« Combat de nègre et de chiens »

Posté dans : Culture 0

« Combat de nègre et de chiens ». Non ce n’est pas là le slogan d’une affiche politique, mais l’intitulé d’une œuvre signée Bernard-Marie Koltès. Un des auteurs français les plus joués au monde, et pourtant peu joué en Suisse… Alors que les dernières affiches de l’UDC soulèvent à nouveau le problème de la xénophobie, cette pièce de théâtre nous rappelle que la peur de l’autre est un problème d’ignorance, complexe, ancien, se déclinant de diverses manières, à différents endroits, à différentes périodes. Elle date des années 1980, mais traite de sujets ma foi indémodables, et donc actuels : le racisme, ses conséquences, mais aussi l’argent, la solitude, l’alcool. Le tout dans un langage incisif.

09 KACHH: initiation au graffiti

Posté dans : Culture 1

Comme nous l’a présenté Cristina (lire Initiations à la culture Hip Hop), deux étudiants de l’école d’études sociales et pédagogiques ont décidé dans le cadre de leur projet de fin de formation d’organiser des ateliers dédiés à la découverte et à l’initiation à diverses disciplines du Hip Hop. Le premier samedi du KACHH (kiosque à culture hip hop) fut consacré à l’un des arts de rue : le graffiti. Deux animateurs, Renaud et Luthor, étaient là pour encadrer et guider les apprentis graffeurs. Accompagnée de Cristina et d’une caméra, je suis allée faire mes premiers pas en tant que reporter-vidéo ! Grâce aux conseils et au savoir-faire de nos amis de la TV Bourdonnette, je vous présente une petite rétrospective en images de cet après-midi lôzanois.

Le romand pour les nuls – leçon III

Posté dans : Culture 7

Vous qui lisez régulièrement le LausanneBondyBlog, vous le savez bien : on y apprend à parler le romand ! Pour ceux qui n’auraient pas suivi, allez vous mettre à la page en lisant la première leçon et la deuxième leçon.

NDM, soyons cultivés un soir par année !

Posté dans : Culture 0

Grâce aux pass sous forme d’accessoires bien visibles, chaque dernier samedi de septembre, les personnes « cultivées » de la ville se démarquent aisément. Ce qui facilite la tâche pour faire une étude sociologique approfondie sur cette population N (DM).

Electro sous les projos

Posté dans : Culture 0

 Le Loft, le D !, le Romandie, le Bourg, la Ruche, le tout accessible avec un seul et même billet, sans compter la Place de l’Europe et ses nombreux concerts gratuits. Autant dire que le festival est inévitable pour toute personne qui décide de sortir ce week end à Lausanne. D’année en année, Electrosanne prend de l’ampleur. Alors qu’en 2006, lors de sa première édition, 500 festivaliers avaient répondu à l’appel, plus de 2000 personnes s’y sont déjà rendues vendredi soir. Et ce n’était que le premier soir ! Du 18 au 20 septembre, plus de 70 artistes mettent à l’honneur les différentes facettes de la musique électronique : minimale, house, garage, bassline, dubstep et j’en passe. En gros, pas que du fluo… Connaisseurs et amateurs y trouveront leur compte. Petit retour sur les débuts de cette quatrième édition avec Anouck, attachée de presse du festival.

« La dérive du roi » : Que mes caprices soient des ordres !

Posté dans : Culture 0

Après des expériences encourageantes d’échange autour du théâtre et du cirque réalisées en 2007, Enfants du Monde (EdM) a réitéré l’expérience en lançant en 2008 un projet théâtral réunissant de jeunes Haïtiens de Port-au-Prince et des acteurs de l’association Saj Veye Yo. Le souhait d’EdM était alors d’encourager l’échange non seulement interculturel mais aussi pratique entre professionnels du milieu social et artistique.

Initiations à la culture Hip Hop

Posté dans : Culture 0

  La fameux discours sur le hip hop authentique et le hip hop mtv ne se présente plus. Comme chacun le sait, les « djeuns » ont cette fâcheuse tendance à être amateurs de tout ce qui brille, au point d’en oublier la culture qui se cache derrière ces deux petites syllabes. Et ce ne sont pas les seuls. Alors Sylvain et Karim ont décidé de ne pas en rester là. Futurs animateur et éducateur, ils ont imaginé dans le cadre de leur formation un projet à la fois éducatif et culturel, qui regroupe les différentes composantes du hip hop : KACHH. Il s’agit d’un Kiosque A Culture Hip Hop réunissant passionnés et actifs du milieu, pour proposer des ateliers de graffiti, break dance et écriture. Gratuits et ouverts à tous.

Une vague nouvelle sur les bords du Léman

Posté dans : Culture 0

On parle souvent de la New Wave comme d’une réaction esthétique à un mouvement punk légèrement crados. Le premier enseignement de ma quête historique à l’occasion des trente ans du mouvement musical, c’est que les deux groupes lausannois New Wave les plus connus de l’époque provenaient directement de deux formations punk. Ainsi deux membres d’ HLM formaient les I Scream (photo) en 1986 et les Six Pack changeaient de style pour devenir successivement les Agriculture Club, Jimmy Pampers et les Langes de l’Enfer (très classe!) puis The Bill.

