BRNS entêtant au Romandie : compte-rendu

Posté dans : Culture, Soirées | 0
Un quatuor de jeunes musiciens belges, BRNS, est en train de faire tomber les purs aficionados et les groupies biberonnées à Alt-J et aux Arctic Monkeys. Leur venue au Romandie le 3 mars dernier était un rendez-vous incontournable, pour lequel j'ai revêtu mes habits de critique musicale. Compte-rendu.
BRNS live au Romandie / © Muriel Tille
BRNS live au Romandie / © Muriel Tille

Le rock belge a toujours eu pour moi un goût particulier, teinté d’amertume face au grand frère francophone. Là-bas, comme en Suisse, on occupe un territoire plus petit et divisé par les langues et cultures. Je suis pas certaine que ces considérations géopolitiques aient une influence sur la production musicale d’une région, mais la scène belge m’est toujours apparue comme prolifique et novatrice.

Fin 2013, mes années de flânerie intense sur les sites musicaux derrière moi, je découvre toutefois une nouveauté, un truc qui, dès la première écoute, te reste en tête, te colle à la peau.

BRNS, le groupe qui réconcilie avec les clochettes
BRNS, le groupe qui réconcilie avec les clochettes

BRNS. Aucun effort n’est requis et tu repasses la piste en boucle, pour t’attarder ensuite aux autres pistes de leur premier album, “Wounded”.

Sur scène, il faut les voir, les quatre garçons qui jouent aux alchimistes. Les quatre garçons en jeans et tshirts, qui, minutieusement, composent la potion magique : Paysages sonores quasi paisibles par moments. Des morceaux qui se construisent avec plusieurs pistes lancinantes. Dans ma tête se forme une image, une plaine que l’ennui traverse, que le soleil baigne, que le vent berce doucement. C’est joli, mais un léger malaise s’installe. Soudainement, le ciel se grise, puis surgissent de grands coups de guitare, à te renverser comme un tsunami.

Depuis 2010, le groupe a donné plus de 250 concerts, d’abord dans sa Belgique natale avant de dépasser les frontières grâce à leur statut de coqueluche/étoile montante de la scène rock. Ils ont eu de quoi affûter leurs armes.

Plein de pédales pour pleins d'effets
Plein de pédales pour pleins d’effets

Chez BRNS, le schéma classique ‘basse-guitare-batterie’ est nourri par des éléments renouvelant le genre: les changements de rythme déstabilisent, la rythmique est justement agrémentée de clochettes et de quelque chose qui ressemble à un xylophone, et les effets sur les voix apportent un son caractéristique.

Les quatre musiciens produisent une musique toute en nuance et semblent prendre plaisir dans une ambiance bon enfant, sans prise de tête. Le live part très fort, et le public est rapidement conquis. Sous les arches cependant, lors des moments musicaux plus calmes, un bavardage intempestif se fait entendre. Il y a en effet parfois une touche de mollesse peu séduisante qui permet de se distraire. Par exemple, l’escapade à Mexico proposée sur album manque de souffle en live.

Le concert prend fin après une heure bien pile, et un rappel. Ce qu’il reste de cette soirée c’est que BRNS est un groupe dont l’addition de nuances fait le talent, et dont on se réjouit de voir l’évolution.

Site officiel : BRNS.be

Copyright photo en une : Muriel Tille / le Romandie

Répondre