premier avion à moteur en Suisse. Il est aussi celui qui a mis au point le premier avion à ski au monde.

Fateh Emam : un anarchiste de luxe

Posté dans : Personnages 4

Il a son rituel matinal : des cafés express, une plume et du papier. Chaque jour, il se rend au bar de l’Hôtel de la Paix, pour jeter l’encre sur la page blanche. Parmi les individus accrochés à leur cravate et enfermés dans leur costard aux senteurs de quelque banque en déconfiture, se ferait-il remarquer dans ce haut lieu par sa discrétion? La gloriole, très peu pour lui. « Accro à l’écriture », il pense surtout à sa dose de mots quotidienne.

Deklin au pays du Levant

Posté dans : Personnages 0

Respirant et transpirant le hip-hop depuis son plus jeune âge, le MC lausannois Deklin, Kevin Melchior de son petit nom, jouit d’une certaine réputation (doublée du talent qui va avec) dans le milieu underground du rap romand. Malgré cela, les places pour la grande et étincelante notoriété musicale au niveau fédéral, voire international pour certains, ne sont pas nombreuses et surtout squattées par les mêmes pour un bout de temps, semble-t-il (pas de jugement de valeur dans cette fin de phrase). Pour Deklin, les concerts débridés de fanatiques scandant son blase en vomissant leurs entrailles sous le coup de l’émotion ne sont pas légions, et, soyons franc, il s’en tape. Pourtant, quand il fut sélectionné par l’alliance française, grâce à sa présence sur une compile de la FCMA, pour représenter la Suisse à la Fête de la Francophonie, organisée en Chine cette année, le rappeur de 26 ans était loin de se douter que le statut de superstar (mot qu’il exècre) serait momentanément sien du 14 au 23 mars 2009, le faisant vivre une épopée que même les artistes romands les plus no-no-no-notorious n’ont sans doute jamais vécue.

Journaux en retard chez Madame Carambar

Posté dans : Personnages 0

En me promenant dans les couloirs de l’exposition Accrochage actuellement à l’espace Arlaud (mais qui se termine ce week-end), je tombe sur le travail de Tilo Steireif. Il raconte l’histoire de celle que l’on surnomme Madame Carambar, une kiosquière lausannoise qui depuis 2006 ne reçoit plus de journaux ni de magazines. En effet, le seul diffuseur de Suisse romande, Payot Naville, a décidé de ne plus travailler avec certains kiosques indépendants. Il semblerait que l’affaire ne soit pas assez rentable… Qu’à cela ne tienne ! Si on lui refuse la presse du jour, Madame Carambar vendra celle de la veille… Raison suffisante pour partir à la rencontre de cette kiosquière atypique.

Portrait d’un parcours atypique réussi

Posté dans : Personnages 2

Pouvez-vous me résumer votre parcours ? J’ai fait mes écoles jusqu’à la huitième année. A ce moment là, j’ai décidé d’arrêter l’école pour me lancer dans un apprentissage de cuisinier que j’ai arrêté un an et demi après. Ensuite, je me suis lancé comme DJ dans le milieu de la musique hardstyle ce qui m’as permis trois mois et demi après, d’avoir mes premiers contrats et de devenir DJ. Après avoir tourné plusieurs années en tant que DJ dans le milieu musical romand et au delà des frontières, j’ai par ce biais eu la chance de connaître des patrons de discothèques, j’ai donc pu m’intégrer à l’intérieur de celles-ci. 

« Le milieu de la musique m’a structuré »

Posté dans : Personnages 0

L’époque de la Dolce Vita reste, pour ceux qui l’ont vécue, un moment fort de la vie nocturne lausannoise. Le club de rock ouvert de 1985 à 1999 a offert aux jeunes un endroit où ils pouvaient se retrouver après minuit, un lieu plus adapté que des discos d’un autre âge. Tanguy Ausloos va y passer beaucoup de temps, et s’y développer. Culturellement d’une part: « je m’y suis fait mon éducation musicale » mais aussi socialement. Car le milieu devient une famille dans laquelle on grandit. Et de barman bénévole, il finit par organiser des soirées, passer des disques et faire partie du comité de gestion.

