Ça SLAM à Lausanne !

Posté dans : Culture, Soirées | 0
Le week-end passé a eu lieu le festival Lausanne Slam 3.0. La majorité de la manifestation s’est déroulée au Théâtre 2.21, mais aussi en partie en ville de Lausanne, notamment un slam sauvage. La programmation fut riche et les artistes de tous horizons : France, Belgique, USA, Suisse et même Madagascar ! Tous réunis autour d’une même passion, celle des mots et du débit, des rimes et des accroches, du rire et des larmes.
Le Fils de la Terre
Le Fils de la Terre

Pourquoi 3.0 ? Déjà parce que ça fait 30 ans que le slam existe en tant que tel, qu’on lui reconnaît une place dans le milieu de l’art et qu’on le met au programme des bars et autres salles de concert. Ensuite car le festival réunit les trois régions linguistiques de Suisse, afin qu’elles se rencontrent, partagent et échangent autour du slam. Enfin, simplement parce que c’est la troisième édition du festival Lausanne Slam

En ce qui me concerne, je suis seulement allée le dimanche en fin de journée, afin d’assister à la performance du Fils de la Terre, artiste yverdonnois que j’apprécie beaucoup pour son talent d’improvisation des rimes et la force de ses slams. À cette occasion, il nous a présenté sa nouvelle création où l’instrumental africain se mêle à la poésie urbaine.

J'ai eu la chance d'être dans le jury :)
J’ai eu la chance d’être dans le jury 🙂

C’était aussi l’occasion d’assister aux finales de slam des juniors et des plus vieux, au cours desquelles chacun déclame son âme au sujet de ce qui le touche, de ce qu’il vit, de ce qui l’anime.

Du coup, bien mise dans l’ambiance par le show du Fils de la Terre, je me suis annoncée comme jurée, pour désigner les meilleurs de cette compétition de mots sans merci. Pas trop compliqué : lever une ardoise avec une note entre 1 et 10 au moment voulu…

En quelques minutes, la salle du 2.21 est pleine à craquer ! Il y a les amis, la famille et les proches des candidats suisses, mais aussi un grand nombre de passionnés qui aiment les mots sur les maux. Une atmosphère familiale et animée se dégage du public, qui s’impatiente d’écouter les premiers slameurs.

Les trois finalistes (gagnants de droite à gauche)
Les trois finalistes (gagnants de droite à gauche)

C’est une jeune slameuse de Paris qui ouvre le bal de la poésie et déjà, on en prend plein la tête. Départager tout ce petit monde ne va pas être une mince affaire. Les jurés dégainent des 8 ou des 9 à tour de bras, ça va se jouer sur les dixièmes…

Les slameurs se succèdent, gros coup de cœur pour certain, moins pour d’autres, mais tous ont eu le cran de déclamer ce qui les touche. Ils partagent avec nous une partie de leur âme, et c’est beau !

C’est finalement Félicien, un fribourgeois, qui remporte le premier prix à l’unanimité. Sa note globale frise le 10. Il avait déjà remporté le concours de Haïkus. Une belle carrière de slameur s’annonce pour lui. Les deux autres qui partagent le podium sont un slameur de Grenoble et une slameuse de Paris. Sourires aux lèvres et applaudissements du public.

Quant aux trois jeunes qui se disputent la première place, ils se sont débrouillés comme des grands. Pas facile quand on a 12 ou 15 ans de monter sur scène pour parler de soi ! Le premier prix a été remporté par un Belge. Il ira en finale d’Europe de slam à Paris avec la fondation Bea pour l’écriture. La classe !

Les trois finalistes jeunes (gagnants de gauche à droite)
Les trois finalistes jeunes (gagnants de gauche à droite)

Je ressors du théâtre le sourire aux lèvres, en mesurant la chance que j’ai de vivre dans une ville qui se bouge, avec des gens d’ici et d’ailleurs qui s’expriment. Les organisateurs du festival Lausanne Slam 3.0 ne se sont pas ménagés pour que ce week-end soit inoubliable, aussi bien pour les slameurs que pour le public. Et c’est réussi ! Grâce à ce festival, la poésie sort de son carcan élitiste pour partir à la rencontre de tous et évoluer dans une infinité de directions.

Et quel plaisir d’assister à un événement culturel que le monde hipsto-hipster lausannois n’a pas encore grignoté pour en faire une occasion de plus de se montrer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.