Rétrospective festivalière

Posté dans : Culture 5

Caribana, pour Mehdi et moi ce fut une première. Chaleur et musique en plein air, parfait pour ouvrir le bal. En plus, ce festival a semblé échapper à toutes les malédictions propres à ce genre d’événement : pas de pluie ni de mec aux dreads locks qui te fouettent le visage en se trémoussant pendant un concert… (lire l’article Caribana, Oh oui j’aime ça !) Ensuite, je me suis rendue au prestigieux Montreux Jazz. C’est au festival off que j’ai passé la plupart de mon temps. Eh oui les places sont chères, mais les concerts gratuits n’ont rien à envier aux payants ! (lire l’article Montreux Jazz) Puis ce fut le tour du fameux Paléo. Accréditée toute la semaine, j’ai pu y voir les coulisses, les têtes d’affiche, découvrir les têtes émergeantes, et prendre le temps de profiter du reste (lire l’article Paléo 2009). Car au-delà de la musique, ce que l’on retient ce sont des ambiances. Chaque festival a la sienne et c’est souvent ce qui fait qu’on y retourne d’une année à l’autre. C’est donc là où j’ai passé le plus de temps, que j’ai tenté de retranscrire et partager une ambiance en sons et en images. Paléo 2009.

Paleo 2009

Posté dans : Culture 3

 Le Paléo c’est tout une organisation pour mettre sur pieds une semaine intense au niveau auditif, culinaire, culturel et bien sûr festif… Commençons par les concerts. Mêler découvertes et valeurs sûres, c’est le crédo du festival. Du coup, avec une entrée pour le premier soir, on pouvait tout aussi bien voir Placebo sur la grande scène qu’un groupe tessinois montant, The V.A.C., sur la scène du détour. Il faut dire qu’une place considérable a été accordée aux groupes suisses et ça fait plaisir. Oui ça fait plaisir de réaliser qu’il y a de tout et même de la qualité dans notre bonne vieille helvétie. On a tendance à l’oublier… non ? Evelinn Trouble, une zurichoise de 20 ans, en est un parfait exemple. Une voix, un style et parfois un grin de folie dans l’interprétation. C’était son premier Paléo et elle n’était de loin pas seule dans ce cas : à peine 15 pourcents des artistes programmés cette année avaient déjà participé à l’événement. Un effort pour se renouveler qui constitue la fierté des programmateurs et du président. Mais à côté des découvertes, il y a évidemment les grands noms qu’on attend au tournant. Alors parlons-en !

Berles Rock Festival, moins cher qu’un pull

Posté dans : Culture 1

Ce week-end, deux festivals ont vue sur notre lac. Le premier a même les pieds dans l’eau, mais aussi des gens super beaux, des prix super chers et des groupes super connus. Le second prend un peu de recul. Sur le lac d’abord, qu’on voit au loin, puis sur la musique. Le rock y devient en effet mathématique et électro industrielle. Avec sa programmation « urbaine » dans un cadre champêtre, le Berles Rock Festival nous montre que les villes n’ont pas le monopole du bon goût. Et que si l’on s’éloigne de plus de 10 kilomètres d’une coop pronto, on ne risque pas forcément de tomber dans un giron avec Claude François en boucle (faites gaffe quand même, il y en a deux sauf erreur ce w-e) ou dans une Pink Spider où les « yo » de Goumoens affrontent les punks de Dizy…

Montreux Jazzz

Posté dans : Culture 0

Les odeurs de nourriture thaïlandaise, les soirées au Jazz Café, au MDH, la vue sur le lac, une programmation toujours étonnante, un festival off et un festival plus que payant… C’est le Montreux Jazz. Cette année, il débute ses deux semaines intensives par une soirée de concerts latino. Costume blanc-crème et grand chapeau assorti, c’est looké en mafieux des années 1920 que Claude Nobs débarque sur scène pour présenter les groupes qui ouvriront le bal. Mauvais goût ? Bref, un duo de percussionnistes suivi de Cubanismo (petit chanteur tout vieux avec une canne et un béret oblige), New York Salsa All Stars (trois noms accompagnés d’une dizaine de musiciens qui tabassent) et Oscar D’Leon, sorte de maître incontesté de la Salsa attirant une horde de fans. Le tout a commencé à 20h et s’est terminé à … passé 3h du matin.

Corn Flakes et sexualité

Posté dans : Culture 1

L’heure est matinale, le réveil-matin tonitruant, la lèvre bouffie, les yeux gonflés de sommeil, l’haleine digne du chacal, le crâne parfois carré dans le fion, l’on se lève avec grande peine pour entamer une nouvelle journée de travail, qui, inéluctablement, s’avérera d’une transcendante platitude. Au moment du petit-déjeuner, n’ayant ni le loisir ni la fantaisie d’hésiter entre la version continentale ou anglo-saxonne du repas susmentionné, l’on se tourne généralement vers la solution de facilité : les corn flakes, ces familiers flocons de maïs grillés, qui, agrémentés de lait et d’une cuillère, s’avèrent constituer une entrée en matière plus que prosaïque pour une journée sans surprise.

1 21 22 23 24 25 26