Quand la solidarité colmate les brèches…

Posté dans : Personnages 11

Le lien social s’effiloche chaque jour un peu plus avec notamment la désintégration de la cellule familiale et la fermeture des petits commerces de proximité. C’est pourquoi, j’avais envie de mettre en lumière le réseau d’échanges réciproques de savoirs, qui rétablit des liens entre les cultures, les générations et les classes sociales.

De Lausanne à la Havane: Chessex chez Le Che

Posté dans : Personnages 0

Un père passionné par la photo, un grand frère photographe, autant dire que le petit Luc Chessex est bercé dans le monde des images. Très jeune, lors de ses vacances d’été dans le Val de Bagnes et aux Diablerets, il prend ses premiers clichés : des vaches et des montagnes. Modestes débuts où se cachent les germes d’un engagement total dans le 8ème art. Peu scolaire, désirant avoir du temps libre et une profession qui l’invite au voyage, ce Lausannois intègre durant trois ans l’école de photo de Vevey. Il travaille ensuite dans la capitale vaudoise chez Kodak, puis dans un studio pour des photos de mode « mais dans les années 60 à Lausanne, ce n’était pas très excitant…». Les images dites “ volées ” l’intéressant plus que celles posées et négociées, l’appel du large devient alors plus fort que le cloisonnement en atelier. En quête d’inconnu et de nouveauté, c’est en partance pour Cuba qu’il pressent que la photographie ne sera plus seulement son métier, mais son moyen d’expression. Entre une gorgée de thé noir et une esquisse de sourire, il me lance: « Je travaille sur le format du réel, mon studio c’est le monde ».

Peau de brocart

Posté dans : Personnages 3

En entrant dans son studio de la rue de l’Ale, à Lausanne, on met le pied dans un pur concentré de Japon. Des affiches de films de yakuzas tapissent les murs, des masques de démons rouges au long nez – les tengu -côtoient quelques photos, des bibelots hétéroclites, des figurines de mangas, des estampes aux motifs de carpes, des tsunamis tempétueux ou des guerriers de la mythologie nippone. Une montagne d’objets, tous ramenés de Tokyo. Au fond de la pièce, derrière le sofa et la petite étagère où sont posés les books de Wido, trône un fauteuil de cuir blanc soigneusement recouvert de cellophane. La table d’opération sur laquelle ses clients viendront s’allonger, lui laissant le soin de graver dans leur chair une fresque indélébile, perpétuation d’un art populaire unique au monde.

Une nuit en taxi

Posté dans : Personnages 1

Lendemains de fêtes, gueules de bois, clients pas contents, l’anecdote du bourré qui ne connaissait plus son adresse, de celui qui est parti sans payer, taxis débordés, chauffeurs aigris, concurrence, calme plat et attente sans fin. Et ben pas du tout ! La vie d’un taxi la nuit, c’est plutôt joli. Tout dépend de l’état d’esprit.

Petite chronique cantonale

Posté dans : Personnages 17

Fière de ses 1 million et demi de francophones, la Suisse romande n’est de loin pas un territoire homogène. Un touriste et même un Suisse l’apprendra vite à ses dépens. Pour éviter toutes mauvaises surprises, lisez la suite.

« C’est une sorte de folie d’être sage au milieu des fous »

Posté dans : Personnages 7

Soirée pluvieuse, gare CFF, Lauzcity. Probabilité grandissante de devenir aveugle tant les badauds frôlent tes yeux de leur parapluie déployé pour l’occasion. Un temps de chien et une fricasse qui donnent envie de rejoindre son pieu pour hiberner un peu. Comme j’ai oublié d’imperméabiliser mes bottes en faux cuir, j’ai les pieds mouillés et le moral dans les chaussettes. La réaction des gouttes de pluie sur mes cheveux me met en mode Jackson5. Je commence à croire que le refrain que m’offre mon MP3 : « La mine un peu défaite, sur le pavé qui s’y prête…» a été écrit pour ma pomme. Bientôt ma boîte à musique se met en grève, plus de batterie. Un sms de ma pote qui « a-du-retard-car-elle-est-prise-dans-les-bouchons », vient couronner le tout. Une attente à n’en plus finir à l’arrêt des bus Blécherette 1, Epalinges 5. 

1 3 4 5 6 7